Lève-toi et marche ! ?

par CHALOT
lundi 23 septembre 2013

« Pendant le sommeil, de nombreuses fonctions s'accomplissent. La récupération de la fatigue physique et de la fatigue nerveuse passe bien par un sommeil en qualité et quantité suffisantes. Cela à tous les âges de la vie. Chez l'enfant, ces fonctions sont particulièrement importantes. »

Cette affirmation, titre d'un article que vous pouvez lire ici

http://sommeil.univ-lyon1.fr/articles/cfes/sante/rythmenf.php

est le reflet de la réalité...

Les enfants et notamment les tout petits ont besoin de sommeil.

Certains en maternelle sont des gros dormeurs, d'autres dorment moins.

Le respect du rythme de l'enfant et même le bon sens veulent que les enseignantes et les ATSM ( agents spécialisés) laissent dormir les dormeurs et facilitent à la fois l'endormissement au début et le réveil à la fin de la « sieste » .

Le respect du rythme de l'enfant serait le moteur de la réforme Peillon et l'intérêt de l'enfant prime....

C'est ce qui se dit dans les cabinets ministériels, c'est ce qui s'écrit dans les circulaires et textes officiels et c'est ce qui devrait se faire.

Malheureusement tout ceci est du vent et la preuve passe par Paris

Une enseignante de maternelle témoigne ( citation parue dans l'hebdomadaire « Informations Ouvrières » numéro 269 :

«  L'après-midi, en petite section (enfants de trois ans), on est obligé de réveiller les enfants avant la fin de la sieste, car il est 14 h 45, on les met debout alors qu'ils dorment encore ; alors, certains se rallongent et on les remet debout cinq fois de suite jusqu'à ce qu'ils marchent et rejoignent les personnels des rythmes scolaires qu'ils ne connaissent pas. »

Si l'on excepte le commentaire à propos des personnels que les enfants ne connaissent pas, que je ne partage pas, tout est dit dans ce témoignage.

Il s'agit là d'une violence inouïe qui consiste à forcer le réveil.

El là se trouve une conséquence directe de la réforme Peillon appliquée avec un zèle aveugle par le maire de Paris.

Une mère d'élève indignée à juste titre raconte :

« Mon petit qui est en maternelle s'est littéralement écroulé de fatigue à la sortie de l'école après toute cette semaine de désordre »

Le respect du rythme de l'enfant mérite autre chose que cette réforme bâclée et imposée aux forceps. !

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires