Une Eglise pas très catholique

par olivier cabanel
mardi 3 février 2009

Décidément, l’église catholique nous surprendra toujours.
Après les prêtres pédophiles protégés, les excommuniés d’hier, pour négationnisme, se voient réhabilités par le Pape.
Notre mémoire est courte, ou sélective, et il n’est jamais bien vu de montrer l’église du doigt, mais lorsque les dérapages se multiplient, comment se taire ?
Qui a oublié que les anciens nazis s’étaient mis sous la protection de l’église et avaient coulé des jours heureux dans des monastères en Amérique du Sud ?
Qui se souvient des silences éloquents de Pie XII lors de l’extermination programmée du peuple Juif ? et dont Léo Ferré a fait une si belle chanson : Monsieur tout blanc.
http://www.mp3lyrics.org/l/leo-ferre/monsieur-tout-blanc/
 
Qui se souvient que l’église a toujours été le fer de lance de la colonisation ?
Qui ne se scandalise pas de voir les prêtres pédophiles protégés, et cachés au sein même de la hiérarchie écclésiastique ?
Scandale aggravé lorsque le pape en personne au lieu de condamner les prêtres fautifs s’en prend plutôt à l’immoralité de notre société.
Qui ne s’étonne que les lieux de culte ne puissent servir d’abri aux sans logis ?
Qui ne se scandalise pas des richesses accumulées siècles après siècles par l’église ?
L’église aurait-elle oublié l’ordre donné à Moïse interdisant sculptures ou tableaux dans la maison de Dieu ? (La Bible : exode chapitre 20)
Qui connaît l’importance de son trésor ?
13 millions d’euros en revenus immobiliers, et 32 millions d’euros en placements immobiliers.
 
Mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg.
Ce serait oublier la collection de tableaux de maîtres, des sculptures, et de l’or : l’or partout, dans les habits, sur les murs, dans les coffres…
Ces trésors sont si somptueux qu’ils ont fait l’objet d’une exposition à l’automne 2003 à Utrecht, dans le musée Het Catharijneconvent.
En 2003, le président israélien a réclamé en vain la restitution du trésor du temple que détiendrait le Vatican depuis 70 après jc,
Ce trésor a, selon Israel, été volé par les troupes romaines dans le Temple de Jérusalem, et ramené à Rome à cette époque.
http://www.voxdei.org/afficher_info.php?id=5688.88
Si le Pape vendait une infime partie de son trésor combien de miséreux pourrait-on nourrir ?
 
Un certain Jésus aurait d’après la bible chassé les marchands du temple à grand coup de pieds bien placés.
Gageons qu’il aurait bien à faire aujourd’hui.
Dans son livre « l’apocalypse » Jean Vuilleumier affirme que la « grande prostituée » décrite dans la Bible n’est autre que l’église catholique.
En effet, dans l’apocalypse, cette « grande prostituée », tout comme Rôme, a sa base sur sept collines : « sept montagnes sur lesquelles la femme est assise ».
« elle tenait dans sa main une coupe d’or » : cette image est sur une médaille commémorative, frappée à Rome, en 1823, par ordre du pape Léon XII.
« Elle est vétue de pourpre et d’écarlate, parée d’or de pierre précieuses et de perles »
N’est-ce pas la description des costumes du haut clergé et des ornements d’église ? la tiare d’un pape vaut à elle seule plusieurs millions.
Le pourpre et l’écarlate correspondent aux couleurs imposées aux évèques, archevèques et autres cardinaux.
 
L’affaire qui secoue l’opinion aujourd’hui en rajoute une couche sur le scandale.
Le pape vient de réhabiliter 4 évêques, dont Mgr Williamson excommunié pour négationnisme : Il avait contesté l’existence des chambres à gaz lors de la dernière guerre mondiale et il appartient à la « confrérie » de Monseigneur Lefebvre.
 Bien sûr, les évêques de France réprouvent les propos de Mgr Williamson, et disent que cette décision papale les a pris tous de court.
Aucun d’entre eux n’a été informé auparavant, (comme cela avait été le cas en 2007 pour le rétablissement de la messe en latin) de cette décision.
 
Comme nous avons la mémoire courte, il est important de rappeler que Benoit XVI, alias Joseph Ratzinger est né en 1927 en Allemagne, et qu’il a été membre des jeunesses hitlériennes.
Il s’est enrôlé dans les services auxiliaires antiaériens jusqu’à la fin de la guerre.
Ratzinger est devenu pape, et ses choix sont connus :
Il n’aime pas la laïcité, l’homosexualité, l’avortement, la contraception, les femmes prêtres, et l’oecuménisme des franciscains d’Assise.
Nous voilà fixé.
Aujourd’hui, on sait ce qu’il aime :
Le célibat des prêtres, le mariage et la famille, l’eucharistie, les indulgences et l’Opus Deï,
On pourra, à partir d’aujourd’hui y rajouter : les évêques négationnistes.
 
Car comme disait un vieil ami africain :
« Un homme plein de vices finit un jour ou l’autre sous écrou ».

Lire l'article complet, et les commentaires