Drame de Neuville-aux-Bois : la théorie du complot islamiste responsable de la tuerie ?

par Vera Mikhaïlichenko
mardi 23 février 2016

Un terrible drame familial s'est produit à Neuville-aux-Bois, dans le Loiret, dans la nuit du dimanche au lundi 15 février. Un jeune père de famille de 26 ans a tué ses deux enfants et sa femme, avant de se donner la mort dans la nuit de lundi à mardi.

Une petite fille de 10 mois (Mélora) et un garçon de six ans (Loan) ont été égorgés dans leur lit pendant leur sommeil. La mère de 27 ans (Tatiana) a été poignardée à de multiples reprises : "plus d'une quarantaine de plaies ont été constatées au niveau du thorax – deux coups de couteau ont touché le cœur – du dos et du cou. Des "lésions de défense" ont également été relevées au niveau des mains." Le dernier signe de vie de Tatiana est un contact Facebook, dans la nuit de dimanche à lundi, à 0h30. Après cela, son compte comme son téléphone sont restés muets.

Le père s'est ouvert la gorge 24h plus tard avec une scie circulaire dans la cave située juste en dessous de l'appartement, au rez-de-chaussée. Détail sordide, que nous révèle Le Populaire : "dans la journée de dimanche, Rémy Taudin s'est connecté à Internet et a tapé la phrase "Comment tuer sa meuf ?" dans son moteur de recherche."

La France vendue à l'islam : une terreur venue du web

On s'est évidemment interrogé sur ce qui avait pu conduire Rémy Taudin à sombrer dans une telle extrémité. L'enquête indique, selon La Montagne, qu'il ne présenterait pas d'antécédents psychiatriques connus, mais que des problèmes de dépression n'étaient pas exclus. Cela dit, selon France 3, "le jeune homme avait des problèmes psychiques paranoïaques". L'homme était en tout cas connu des services de gendarmerie pour des problèmes de stupéfiants, mais nullement pour des violences. D'après les voisins, le père et la mère ne travaillaient pas. On évoque un "milieu social défavorisé", ce qui n'empêchait pas, lit-on, une certaine forme "d'équilibre familial".
 
L'activité du père sur Facebook peut nous aider à saisir son immense mal-être, qu'il exprima encore la veille et le jour même du drame. Le lundi 15 février au matin, soit quelques heures après avoir assassiné sa famille d'après les autopsies pratiquées à l'institut médico-légal de Tours, Rémy Taudin, qui fréquentait la page Facebook d'un groupe d'extrême droite, Patriotes de France, y avait posté le message suivant :

 
Pour information, le groupe Patriotes de France, "aimé" sur Facebook par plus de 110 000 personnes, émane du mouvement néo-fasciste La Dissidence française, qui se présente de la sorte sur son site :
 
La Dissidence Française (DF) est un mouvement politique français fondé en janvier 2011 par Vincent Vauclin, et dont l’idéologie emprunte à la fois au nationalisme contre-révolutionnaire, au fascisme, à l’ethno-différentialisme et au Traditionalisme. Fondée en 2011 comme association de fait et officialisée en 2013 comme association loi 1901, la Dissidence Française s’est affirmée comme un pôle influent de la droite radicale. La Dissidence Française s’appuie notamment sur les réseaux sociaux et n’hésite pas à recourir à la provocation pour accroitre son audience.
 
Selon Sophie, la sœur aînée du meurtrier, celui-ci « était tombé dans un cercle vicieux, un délire anti-islam. Il en est devenu paranoïaque. Lundi, il m’a envoyé un message : il y avait un petit mot perso et puis il me disait que c’était la guerre en France. Que le gouvernement avait vendu la France à l’Islam. Il me disait : "On est en guerre, il faut s’armer". » Un message qui ressemble fort à celui qu’il a posté sur Facebook le même jour.

Cette obsession, poursuit Sophie, lui aurait d’ailleurs fait perdre totalement le sommeil : « Apparemment, il était resté sans dormir ces trois derniers jours. Il restait à sa fenêtre la nuit, il pensait qu’il allait y avoir une attaque contre les blancs. La veille (ndlr : dimanche), il a dit à des amis : “Si c’est la guerre, j’emmène ma famille avec les anges”.  » Pour Sophie, c’est cette crainte de voir femme et enfants tués ou réduits au rang d’esclaves qui lui aurait « retourné la tête ». Dans son délire, conclut-elle, « j’ai l’impression qu’il a voulu protéger sa famille.  »

Les provocations assumées de la Dissidence française ont bien porté leurs fruits à Neuville-aux-Bois, comme le fait remarquer, un peu isolé au milieu des messages de haine et des insultes habituelles, un internaute sous l'une des publications de Patriotes de France :

Entre prise de conscience et délire : une foudroyante descente aux enfers

Si l'on remonte un peu le fil de la page Facebook de Rémy Taudin, on a le sentiment d'avoir affaire à un homme qui s'est radicalisé et a perdu la tête à très grande vitesse. En effet, pendant plusieurs années, il ne publie presque que sur le seul sujet des motos, qui le passionnaient ("Rémy vivait de petits boulots et espérait un jour faire de sa passion pour la mécanique moto son vrai métier", lit-on dans La Rep). On trouve aussi quelques posts favorables au cannabis et à sa légalisation, et puis, le 9 janvier, il fait état d'une insomnie, faisant ce commentaire inquiétant : "2 js que jdort pas de la nuit che pas trop de trucs en tete". Des insomnies dont sa soeur témoigne, on l'a vu, dans les trois jours qui ont précédé le drame.
 
Jusqu'au début de l'année 2016, ses posts sont donc plutôt anodins et ne parlent jamais de politique. Le 11 janvier, le voici qui relaie une vidéo sur le crise financière. Le 12, une image mettant en parallèle le traitement des SDF français et celui des migrants (apparemment bien meilleur). Le 5 février, il relaie un tract du Front national contre la réforme de l'orthographe, le 6 un article sur le revenu universel, le 9 l'article 35 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen : "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs", le 11 ce slogan pas très d'extrême droite : "Je n'ai pas de race, je suis un humain", que sa compagne Tatiana approuve. Le 13, il change sa photo de profil : un décor de carte postale sur une île lointaine.
 
Le 15 février à 0h16 (soit peu de temps avant le drame), il relaie un article du Parisien sur une perquisition dans les locaux de Carrefour France. A 0h26, un autre article du Parisien, au titre prémonitoire : "Gard : le corps d'une femme caché dans le coffre d'un clic-clac". A 1h22, l'intervention d'Emmanuelle Cosse sur RTL affirmant : "On peut accueillir des réfugiés en France sans limite". A 1h23, il poste une caricature de François Hollande grimé en Kim Jon-un et une autre de Manuel Valls sous les traits de Staline. A la même heure, ce tract du frontiste Nicolas Bay sur le bilan désastreux de Nicolas Sarkozy en termes de terrorisme, d'immigration et d'islamisation de la France :
 
 
A ce moment-là, le triple meurtre est sur le point d'avoir lieu, s'il n'a pas déjà eu lieu dans les minutes précédentes.
 
Complotisme ou islam, qui est le responsable ?
 
Face à un tel drame, on ne peut s'empêcher de chercher, derrière l'homme qui a tué, le "vrai" coupable, l'idéologie meurtrière qui a conduit son bras. Chacun, selon sa propre lubie, apporte sa réponse. Ainsi, Rudy Reichstadt accuse sans surprise le complotisme :
 
"Quelle que soit la part de paranoïa dans le geste délirant de Rémy Taudin, le drame de Neuville-aux-Bois ne peut pas ne pas faire penser à l'affaire Phillip Marshall, un auteur conspirationniste obsédé par les attentats du 11-Septembre - dont il tenait l'Administration Bush pour responsable - et qui avait assassiné ses deux enfants avant de se suicider en février 2013."
 
On pourrait en effet citer d'autres exemples d'individus fragiles psychologiquement, dont les penchants complotistes ont pu les faire basculer dans l'horreur.
 
D'abord, le cas du "tueur de l'Arizona", Jared Lee Loughner, qui avait tiré sur la congressiste Gabrielle Giffords et tué six personnes le 8 janvier 2011, et qui, s'il était psychologiquement instable, faisait du conspirationnisme un élément central de sa vision du monde :
 
"Loughner aurait évoqué à plusieurs reprises devant ses camarades de classe le thème du « Nouvel Ordre Mondial ». (...) Le jeune homme est aussi un partisan de la théorie du complot sur les attentats du 11-Septembre (...). Loughner paraît convaincu que les autorités fédérales américaines cherchent à contrôler les esprits des gens par le contrôle du langage (...). le jeune homme fustigeait la « monnaie qui n’est pas adossée à l’or ou à l’argent », un thème très répandu au sein du mouvement des milices patriotiques et développé notamment dans le film conspirationniste Zeitgeist, de Peter Joseph. Un film dont Loughner était un véritable fan et qu'il se passait en boucle si l’on en croit ses anciens condisciples."
 
