De Lune l’autre

par Cathy L
lundi 8 avril 2013

La FEMME, les femmes et leur combat pour l'égalité.

Etude pour la tête de Léda, Léonardo Da Vinci

Mai 2012, nomination de Najat Vallaud Belkacem, ministre des droits des femmes. A priori, nous pouvons nous en réjouir. Mais avec un peu de recul, je me demande s'il est normal, en 2013, que nous ayons besoin de ce type de représentante. Quel est l'état des lieux, comment se portent les femmes, en réalité ? Prendre le sujet en main, me fait l'effet de porter la même charge que Sysiphe, condamné à faire rouler son rocher éternellement.

Qui n'a pas lu ou entendu dire que l'islamisation de la France mettait en danger la laïcité ? Mais vous devez penser que je fais un hors sujet et que je saute du coq à l'âne. Tant pis si je perds des lecteurs, à bientôt peut-être. Est-ce l'islam le problème ou la représentation que nous nous en faisons, nous, petits Occidentaux enfoncés dans nos canapés devant BFM TV quand la démence malveillante s'empare d'un homme comme Mohammed Merah ? Est-ce l'Islam le problème ou la représentation que nous nous en faisons quand nous nous scandalisons face aux mariages forcés et précoces, au port du voile, aux lapidations, aux excisions, à la polygamie ... Mais ayons une vision d'ensemble. Est-ce l'islam le problème ou les fondamentaux et les dogmes des religions abrahamiques (christianisme, judaïsme et islamisme), édifiés par les hommes et pour les hommes ? De mauvaise foi sont ceux qui nient la misogynie du patriarcat. Pourquoi n'y a-t-il pas de femme imam ou pape à votre avis ? Évidemment, certains, comme les protestants, se positionnent au dessus du débat en accordant aux femmes le droit prêcher, en France, dès 1929 (!), fonctions prises par Madeleine Blocher-Saillens. Il y a même des femmes rabbin (Régina Jonas, première femme ordonnée en 1935 en Allemagne). Mais combien sont-elles, dans l'islam, à défier les extrémistes religieux comme a pu le faire Amina Wadud, féministe musulmane et professeure d'études islamiques à l'université de Virginie, qui dirigea le 18 Mars 2005 la prière du Vendredi aux États Unis devant hommes et femmes ?

Flore, de Francesco Melzi

Qui n'a pas entendu parler des FEMEN ces derniers mois est coupé de la civilisation. En effet elles défraient la chronique sur les réseaux sociaux notamment. Entre leur prise de position, avec Caroline Fourest, pour le mariage pour tous, contre les extrémistes catholiques de CIVITAS (association d'intérêt général, hic), leurs salutations à Joseph RATZINGER, ancien pape Benoît XVI (issu des jeunesses hitlériennes et de la congrégation pour la doctrine de la foi, à savoir l'inquisition) dans la cathédrale de Notre Dame de Paris lors de sa démission, et leur opération de soutien à Amina Tyler, 19 ans, première FEMEN en Tunisie (journée internationale DJIHAD seins nus). Elles exhibent leurs seins et c'est ce qui choque semble-t-il ; la rhétorique redondante de leurs adversaires insinue que ce n'est pas en montrant leurs poitrines dénudées qu'elles aideront à l'émancipation des femmes, bien au contraire. AEIOU-Y (clin aux lecteurs cathares s'il en passe par ici). Il me semble important de rappeler ici que le sein symbolise certes, la femme allaitante, mais aussi Marianne ... Je laisse ceux qui y perçoivent une connotation sexuelle face à leur perversité. Nul besoin de se voiler si c'est pour détourner des tendances libidineuses mal maîtrisées, nous ne sommes pas des animaux. Et puis trêve de pudibonderie. Les FEMEN choquent, c'est un concept marketing, intéressons-nous plus au fond qu'à la forme. Non, elles ne militent pas contre les religions, comme beaucoup le pensent, mais elles combattent ce qui opprime les femmes, le patriarcat en premier lieu. En Ukraine, il semblerait qu'elles mettent en avant les cultes voués à la déesse-mère.

