« Je suis la VÉRITÉ et la VIE » dixit Jésus, Dieu d’AMOUR !

par hugo BOTOPO
jeudi 28 décembre 2017

Cette affirmation fondatrice du Christianisme a connu au cours des vingt derniers siècles des périodes de mise en valeur et des périodes d'ignorance et d'abandon surtout lorsque la religion devenait une arme politique. Qu'en est-il aujourd'hui en cette période agitée par les découvertes scientifiques, les progrès pharamineux des technologies et les manipulations des esprits par les différents "big brothers" des diffuseurs des informations, des religions et des spiritualités de masse ?

Il n'est pas question d'analyser la véracité des textes évangéliques. Il s'agit de se pencher sur des affirmations véhiculées par les Évangiles et attribuées à Jésus-Christ, affirmations fondatrices du Christianisme. Lorsque le Christianisme est devenu religion d'État, les raisons d'État -le nationalisme, la soif de conquêtes, la lutte contre les déstabilisations populaires et religieuses (hérésies), la lutte contre d'autres religions envahissantes- ont souvent imposé des dérives humaines(Inquisition) contraires à l'esprit d'Amour porté par le Christ Jésus. Ces dérives sont communes à toutes les religions et particulièrement aux monothéismes dès qu'elles accèdent au pouvoir matériel et politique.

Les notions de Vérité, de Vie, et d'Amour doivent d'abord être examinées dans le contexte de l'époque de Jésus, puis elles seront relookées dans le contexte actuel de progrès envahissant des sciences et technologies, et plus particulièrement dans les relations déstabilisantes des technologies de l'information, des réseaux dits sociaux, des "big brothers" de manipulations commerciales, économiques, politiques, sociétales et religieuses, avec un mélange intriqué de vraies et de fausses informations.

 

La Vérité

Pour Jésus "la Vérité", sa Vérité, se rapportait surtout aux dérives des Pharisiens et des Grands-Prêtres dans la pratique du Judaïsme, en chassant les marchands du Temple (avec les commerces liés aux offrandes) et en condamnant leur hypocrisie. La Loi de la Bible, des dix commandements de Moïse, les admonestations des prophètes n'étaient que peu suivies. Devant l'occupant romain, obligées à une certaine collaboration, les Autorités juives (Pharisiens et Saduccéens) se raccrochaient à la venue prochaine d'un Messie Libérateur. Jésus, formé par l'obédience stricte des Esséniens, se pose en possesseur de la Vérité divine, celle délivrée par "son père Yavhé" et par les prophètes inspirés par Dieu. Il pousse la provocation en se reconnaissant Roi, donc le Messie, mais un Messie pacifique apportant l'Amour et non la guerre. Et il affirme que son "royaume n'est pas de ce monde", (il est d'essence divine) : tout comme dans la Genèse, où Yavhé est accompagné et entouré par les Elohim, les fils du Ciel (qui plus tard enlèveront Enoch dans un char de feu (une fusée !) vers le ciel ) ! Yavhé créateur du monde et de toute chose est aussi entouré de Lucifer, ange de Lumière déchu en ange des ténèbres : Yavhé a-t-il créé Lucifer, donc le mal ?

La Vérité de Jésus c'est le Vrai, l'incontournable, le Bien : tout le contraire du mensonge, de l'hypocrisie, de la falsification, de la fausse propagande, donc du Mal.

De nos jours, le vrai, la vérité s'exprime dans les mathématiques, vérité d'abstraction, et dans les sciences classiques de la matière et des technologies ayant fait leurs preuves. Des religions prétendent détenir la Vérité issue de leur Dieu, et en son nom des hommes dits de Dieu la travertissent pour asseoir leur pouvoir sur les humains. La Vérité en philosophie, en sociologie, en politique... est toujours changeante et adaptable aux besoins de l'époque. Certaines sciences, fondées sur des théories ou des hypothèses, se contentent de proposer un éclairage possible ou probable sur la nature des choses et des évènements, comme en astrophysique, en physique nucléaire, en mécanique quantique et surtout en de nombreuses sciences de la Vie, toujours expérimentales.

Actuellement, le développement exponentiel des techniques de télécommunication, de l'Internet, des réseaux sociaux, permet de véhiculer du Vrai comme du faux, comme des mensonges, dans le but d'exploiter commercialement ou politiquement les humains et même de les pousser à commettre des exactions et des crimes contre les autres ou contre eux-mêmes (suicides des jeunes !). La Vérité n'a plus la force de s'opposer aux forces du Mal, forces qui trouvent toujours un écho favorable dans la masse des humains : c'est un facteur de destruction potentielle de l'humanité ! 