Ensuite, le cas de Tamerlan Tsarnaev, l'un des terroristes de Boston en 2013, à la fois "adepte des théories du complot sur le 11-Septembre", familier du site d’Alex Jones, et qui avait l’intention de se procurer un exemplaire des Protocoles des Sages de Sion.
 
Enfin, le cas de Chris Harper Mercer, un étudiant américain de 26 ans, qui avait abattu neuf personnes sur un campus universitaire de la petite ville de Roseburg, dans l'Oregon, le 1er octobre 2015, avant de se donner la mort après un échange de tirs avec des policiers, et qui était, lui aussi, fasciné par les théories du complot. Il avait notamment téléchargé sur Internet des films conspirationnistes comme Lost Secrets of the Illuminati [Les secrets perdus des Illuminati] et All Wars Are Bankers’ Wars [Toutes les guerres sont les guerres des banquiers].
 
Le site Luttons contre le FN signe la même analyse que Rudy Reichstadt ; il titre son article sur la tuerie de Neuville-aux-Bois : "Les théories du complot mènent à la folie meutrière", et fait ce petit rappel :
 
"Rémy Taudin avait une obsession pour l’islam et était assidu de la page facebook Patriotes de France. Théorie de complot, grand remplacement, haine et appel au meurtre sont le quotidien sur cette page."
 
Selon ce site, la dérive de Rémy Taudin serait comparable à celle des jihadistes, qui eux aussi se radicalisent parfois en quelques semaines, voire en quelques jours sur le web :

"Un processus de radicalisation proche de celui des djihadistes avec comme issue une dérive meurtrière.

Tous ces messages de haine et ces idées mortifères peuvent mener à l’irréparable. La peur et la haine tuent aussi en France."

Pour Christine Tasin, en revanche, présidente de Résistance Républicaine, le coupable, ce n'est plus le complotisme, c'est l'islam, mais aussi notre classe politique complice :

"La faute au placement à 12 ans ? La faute aux théories « complotistes » ? La faute à un soi-disant « délire » anti-islam ?

Trop facile.

Trop facile pour les politiques, la presse et les autruches de se défausser.

C’est l’islam qui a armé son bras. Parce que l’islam est conquérant et nous envahit. Nul besoin de fantasmer pour découvrir le monde horrible du halal, des voilées et des barbus omniprésents partout, sur tout le territoire français, là où se multiplient les mosquées où l’on peut impunément, comme à Brest, dire que ceux qui écoutent la musique sont des porcs ou des singes. Rémy Taudin a sans doute eu peur, a choisi une horreur à la place d’une autre…

C’est le mépris de l’islam pour les femmes qui a armé son bras. Les viols de Cologne et de plusieurs autres villes européennes le 31 décembre, les viols et agressions sexuels à répétition dans les centres de réfugiés, notamment en Allemagne, ont pu faire peur à un homme fragile et se sentant démuni, se sentant incapable de protéger sa femme et sa petite fille de 10 mois. Plutôt la mort que le viol et les tortures pour elles ? Rémy Taudin a sans doute eu peur, a choisi une horreur à la place d’une autre…

C’est Hollande, Valls, Cazeneuve, Juppé, Sarkozy et pas mal d’autres qui ont armé son bras. Ils ont imposé l’islam, ils l’ont favorisé, niant ses méfaits. Ils continuent avec une islamisation intensive liée à une immigration sauvage pour laquelle ils mobilisent tous nos moyens, à nos dépens. Rémy Taudin a sans doute été découragé, il a pensé qu’il n’y avait plus de porte de sortie et que la mort était préférable à un avenir plus que noir, pour lui et les siens."

Parmi les commentaires qui suivent cet article, on en trouve deux qui se montrent très compréhensifs envers l'action du tueur ; on parle même de l'imiter si nécessaire :

Zoom et dézoom : s'informer en gardant la tête froide

Il faut sans doute dire un mot au sujet de l'allusion qui est faite ici à l'imam de Brest. L’imâm Rachid Abou Houdeyfa de la mosquée Sunna de Brest dirige le Centre Culturel et Islamique de Brest (CCIB), il est membre du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), et compte 198 000 personnes qui aiment sa page Facebook, ce qui ne semble pas faire de lui une brebis galeuse au sein de la communauté musulmane pratiquante. A titre de comparaison, la page Facebook d'Égalité & Réconciliation (l'association d'Alain Soral) n'est "aimée" que par 122 000 personnes... L'imam dirige aussi l’école Al Amâna qui "propose un cursus d’étude pour les enfants (5-15 ans) réparti sur 4 niveaux : maternelle, débutants, intermédiaires, avancés". La mairie socialiste de Brest a délivré le permis de construire pour cette école. Or, Rachid Abou Houdeyfa a déclaré qu'une femme sans hijab ne devait pas s’étonner que des hommes abusent d’elle :

