Dany le Rouge et Jeudi Noir

par Streetreporters
samedi 28 février 2009

Une déferlante de caméras et de photo-journalistes a pris d’assaut, jeudi 26 février, le 24 rue de la Harpe. Pendant quelques heures, le collectif Jeudi Noir a eu la surprise de voir leur squat se transformer à peu de chose près en un plateau de télé. Motif ? La visite et le soutien de l’euro-député Daniel Cohn-Bendit.

On arrive sur les lieux et une cohorte de journalistes se tient déjà au garde-à -vous. Une chose est sûre, le député européen ne joue pas à cache-cache avec les journalistes., cameras au poing et appareils photo en bandoulière. Certains expliquent vouloir filmer « un homme légendaire ». Rien que ça. On se fait donc une place, on se serre des coudes pour pouvoir retranscrire l’événement : une rencontre transgénérationnelle avec des Robins Des Bois de l’immobilier qui dénoncent les abus de la société de consommation. En tout cas, cela n’a rien à voir avec une ultime diffusion d’un film de genre cap et d’épée, mille fois revisité.


On sent quand même un malaise par rapport à cette faune un peu particulière qui vient revendiquer son droit médiatique, dans une atmosphère de remue-ménage qui vient troquer droit de l’image contre le droit au logement. Ils étaient donc une quinzaine à filmer la rencontre. Le leader des verts au parlement européen vient distiller quelques conseils et apporte (encore heureux) son soutien aux jeunes squatteurs de Jeudi Noir, en présence d’une quinzaine de caméras, sans compter les photographes.

Impossible de faire le moindre geste. On se rend compte que l’événement, c’est la présence des journalistes. Parés de leurs armes de com’ (évidemment dernier cri), ils déclenchent un malaise chez les habitants du squat’, visiblement désabusés par la situation.

 

Lire l'article complet, et les commentaires