Bombe sociale : 1 million de chômeurs en fin de droits en 2010 dont 60% sans aucune ressource

par JENB PRODUCTIONS
samedi 30 janvier 2010

600.000 personnes de plus sans aucune ressource

C’est une véritable bombe sociale à retardement : En 2010, 1 million de chômeurs (dont moi¹) arriveront en fin de droit. Et 600.000 d’entre-eux ne percevront ni RSA ni ASS (Allocation spécifique de solidarité). Il viennent s’ajouter aux quelques 850.000 personnes ayant épuisé leurs droits en 2009, selon le site Marianne2

 (photo : Kinderpat - Flickr - cc)

 
600.000 personnes de plus sans aucune ressource

D’après Bernard Thibault, dont Zap-éco rapporte ses propos dans Le Parisien : « (...) Si rien n’est fait, ce seront de manifestants virulents qui se feront bientôt entendre car ils n’auront plus rien pour vivre ».

Dans un article du Monde.fr, sous la plume d’ Anne Rodier et Adrien de Tricornot, on apprend en effet que « (...) Ce sont donc plus de 600 000 chômeurs qui verront leur sort remis au seul soutien familial, entraînant un accroissement sensible de la pauvreté en France (...) »

Selon Christhian Estrosi, Le gouvernement estime avoir pris les dispositions nécessaires mais considère que cette problématique relève avant tout des partenaires sociaux qui seront amenés à se réunir le 26 février en séance plénière.


Car le chômage de longue durée (un an ou plus) a explosé de 24% selon Corinne Prost, responsable de la division emploi à l’INSEE.

Maurad Rabhi, secrétaire confédéral de la CGT s’en inquiète sur Le Monde.fr : « On ne peut pas laisser 600 000 personnes sans aucune indemnité jusqu’à la reprise du marché de l’emploi. Il est urgent d’ouvrir le débat ».

D’ailleurs, sur le site de 20minutes, il poursuit : « (...) c’est d’abord eux que la crise concerne et c’est eux qu’on traite en dernier, on ne peut pas continuer à ce rythme (...) ».

Car un chômeur en fin de droit peut ne recevoir aucune aide (RSA ou ASS) en fonction de la situation familiale. En effet, ces allocations sont basées sur les revenus du foyer.

 Photo : Eric Gaillard / Reuteurs

Taxer les emplois précaires

Maurad Rabhi enfonce le clou sur le site de Marianne2. Selon lui, le problème est bien évidemment financier et la solution consisterait à taxer plus lourdement les emplois précaires avec « (...) une cotisation sur les contrats précaires, CDD et intérim (...) ». Une optique que bien évidemment le patronat ne partage pas. « (...) Ils cherchent à minimiser ce chiffre et à gagner du temps. C’est parce qu’ils savent bien qu’il faudra soit créer une taxe, soit augmenter les cotisations (...) » poursuit le syndicaliste.

Or, selon le site de l’Expansion.com, l’Unedic devrait atteindre un déficit de 10 milliards fin 2010. C’est donc une partie de ping-pong que jouent l’état et le patronat (qui préside l’Unedic) depuis le dernier trimestre 2009.

Pour conclure cet article, je vous propose le visionnage d’un reportage de France2 sur ce sujet :



A quelques semaines des régionales (voir notre sondage d’hier sur vos intentions de vote), voilà qui devrait compliquer le scrutin.

¹ Je recherche un emploi dans le secteur des médias

Sources : Jenb Productions sur Le Post.frZap-eco, Le Monde.fr, 20minutes.fr, Marianne2.fr, L’Expansion.com

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret

 


Lire l'article complet, et les commentaires