« Le hijab, c’est la pudeur de la femme. Et sans pudeur, la femme n’a pas d’honneur. Et si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les gens, que les frères, que les personnes qui font partie même des hommes, que ça soit des musulmans ou des non musulmans, abusent de cette femme-là. »

On comprend l'inquiétude des internautes qui découvrent ce type de propos, tenus en toute impunité en France. On comprend d'autant mieux cette inquiétude chez des gens qui fréquentent quotidiennement des sites (tel Fdesouche) qui agrègent des informations flippantes sur l'islam, l'immigration, l'insécurité, et dont on peut se demander s'ils permettent une appréhension plus juste de ce qui se passe dans le pays, ou bien s'ils offrent un regard biaisé sur la réalité, en ciblant uniquement le pire. Délicate question. Tous les sites qui ciblent leur regard sur un sujet précis, qui plus est sous un certain angle, contribuent certainement à plus de lucidité, à condition toutefois que l'on n'oublie pas, une fois qu'on les a consultés, de reprendre beaucoup de recul (après le zoom, le dézoom), car ils omettent, souvent à dessein, des pans entiers de la réalité. L'inquiétude atteint son paroxysme sur des sites ou des comptes Facebook qui revendiquent de faire de la "provocation", de faire peur au maximum à leur public, à la fois pour faire du clic et pour pousser les gens à l'action. On voit les dérives auxquelles cela peut parfois mener.

Sans vouloir amalgamer tous les lanceurs d'alerte avec certains agitateurs irresponsables d'extrême droite, on peut s'interroger sur la pratique de gens à forte audience tels que Pierre Jovanovic, qui annonce l'apocalypse financière chaque année et nous incite à acheter des lingots d'or à planquer dans notre maison de campagne, ou Piero San Giorgio qui, après avoir bien fait flipper tout le monde, conclut toutes ses interventions - après une énième promo pour ses bouquins - par un "Préparez-vous !", comme si le monde allait s'effondrer demain matin et les barbares nous sauter à la gorge. Force est de constater que ces figures de la "dissidence" sur le web sont des as dans le registre du marketing de la peur, et que, si elles disent des choses souvent très intéressantes, elles seraient néanmoins bien inspirées de cesser de jouer constamment sur les peurs, même si cela contrarierait quelque peu leurs finances. Ce n'est qu'un petit bémol à leurs interventions, généralement de grande qualité.

Web radical-militant : le cimetière des âmes fragiles

Quelle leçon tirer de cette terrible affaire ? Rémy Taudin a-t-il voulu fuir un danger fantasmé (comme le disent les anti-complotistes) ou un danger bien réel (comme le soutiennent les islamophobes) ? Et l'un et l'autre probablement : il a découvert des choses réellement effrayantes et scandaleuses, il a malheureusement aussi croisé des gens qui font commerce de la peur de leurs ouailles, il a aussi sans doute déniché quelques vidéos complotistes bas de gamme qui lui ont retourné la tête, comme certaines jeunes cervelles un peu trop vides, ou pas assez bien faites, qui finissent au bout de quinze jours de surf en Syrie. Le web est une aubaine pour les esprits un tant soit peu bien formés ; il est potentiellement un cimetière pour les âmes fragiles, déjà en perdition, qui y trouveront toujours de quoi les plonger au fond de leur propre gouffre.

Lundi 15 février au soir, presque une journée entière après avoir décimé sa famille, le tueur semble reprendre ses esprits. La théorie du complot laisse place aux regrets, au désespoir. Dès 23h15, il assène trois mots sur Facebook : "Je suis pitoyable". Aux alentours de minuit, sur le même réseau social, il signale voir "tout en noir, je me déteste, je pensais pas" et de revenir sur "leur truc jihadiste de m****". Un message qu'il conclura par "Je vous aime". C'est encore aux alentours de minuit que les gendarmes ont été alertés. Le père de famille venait de les informer qu'il avait poignardé sa femme adorée.
 
Facebook, 1er janvier 2016

Lire l'article complet, et les commentaires