Ces exceptions franšaises qui font un peu de bien

par Laurent Herblay
jeudi 12 mai 2016

Un article de The Economist rapporte la préoccupante hausse des suicides aux Etats-Unis et dans d’autres pays. Un autre s’inquiète de la baisse de la fécondité depuis la crise de 2008, aux Etats-Unis et dans bien des pays dits développés. Mais à chaque fois, la France contredit la tendance, en bien !

 
Ces mieux, qui ne doivent rien à Hollande
 
Bien sûr, les statistiques de suicide restent très préoccupantes puisque nous faisons partie des pays où le taux de suicide est élevé (plus de 15 pour 100 000), mais bien moins qu’au Japon ou en Corée mais au moins, il baisse fortement (il tournait entre 20 et 25 pour 100 000 jusqu’au milieu des années 1990). En revanche, le taux de suicide aux Etats-Unis, tombé autour de 11 pour 100 000 au tournant du siècle, n’est plus très loin du chiffre de 14 pour 100 000, une hausse de 24% en 15 ans. Les chiffres indiquent aussi une hausse outre-Manche et aux Pays Bas. Pour le journal, « la hausse depuis 2007, avec la crise financière, donne du poids à l’idée que les études sur les suicides sont une branche de la macro-économie  ». Une nouvelle illustration du fait que l’ultralibéralisme tue  ?

Dans un autre papier du même numéro, The Economist s’alarme de la chute significative de la fécondité dans les pays occidentaux depuis la crise, les Etats-Unis étant passé de 2,12 en 2007 à 1,86 en 2014, la Grande-Bretagne, passée de 1,92 à 1,81 de 2012 à 2014, comme en Norvège et en Australie. Et ce qui chagrine The Economist, c’est l’absence de rebond démographique dans ces pays, qui sont relativement sortis de la crise, comme si quelque chose avait été cassé. Il incrime l’incertitude économique, la difficulté d’acheter un logement, notant que le pessimisme sur le futur pourrait jouer un rôle. En revanche, la France n’a pas été affectée puisque le taux de fécondité reste stable, révélant des facteurs plus profonds que les migrants puisque nous en accueillons bien moins qu’outre-Manche…
 
Bien sûr, ce ne sont que des chiffres relatifs, mais il est positif de constater que dans le marasme que nous traversons, la France reste suffisamment forte pour nous donner toujours autant envie de faire des enfants, et de moins en moins se suicider. Malgré les attaques de toutes parts contre notre modèle, il semble qu’il résiste et nous protège sans doute sensiblement mieux qu’ailleurs.
 

Lire l'article complet, et les commentaires