Absolument dé-goû-té !

par Lisa SION 2
lundi 4 octobre 2010

Le népotisme ne s’affiche pas sur le front des fils d’initiés qui sont choisis en son nom, mais s’installe tranquillement face à la conjoncture, comme les punaises sur un gonflable, garantissant ainsi sa mort prochaine. Le principe est le même que la sélection de la race pure issue du communautarisme le plus obtus, mais dans celui-ci les plus belles filles arrivées en jupes ne peinent pas à être embauchées, sans même passer par la case pôle emploi. Les administrations adorent s’entourer de jolie filles juste pour être entourés de jolies filles. La plupart d’entre elles seront sollicitées et intimées à se taire puisqu’elles auront vite la bouche pleine et travailleront parfois sous le bureau, mais il en est une dont il était attendu qu’elle le fasse naturellement, puisqu’en plus elle est blonde, sauf qu’elle a parlé.

L’administration aurait bien du se méfier car en effet, Aurélie a la voix exacte de Sylvie Joly, autre blonde connue désormais pour son franc parler ! Mais l’administration ne se méfie pas parce qu’elle n’est pas consciente de sa propre boulimie et obésité croissante en l’absence complète de contrôle externe. Les frais de fonctionnement de l’État français étaient de 8 % en 1913, et approchent les 60 % aujourd’hui, tout proche du constat qui a valu la prison à jacques Crozemarie, 72 % des sommes collectées auprès de 3,5 millions de donateurs, seulement 28 % étaient consacrés à la recherche sur le cancer. Plutôt que libérer les crédits vers la myriade de petits dossiers épineux qui entravent la bonne marche d’une région entière, la région préfère obtempérer pour ce magnifique grand projet ficelé en haut lieu, et qui va pouvoir lui faire gagner une demi heure sur le trajet vers la capitale. Pour que se mène à bien cette politique mégalomane, il faut embaucher des paillassons serviles.

Dans l’industrie civile, l’informatique a diminué de moitié le travail et nombre d’emploi de petites mains du secrétariat, tout comme les robots dans les ateliers ont réduit le travail manuel et de manutention, mais pas dans l’administration. En l’absence de devoir de résultat, l’administration n’a donc pas à sélectionner son personnel en mesure des facultés ou diplômes, les postes ne sont souvent réservés que par piston local. De toutes façons, le devoir de réserve, chef d’accusation invoqué envers l’accusée, démontre, s’il en est besoin, à quel point il est urgent que chacun se taise avant tout. Cette phrase de Luc chatel le résume très bien : « Quand on se veut chevalier blanc, on commence par respecter la loi et ne pas divulguer des informations confidentielles auxquelles on a accès parce qu’on est membre d’une commission qui a été installée par le parlement et qui vise à la transparence de la vie politique, voilà  ! » Tu es là pour fermer les yeux et n’ouvres la bouche que pour dire « Oui chef  ! »

Démasquée après avoir décrit son univers ubuesque d’employée d’une collectivité territoriale dans un livre intitulée dans un livre, "Absolument dé-bor-dée !", Aurélie Boullet alias Zoé Shepard a écopé d’une sanction de 10 mois d’exclusion, dont 6 avec sursis. Alain Rousset, le président socialiste du Conseil régional d’Aquitaine, a finalement opté pour une punition plus clémente. Le 1er juillet 2010, au terme d’un conseil de discipline de près de 6 heures, le jury avait requis deux ans de suspension sans salaire. Aurélie Boullet compte toutefois contester cette décision devant la justice administrative, elle qui considère avoir été "dénoncée comme étant Zoé Shepard", et affirme que personne ne s’est reconnu dans son récit. "Je considère qu’aucune faute n’a été commise", déclarait la jeune femme, le 30 août au micro d’Europe 1. " Les personnages sont vraiment des personnages, ce ne sont pas des personnes, ce sont des caricatures ». L’administration juge elle qu’Aurélie Boullet est coupable de "manquement à l’obligation de discrétion, manquement à l’obligation de réserve et comportement fautif à l’égard de sa hiérarchie". Elle ne touchera pas de salaire durant ses mois de suspension. Heureusement, le remue-ménage provoqué par sa hiérarchie a fait grimper les ventes d’"Absolument dé-bor-dée !", qui s’était écoulé à la fin août à plus de 40 000 exemplaires.

Absolument dé-bor-dée

On se moque toujours trop rapidement des blondes

Documents joints à cet article


Lire l'article complet, et les commentaires