 

La Vie

Au temps du Christ les connaissances biologiques sur la vie étaient réduites. Jésus parle de la Vie donnée par Dieu aux hommes, de la vie "biologique" dans le mystère de la procréation don de Dieu, et surtout de la Vie spirituelle sur terre et dans l'au-delà, Vie reliée à Dieu, à ses mystères infinis. Le vrai but de la Vie c'est d'être en harmonie avec son Dieu (en suivant ses prescriptions), avec les hommes (en les respectant et les aimant) et avec la nature milieu d'accueil de l'homme sur terre.

De nos jours, nos connaissances sur la vie biologique de l'homme et de la biosphère sont de plus en plus étendues et de plus en plus croisées ou interpénétrées entre elles. La Vie, don de Dieu, est remise en question par certains scientifiques très à l'aise dans l'explication du comment de la vie, mais peu diserts sur le pourquoi. La découverte de l'ADN, banque de données pour les processus de création d'un être vivant accompli à partir d'un ovule fécondé, ou pour le dédoublement de cellules, de virus ou de bactéries, n'explique en rien le processus créatif se déroulant pour former un être vivant tel que l'homme : les informations de pilotage des séquences, pour créer différentes molécules, pour les assembler en cellules, échappent à l'entendement humain. Y voir la main invisible de Dieu ou son esprit créateur peut satisfaire certains croyants sans que cela soit retenu comme une vérité intangible. Le ou les logiciels utilisant les données de l'ADN ne sont pas connus : on ne peut que souscrire à l'hypothèse de leur existence. Cependant un parallèle peut être fait avec les champs régissant le comportement de la matière, des particules et des ondes. Ces champs existent et leurs existences ne peuvent être découvertes que lors d'interactions. Il en est ainsi pour les champs nucléaires, élecriques, magnétiques et gravitationnels. Par exemple, dans un grand entourage d'une masse de matière il y a en tout point un champ de force d'attraction gravitationnel sur toute masse placée dans ce champ : ainsi toute masse sur et au-dessus de la planète terre est inexorablement soumise à une force quantifiable l'attirant vers le centre de la terre (ou vers le sol). L'espace est ainsi doué ou doté de potentiel, pour le moment sans relation directe ondulatoire ou corpusculaire avec la masse de base : ce potentiel est à la fois caractérisé par un scalaire (nombre) et par un vecteur (direction versle barycentre de la masse atttractive). L'hypothèse de l'existence d'un "champ de Vie" propriété de l'espace, agissant sur les cellules vivantes et sur leurs assemblages, dirigeant et ordonnançant les processus de fabrication des molécules (protéines, peptides...) est une hypothèse aussi plausible que la main de Dieu ! 

Il existe un domaine similaire, celui de l'action des pensées, de soi-même ou d'un tiers, sur l'activité cérébrale et sur le pilotage des milliers de milliards de cellules humaines, comme pour l'effet placebo ou la sympathie ou antipathie.

Par contre, pour tout ce qui concerne la croyance en un monde surnaturel, relié à l'esprit, à la conscience et à l'âme de l'homme, domaine des spiritualités et des transcendance, les diverses croyances religieuses, sectaires, idéologiques conservent un grand champ d'investigations, irrationnel dans son essence et pouvant être relié à la notion de Divinité.

 

L'Amour Christique

Jésus, Fils de Dieu, est venu au monde pour apporter la paix aux hommes (de bonne volonté !) pour leur dire, les persuader que son Amour infini pour les hommes, créatures de Dieu, Amour existant avant le "péché originel", pouvait à nouveau pleinement s'exprimer à la condition que les hommes s'aiment profondèment entre eux, au lieu de se haïr, de se combattre ou de s'ignorer. La passion du Christ, sa mise à mort par crucifixion, rachetait tous les péchés des hommes y compris le péché originel ! Apparemment les hommes depuis deux mille ans n'en ont pas tenu compte, les chrétiens comme les païens et les adeptes d'autres religions.

De nos jours, au vu de l'explosion des forces du mal, physiquement, psychiquement et moralement, les Hommes ont un besoin impératif des forces de l'AMOUR ! La survie de notre planète et de l'humanité en dépendent.


Lire l'article complet, et les commentaires