Quelques brèves. Nous apprenions récemment que les Saoudiennes avaient désormais le droit de faire du vélo ; qu'en Palestine, à Gaza, la mixité dans les écoles n'existera plus à partir de l'âge de 9 ans, même dans les écoles chrétiennes ; au Maroc, un article de loi contraignant la victime d'un viol à épouser son agresseur est sur le point d'être amendé (suite au suicide d'Amina Filali, la victime, le 10 Mars 2012) ; en Libye, le cheikh lance une fatwa contre le droit des femmes et a appelé tous les musulmans du monde à manifester contre la déclaration rendue par la commission des Nations unies sur le statut des femmes, incitant, selon lui, à "l'immoralité et à l'indécence". Mais les Libyennes ont défilé un jour avant, soit le 14 Mars, afin de dénoncer les violences à l'égard des femmes dans leur pays ; Malala Youfsafzai, 15 ans (Pakistanaise) a reçu le prix Simone de Beauvoir pour le droit des femmes pour son combat relatif à l'éducation des filles et contre l'obscurantisme des talibans et autres groupuscules extrémistes après avoir été gravement blessée par les talibans ; au Nord du Pakistan, alors que les talibans ont interdit le théâtre, des femmes artistes Pakistanaises dont Meena Gul, bravent les autorités et montent sur les planches afin de défendre le droit des femmes et la culture ; les femmes Tutsie (Rwanda) portent plainte pour viol contre l'armée Française ; aux Maldives, une jeune fille de 15 ans victime de viols répétés vient d'être condamnée à 100 coups de fouets en public ; (plusieurs médias très sérieux relayent des informations liées à la condition féminine : "Terriennes", "Les nouvelles news", "Femmes en résistance magasine" ...). Plus près de nous ... seigneur. A partir du 2 Avril, toutes les entreprises du CAC 40 compteront au moins une femme dans leur conseil d'administration ou de surveillance ; en France, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ; le 23 Mars 2013, deux Françaises de confession musulmane ont été mariées par Ani Zonneveld, imam venue des Etats-Unis ; le parlement Européen inclut la proposition dans la liste des violences faites aux femmes et dans les violations des droits humains ; en France, de nos jours, les femmes gagnent en moyenne 25% de salaire en moins à compétences égales ; en France, les femmes sont plus largement confrontées à la précarité et à la pauvreté ; en France, une femme sur 10 a subi ou subira des violences sexuelles ; en France, seulement 2% des violeurs sont condamnés ; Et je vous laisse consulter les médias sus-nommés qui sont aussi, par ailleurs, mes sources.

Emmanuel Benner, Maryam de Magdala au désert

Spirituellement, philosophiquement, socialement, humainement, déjà, la femme Etrusque, Indo-européenne, italique (comme nous) était haïe par les Grecs et les Romains parce que trop libre, égale de son compagnon. Hélas, cette civilisation a disparu sans nous laisser la possibilité de percer son alphabet et ses mystères... http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=351&ress=1189&video=82626&format=68

Mais plus près de nous, la civilisation Occitane Médiévale, notamment en Languedoc, était très avancée au sujet de la place des femmes, mais cela est une autre thématique à développer en profondeur...

Quelques dates :

- 1791, Olympe de Gouges, Languedocienne, écrit la "déclaration des droits de la femme et de la citoyenne".

- 1876, Hubertine Auclert crée "Le droit des femmes" qui soutient le droit de vote pour les femmes.

- 1924, uniformisation des programmes scolaires féminins et masculins et création d'un baccalauréat unique.

- 1944, droit de vote et d"égibilité pour les femmes.

- 1965, les femmes mariées peuvent exercer une profession sans l'autorisation de leur mari.

- 1967, la loi NEWIRTH autorise la contraception.

- 1975, loi VEIL pour l'interruption volontaire de grossesse.

- 1976, la mixité est obligatoire dans les établissements scolaires publics.

- 2000, première loi sur la parité politique.

- 2010, vote de la loi relative aux violences faites aux femmes.

 

"Chaque femme porte en elle une force naturelle riche de dons créateurs, de bons instincts et d'un savoir immémorial. Chaque femme a en elle la femme sauvage. Mais la femme sauvage, comme la nature sauvage, est victime de la civilisation. La société, la culture la traquent, la capturent, la musellent, afin qu'elle entre dans le moule réducteur des rôles qui lui sont assignés et ne puisse entendre la voix généreuse issue de son âme profonde." Clarissa Pinkola Estés née au Mexique et ayant grandi aux Etats-Unis au sein d'une famille Hongroise qui l'a adoptée. Elle est auteure, conteuse et psychanalyste de l'école Jungienne.


Lire l'article complet, et les commentaires