Acheter des contrefašons sur Internet n’est pas une bonne affaire

par FIFAS
lundi 6 avril 2009

« Qui dit mieux ? dans mon colis en retard de deux mois, j’ai trouvé deux chaussure gauches, pas le même modèle et pas la même taille »
 
« Au bout de 10 mois, ils m’ont envoyé un article que j’ai pas commandé, je veux le revendre, mais personne n’en veut, rien que d’y penser, ça m’énerve »
 
« J’ai reçu une convocation des douanes où je dois me rendre demain avec mon chéquier, je perds mes 200 euros et mes cadeaux de Noël, et je vais passer un mauvais Noël avec mes enfants, car le budget est maintenant zéro, j’ai trouvé ce site en tapant chaussures de sport sur Internet, comment je pouvais savoir que c’était de la contrefaçon ? je suis écoeurée ».
 
Ils sont de plus en nombreux à exprimer sur les blogs et forums du net leur amertume, leur désarroi ou leur colère ceux qui, croyant faire une bonne affaire, sont victimes du mirage de la contrefaçon.
 
A l’heure où les douanes annoncent avoir saisi, au cours de l’année écoulée, 623.000 articles de contrefaçon importés illégalement via Internet, la fifas (fédération des industries du sport et des loisirs) lance une campagne pour informer le consommateur, et lui donner les moyens d’éviter des pièges aux conséquences parfois dramatiques.
 
Illustrée par des témoignages d’internautes, la campagne montre que la recherche du prix le plus bas peut se transformer en cauchemar, car l’acheteur de contrefaçons risque une amende douanière et des poursuites pénales. Elle évoque les difficultés rencontrées par les cyber-acheteurs qui, confrontés aux problèmes de livraison propres aux sites contrefacteurs, perdent définitivement leur argent en s’apercevant trop tard qu’ils n’ont aucun recours possible.
 
Elle est surtout complétée par des conseils etdes informations permettant de déceler le caractère contrefaisant d’un site.
 
La fifas a recensé plus de 1.000 sites contrefacteurs « spécialisés » dans le secteur sport, dont 120 particulièrement actifs.
 
Ces sites bénéficient d’une grande visibilité sur Internet, ils sont référencés sur les moteurs de recherches, utilisent largement les liens commerciaux, multipliant les noms de domaines pour apparaître en première ligne sur les requêtes des internautes.
 
Ils deviennent de plus en plus difficiles à identifier, car les contrefacteurs s’efforcent de donner à leurs sites une apparence de légalité, en recopiant des conditions générales de ventes, en annonçant de faux Registres du Commerce, en affichant des adresses et des numéros de téléphone inexistants. Ils lisent régulièrement les forums qui les dénoncent, modifient en conséquence leurs rédactionnels pour apparaître comme licites, et y interviennent sous pseudonymes d’acheteurs pour promouvoir leurs sites.
 
 
 
Dès lors, le consommateur le plus averti risque de tomber dans le piège, et il est donc important d’avoir quelques repères et connaître les bons réflexes pour continuer d’acheter malin sur Internet.
 
Pour visualiser la campagne : avec en prime, des liens vers les forums et blogs qui dénoncent les sites contrefacteurs.
 
Les marques de sport sont particulièrement concernées par la contrefaçon, puisqu’elle représentent les 3/5 des marques contrefaites (sur 10 marques copiées, six sont des marques de sport.) Mode et tendance, ces marques sont plébiscitées par une clientèle majoritairement cyber-acheteuse. D’après la FEVAD, 51 % des moins de 25 ans et 83 % des 25-34 ans achètent en ligne. Elles intéressent donc tout particulièrement les « industriels de la contrefaçon », qui sont d’habiles observateurs des tendances et savent identifier très rapidement les phénomènes de mode et les marchés porteurs.
 
L’offre contrefaisante d’articles de sport sur Internet est colossale, et couvre l’ensemble des produits, chaussures et textile mais également le matériel, les raquettes de tennis, les clubs de golf etc.. Pour ne citer qu’un seul chiffre, on a estimé, à partir de constatations effectuées à la suite de saisies, qu’il se vend en France, par an entre 3,5 et 5 millions de paires de chaussures de sport contrefaisantes sur un marché d’environ 47 millions de paires.


Lire l'article complet, et les commentaires