C’est sérieux : l’ONU pressée de dénoncer Dante pour islamophobie, racisme et homophobie

par Catherine Segurane
jeudi 15 mars 2012

L'association Gerush 92, accréditée auprès de l'ONU, s'en prend à la Divine Comédie de Dante, oeuvre fondatrice de la littérature italienne et même de la langue italienne dans sa forme classique. Faisons un petit geste de résistance en allant lire ce grand texte sur internet, c'est gratuit.

Une association qui demande l'interdiction d'une grande oeuvre littéraire pour racisme, cela c'est déjà vu. Les associations extrémistes ne manquent pas et leur folklore n'est guère un événement.

Les choses se compliquent quand l'association en question, qui dit défendre les Droits de l'Homme (on ne rigole pas) est officiellement accréditée auprès de l'ONU en tant qu'organisation non gouvernementale et participe en tant que "conseiller" à beaucoup de discussions, en particulier au sein du très anti-occidental Comité des Droits de l'Homme, qui, actionné par l'Organisation de la coopération islamique (OCI), se bat depuis plus de dix ans pour faire du blasphème un crime mondial, et a marqué récemment des points en obtenant le soutien d'Hillary Clinton (voir processus d'Istambul).

L'association Gerush 92, à l'origine de l'affaire, milite aussi activement pour la défense des modes d'abattage halal et casher, qu'elle défend en ces termes :

"The Jewish and Islamic rules of slaughter are not "religious" but they are part of the legal system ; they are laws that Jews and Muslims are obliged to respect and, therefore, they cannot be subject to the dialogue or comparison. By their very nature, these legal rules, which have been given them by the Creator, cannot be changed. The only way to change these laws is to destroy them or to destroy who practice them." 

L'information est-elle sérieuse ?

L'information est parfaitement sérieuse. Elle a été sortie de l'ombre par l'agence ADNChronos et reprise par des blogs de réinformation (1, 2, 3), ainsi que dans la presse classique italienne, comme ici dans le Corriere della Sera.

L'association Gerush 92 demande en ces termes au ministre italien de l'instruction publique de retirer l'oeuvre des programmes scolaires (source) :

"« C’est un scandale que les enfants, particulièrement juifs et musulmans, soient contraints d’étudier des œuvres racistes comme la Divine Comédie, qui cache toutes les abominations sous l’invocation de l’art. L’antisémitisme, l’islamophobie, la haine anti-Roms, le racisme doivent être combattus en recherchant une alliance entre les victimes historiques du racisme, précisément sur des thèmes et des sujets qu’ils puissent partager, comme la diversité culturelle.

La poursuite d’enseignements de ce genre constitue une violation des droits de l’homme et met en évidence la nature raciste et antisémite de l’Italie, dont le christianisme constitue l’âme. Les persécutions anti-juives sont la conséquence de l’antisémitisme chrétien qui a ses fondements dans les Évangiles et dans les œuvres qui s’en inspirent, comme la “Divine Comédie”. » Et le mot de la fin : « Certainement, la Divine Comédie a inspiré les Protocoles des Sages de Sion, les lois raciales et la solution finale ».

Qu'est-ce que Gerush 92 ?

Qu'est-ce que cette association, appelée Gerush 92, qui s'agite ainsi ?

Une visite sur son site ne nous a pas permis d'apprendre quels individus sont derrière et qui la finance.

Mais elle est bien introduite auprès des pouvoirs. Nous lisons, dans son paragraphe About us :

"Gherush92 participates to the programs of various international conventions like World Conference Against Racism (WCAR), World Summit on Information Society (WSIS), Permanent Forum on Indigenous Issues (PFII), Working Group on Indigenous Populations (WGIP), Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE), Human Dimension Implementation Meeting (HDIM)."

Ce ne sont donc pas de simples rigolos. Ce sont, à tout le moins, des rigolos avec une capacité de nuire. L'association est suffisamment en cour pour avoir pu organiser, le 23 mars 2011, dans les locaux même de l'ONU à Genève, une conférence intitulée Judaism and islam : the rules for a nex Golden Age.

Le nom de l'association nous renseigne sur l'idéologie affichée : Gerush est un terme hébreu qui signifie Exode et se réfère à l'expulsion des juifs d'Espagne  refusant le baptème en 1492, dans le contexte de la Reconquita, et alors que les les Maures avaient également été chassés.

L'idée sous-jacente consiste donc en une vision idéalisée de l'Espagne sous domination musulmane, présentée comme une belle cohabitation des cultures (en réalité, comme partout où l'islam détenait le pouvoir, les non-musulmans avaient le statut de sous-hommes, de dhimmis) et en une condamnation de la reconquête de leur propre terre par les Espagnols, présentée comme une sorte de crime.

Les autres combats de Gerush 92

Gerush 92 se dit une organisation de défense des Droits de l'homme, mais certes pas dans la conception européenne de ces droits. Elle milite ouvertement pour que les "législations" coranique et biblique prévalent sur les règles démocratiques des Etats, et c'est bien ainsi qu'elle argument dans son article intitulé The ban od the Jewish ans Islamic slaughter is a violation of human rights. (L'interdiction des modes d'abattage juif et musulman est une violation des droits de l'homme).

Cet article défend les modes d'abattage halal et casher. Il n'est pas le seul, me direz-vous. Certes, mais il présente une particularité : ce n'est pas au nom de la liberté religieuse que Gerush 92 défend ces modes d'abattage. C'est au nom du caractère législatif des textes fondateurs juifs et musulmans :

"The Jewish and Islamic rules of slaughter are not "religious" but they are part of the legal system ; they are laws that Jews and Muslims are obliged to respect and, therefore, they cannot be subject to the dialogue or comparison. By their very nature, these legal rules, which have been given them by the Creator, cannot be changed. The only way to change these laws is to destroy them or to destroy who practice them."

Traduction :

"Les règles d'abattage juive et musulmane ne sont pas "religieuses". Elle font partie du système légal. Ce sont des lois que juifs et musulmans doivent respecter, et en conséquence, elles ne peuvent être soumises au dialogue ou à la comparaison. De par leur vraie nature, ces règles légales, données par le Créateur, ne peuvent être changées."

Gerush 92 milite bien pour que les règles juives et islamiques aient force de loi.

Un tel principe ayant été ouvertement posée par cette supposée association de défense des droits de l'homme, il n'y a aucune raison pour que l'application des règles de la charia et leurs équivalents juifs ne s'appliquent que dans le cas de l'abattage rituel.

Si les règles posées par Dieu sont intangibles pour les musulmans et pour les juifs (ce n'est pas moi qui ajoute ici les juifs, c'est Gerush 92), il n'y a aucune raison que ce soit uniquement dans le domaine limité de l'abattage rituel. Bonjour, l'inégalité homme/femme et les chaîments corporels hérités de l'antiquité !

Le plus inquiétant, c'est que cette association délirante a voix au chapitre à l'ONU qui, en matière de droits de l'homme, ne sait condamner que la Suisse anti-minarets et l'Occident "islamophobe".


Lire l'article complet, et les commentaires