Ne mangeons plus de mas !

par Jean-Paul Foscarvel
lundi 12 novembre 2012

Une décision de la Commission Européenne du 18 octobre 2012[i] autorise la vente de maïs transgénique.

Non seulement celui-ci est autorisé à la vente, mais en plus, il n’y aura pas moyen de savoir si ce que nous achetons est modifié ou non, puisque l’étiquette du maïs modifié est :

« Maïs »

La raison évoquée est que l’Efsa estimait que le maïs OGM était aussi sûr que le naturel !

Le consommateur dès lors n’a pas à être averti !

 

Conditions de l’acceptation :

- C’est le demandeur qui fournit le dossier d’acceptation à la commission ;

- L’EFSA se prononce sur ce dossier uniquement, et n’analyse pas les études complémentaires, dont celle qui a mis en évidence des conséquences nocives

- Le demandeur établit un plan de surveillance accepté par l’EFSA, mais à partir du moment où le consommateur ne sait rien, que peuvent-ils surveiller ? En cas de pandémie, ou d’effets redoutables, comment les médecins peuvent-ils en savoir la cause ?

- Cerise sur le gâteau, il existe un comité qui doit donner son avis sur les conséquences dans la chaîne alimentaire, et qui justement n’a pas donné d’avis : principe ‘anti-précaution, il ne dit rien, donc tout va bien !

 

Conséquences :

Toute nourriture contenant du maïs est susceptible de contenir du maïs modifié.

D’autre part, c’est dans l’ensemble de la chaîne alimentaire qu l’on peut en trouver, ingurgité par les poulets, les porcs, les bœufs, etc.

Donc toute la viande que nous mangeons est susceptible de contenir des produits génétiquement modifiés. On comprend pourquoi le comité s’est tu !

Si une maladie, un virus, un microorganisme, aux effets dévastateurs se répand, si une transformation s’effectue, cela pourrait être une vraie catastrophe.

Nous ne savons plus ce que nous mangeons.

 

Quoi qu’il en soit, ne mangeons plus de maïs !



[i] Décision 2012/651/UE


Lire l'article complet, et les commentaires