’En Marche’ vers le parti unique

par moderatus
mardi 30 mai 2017

On y va à grands pas vers le parti unique et le culte de la personnalité.

Les deux partis qui depuis 40 ans jouaient à l'alternance ont implosé et si on les y a bien aidés, ils ont mis beaucoup du leur.

 

Ne restera plus qu'un parti, ''EN MARCHE'' et deux partis « extrêmes » donc à qui le pouvoir est désormais refusé, les insoumis de Mélenchon et le FN de Marine Le Pen. Les deux partis PS et LR qui Jouaient l'alternance depuis des décenies sont morts, vive le PARTI !

 

 

Qui dit parti unique dit parti autoritaire et culte de la personnalité.

On va avoir droit à notre grand timonier, notre petit frère de peuple, notre Commandante.

Certains journalistes osent associer son nom à celui du Général de Gaulle dont il est l'antithèse.

L'un aimait la France, son Histoire, ses racines, sa culture et voulait les préserver envers et contre tout et contre tous.

Le nouveau venu veut plus d'Europe, aujourd'hui, et pour demain plus de ''mondialisme heureux '' ce qui est un oxymore, et donc fatalement moins de France. La nation France deviendra un länder Européen.

Le culte Macron est en marche.

Notre nouveau Messie a séduit les financiers, les patrons, les médias.

L'audiovisuel est dithyrambique. Les convertis sont légion, ils affluent de toutes parts, de la gauche, du centre, de la droite. Ils arrivent ventre à terre, comme autrefois les courtisans, au restaurant du cœur Macronien qui distribue la soupe avec un générosité malicieuse. Il les a ruinés, maintenant grand seigneur, il leur fait l’aumône.

C'est Macron toute la journée à tous les étages.

La pluie qui ridiculisait Hollande l'inonde de dignité. La débauche éhontée des députés de l'opposition, devient un rassemblement national salvateur.

Son regard bleu acier séduit tous ceux qui l'approchent.

Chaque geste de sa part, chaque parole accordée est un événement à fêter et à encenser, un véritable don du ciel.

 

Titre de la séquence Macron au Mali chez BFM

''Macron a séduit l'Armée'' tel Marilyn allant visiter les soldats américains, en Corée.

Au G7, c'est l'extase médiatique, le "sans faute de Macron" salué par 'Le Monde'

Vous avez vu comment notre président a terrasé TRUMP par sa poignée de main dominatrice ?

les journalistes n'en reviennent pas, il prévoient même que Macron va détroner Merkel et diriger l'Union Européenne.

Tous les journalistes ont des têtes de ravis de la crêche.Ils sont surtout ravis de leur victoire. Ils affichent un sourire heureux et commentent avec délectation et admiration chaque fait et geste de leur idole. Finies les crispations pré électorales où ils devaient prendre quelques précautions élémentaires pour ne pas apparaître trop comme des journalistes d'opinion, l'affaire Pulvar les avait rendus prudents. La soumission médiatique peut aujourd'hui être affichée.

Il faut maintenant achever le travail.

Il faut que ce nouveau prodige ait une majorité écrasante aux législatives, alors tous les moyens sont et seront employés. Les sondeurs s'y emploient, annonçant déjà un score sans appel.

On ne parle plus des législatives ,mais on a les exploits de Macron 1er tous les jours matin midi et soir sur ''l'idiovisuel''

'En Marche' à, travers son créateur bénéficie d'une publicité quotidienne continue, les autres partis sont rangés au placard !

 

Le petit peuple, suit ''par défaut'', les autres étaient de vrais repoussoirs dont les médias ont démontré et continuent de dénoncer la dangerosité.

Le programme de Macron est pourtant flou et parsemé de vagues promesses. les vraies questions ont été escamotées.

On a fait croire au petit peuple que tous nos problèmes venaient du chômage et du pouvoir d'achat, que si on arrivait à baisser notre chômage un tant soit peu, l'ambition présidentielle est d'arriver à 7% dans 5 ans, si on prenait un peu d'argent aux retraités et on payait un peu moins les chômeurs, pour le redistribuer à qui ? mystère, à coup sur, la France irait mieux.

 

Faux, archi faux

Le vrai problème de la France c'est le vivre ensemble

 

Hollande lui même dans son livre de confidences aux journalistes se posait ces questions essentielles

Comment faire pour que les Français vivent ensembles ?

Comment faire pour reformer ce lien indispensable entre tous les Français ?

Comment faire pour ''éviter la partition'' éventualité tragique

Ses interrogations étaient bonnes, quels blocages idéologiques l'ont empêché de traiter ces problèmes ?

 

Ce ne sont pas une légère baisse éventuelle du chômage, un pouvoir d'achat légèrement plus élevé ce qui n'est pas pour l'instant prévu, quelques lois sociales, qui recréeront la cohésion nationale. Le mal Français est profond, les causes diverses et anciennes, les mesures à prendre immenses.

 

Les causes de ce manque de cohésion nationale, il faut les examiner sans tabous, elles sont la conséquence de 40 ans de cécité, d'incompétence et de laxisme.

 

Une société qui ne contrôle pas et surtout n'intègre pas son immigration.

 

Notre immigration aujourd’hui est complètement différente de celle des années 40,constituée d'Espagnols, d'Italiens de Portugais, de Polonais qui culturellement et cultuellement proches de nous, s'intégraient facilement et s'assimilaient rapidement pour devenir des français comme les autres.

Aujourd'hui ce sont des populations aux cultures tellement éloignées de la nôtre que pour les intégrer, il faudrait des efforts et des investissements énormes. Le nombre d'immigrés devrait être modulé et adapté pour permettre une intégration dans l'intérêt conjoint de ceux qui accueillent et de ceux qui sont accueillis. Plusieurs partis défendaient des mesures de contrôle de l'immigration.

Pas notre nouvel élu qui lui veut faire de la France un long couloir mondialisé où tout un chacun peut aller et venir à sa guise. L'intégration est pourtant un échec patent, quand à l'assimilation, son concept même a été abandonné.

 

Si cette immigration n'est pas gérée,

On aboutit à une société qui laisse se constituer des ghettos

Les gens ayant des difficultés à s'intégrer se sentent discriminés et se ghettoïsent. Le projet commun n'existe plus, chacun se réfugie dans sa communauté.

Depuis 40 ans on laisse se développer ce phénomène de ségrégation comme dit Vals qui n'hésitait pas à parler d'apartheid. Des gens qui se sentent rejetés et qui s'excluent ou sont exclus de notre société.

 

Résultat

les ghettos deviennent des zones de non droit, des zones de non France

Que les choses soient claires, parler de ce quartiers de non droits, ce n'est en aucun cas stigmatiser sa population, mais dénoncer l'abandon dans lequel sont laissés ces quartiers.Les premières victimes sont les populations qui y vivent et qui n’ont pas les moyens de partir aller vivre ailleurs ! Elles n’ont d’autre choix que de subir le dictât des gangs, des dealers, des extrémistes.

Ces ghettos vivent d'une économie parallèle qui compense le manque d’ascenseur social et de réussite individuelle et où se cumulent violence, pauvreté, délinquance, révolte, armes, et drogue.

La responsabilité de nos dirigeants successifs est énorme. Je dirais même leur lâcheté, car faute d'avoir eu le courage d'une analyse véritable, ils n'ont su prendre les mesures indispensables pour intégrer ces populations. Ils n'osent plus toucher à cette économie souterraine pour éviter l 'explosion sociale qui suivrait. Ils se contentent d'acheter la paix sociale par un laxisme qui conduira au désastre.

Il n'y a chez nos dirigeants aucune volonté de prise en compte de tous ces problèmes.

 

Des ghettos ou le creuset de l'intégration, l’école, ne joue plus son rôle et là réside le noeud du problème.

 

Une société où nombre de ses habitants ne maîtrisent pas la langue nationale, immigrés ou pas, 20 % de sa jeunesse arrive en classe de 6ème sans savoir ni lire, ni écrire, ni compter correctement. Cette dégradation est encore plus flagrante dans les ghettos, plus d'ascenseur social, pas moyen de se projeter dans l'avenir, on vit dans la rancoeur qui, se mue en haine de ce système qui les condamne à l'échec.

Dans ces ghettos ou l'école est d'une nécessité absolue, vitale, elle est le plus absente et la plus inefficace.

 

Plus grave encore, les enfants de ces personnes arrivés sur notre sol, parfois brillants ou talentueux, et qui par bonheur réussissent, n'ont souvent pour seul objectif que de partir d’ici pour voir ailleurs, en quête de meilleure équité et réussite sociale.

Même dans les familles aisées, ce phénomène d'expatriation des jeunes se développe ce qui est très alarmant, car la richesse première de notre pays c'est sa matière grise, et elle une propension à fuir.

Ces phénomènes d'exclusion conduisent à des dérives tragiques.

-Une société où certains n'aiment plus leur pays, et où quelques-uns en arrivent à le combattre.

-Une société où la méfiance et la violence règnent souvent entre les diverses communautés, ou l'insécurité grandit, où plus personne n'est respecté.

Les instituteurs, la police , la justice, sont rejetés, vilipendés, menacés et agressés. Tout ce qui représente l'Etat, l'autorité, la justice est rejeté.

 

 

Ce type de société ne peut être viable.

Si on ne s'attaque pas à tous ces problèmes immédiatement et vigoureusement, à terme, elle va à sa perte.

 

Pourquoi ne fait-on rien ? on est en droit de se poser la question.

 

Il y à un énorme problème de vivre ensemble que nos gouvernants
ne savent absolument pas, ou ne veulent pas gérer, laissant une immigration incontrôlée s'installer tranquillement, peut-être pour avoir une population la plus sous éduquée possible, car plus corvéable à merci, moins revendicative et plus manipulable, en laissant perdurer ce chaos. On est en droit de se poser la question.

Dans cette caricature honteuse d'élection présidentielle que nous venons de vivre, on a parlé surtout chômage et pouvoir d'achat, remèdes supposés miracles pour conjurer la désordre et la fureur.

 

Faux Archi faux, les exemples qui démontrent le mensonge de cet argument sont nombreux

 

Tout près de nous,

l'Espagne

taux de chômage autour de 20% , il était à 25 % il y a un an, un vivre ensemble qui fait de ce pays un des plus accueillants d'Europe où il fait bon vivre et où la violence est une des moins importantes en Europe.

L’Angleterre

Exemple contraire, un pays au plein emploi 4,5% de chômage, mais le pays considéré comme le plus dangereux de l'union Européenne, où la ghettoïsation et le communautarisme sont le plus développés, le vivre ensemble le plus fragile, et l'insécurité grandissante. Le résultat peut être d'un communautarisme outrancier ou dans certains quartiers la législation Islamique a supplanté les lois du pays.

La Belgique

7% de chômage seulement et pourtant, quartiers de non droits, insécurité, violences font que 77% des belges ne se sentent plus chez eux. Mal être, mal de vivre, le vivre ensemble est là aussi en panne.

 

Les exemples sont légion, la qualité du vivre ensemble n'est pas liée étroitement au nombre de chômeurs ni à la richesse des habitants, et prouve qu'on nous prend pour des benêts et qu'on refuse de nommer les vrais problèmes parce qu'on ne sait pas ou ne veut pas les régler.

Pourquoi nos régions rurales souvent plus pauvres encore que nos « quartiers difficiles » et où le chômage sévit aussi durement sont elles épargnées par ces problèmes de violence et de vivre ensemble ?

Tous ces problèmes accumulés font que

La France au fil des années est devenue le pays le plus pessimiste du monde

https://www.challenges.fr/economie/conjoncture/les-francais-toujours-champions-du-monde-du-pessimisme_73533

 

C'est à dire que Le Français n'est pas heureux de ce qu'il vit, et n' a pas une vision de l'avenir qui puisse le rendre optimiste.

 

Ce parti unique en construction va donc nous imposer sa vision mondialiste, son multiculturalisme et son communautarisme agité.

Vox populi Vox Dei, ou vox Messie Macroni

Notre nouveau roi va peut être guérir les écrouelles, mais réactiver la cohésion nationale, je ne crois pas que ce soit son projet.

La réponse ne peut en aucun cas n'être qu'économique, elle doit multiple, culturelle, judiciaire, morale, éducative, sociale, et surtout proposer à l'ensemble des diversités, un projet une ambition commune.

Seulement, le devenir des « illettrés » et des « sans costumes » semble être le cadet de ses soucis.

Pour imposer son projet, il a absolument besoin d'une majorité.

 

'En Marche' vous tend la main pour les législatives

Allez-vous la saisir ?

 


Lire l'article complet, et les commentaires