sarkozy, le pape et la la´citÚ positive...

par pas perdus
samedi 13 septembre 2008

L’expression laïcité positive employée de concert par le président de la République et le pape sous-entend que la laïcité est négative ou l’a été... Curieux, non ?

L’Eglise et ses alliés, dont notre omniprésident caricaturent volontairement la laïcité en estimant que la loi de 1905 est obsolète...

Or, cette affirmation est une contre-vérité. la laïcité est nouvelle et moderne, même en France, au regard des siècles de domination de l’église sur la chose publique.

De 1905 à aujourd’hui, la laïcité a permis de réduire l’influence d’une l’église vaticane qui exerçait un contrôle social et politique très fort. La laïcité garantit aussi la liberté religieuse et l’exercice des cultes.

Selon l’AFP, Benoit 16 vient d’affirmer :

"la foi n’est pas politique et la politique n’est pas une religion."

En effet, il convient de distinguer les deux. L’une relève de la sphère publique (l’Etat, la société) et l’autre de la sphère privée (croyances religieuses, églises).

Mais ensuite, le pape semble se contredire quand il ajoute :

"Les valeurs chrétiennes sont fondamentales pour la construction de l’Etat et de la société."

La notion de valeurs est bien vague.

Tout individu doué de raison agit selon ses valeurs ou ses principes, qu’ils soient d’origines religieuses ou philosophiques. Il semblerait ici que Benoit 16 fasse la publicité de son église et des valeurs qu’elle défend...

Or, les valeurs chrétiennes sont elles-mêmes bien vagues. Sont-ce celles d’un Abbé Pierre, d’un Saint-Louis, de l’Opus Déi, de l’Inquisition, de Pie XII ou des prêtres ouvriers ? Mystère.

Un peu plus loin, le pape se fait plus précis quand il évoque :

"Deux sphères qui doivent être ouvertes l’une pour l’autre."

Ainsi, l’Eglise de Benoit 16 revendique la place qu’elle n’occupe plus dans la sphère publique depuis la loi de 1905.

La laïcité dite positive est donc une laïcité vidée de sa substance, où les églises, qu’elles soient catholiques, juives, musulmanes, sataniques, interviennent dans la sphère politique pour dicter leur conduite à l’Etat et aux citoyen-ne-s ...

Le discours du pape n’est pas nouveau. Il l’a juste adapté à l’air du temps. Vous avez dit ingérence ?

Ce qui est nouveau, c’est qu’il possède un allié en la personne du président de la République...

Calcul politique de la part de Sarkozy ?

Il est vrai que l’Eglise peut détourner ses ouailles du réel en les incitant à prier pour un au-delà paradisiaque, plutôt que se révolter contre les effets de la politique de l’UMP...

Bref, comme dit l’adage :

le ver est dans le fruit.

 



Lire l'article complet, et les commentaires