H˘pital Necker, Quelles applications des sciences sociales ?

par Clemoutch
lundi 20 juin 2016

Bonjour,

Je suis professionnel de sciences physiques et amateur de sciences en tout genre (sociale notamment). Ma curiosté me pouce à analyser certains phénomènes en profondeur, ma recherche de performances (audience, compréhension de mes propos, ouverture progressiste sur la réflexion, application concrète de la recherche) m'oblige à une rigeur scientifique, principalement sur l'analyse objective des éléments et la mise en parallèle avec des sources vérifiables. Ma réflexion pointe régulièrement sur celles de personnalités connues pour leurs travaux sur le sujet.

Bonne lecture.

Le gouvernement ne tremble pas !
Ceux qui ont remporté la manifestation de ce mardi 14juin c'est la préfecture de police avec son armée ! Ceux qui ont gagné une bataille dans la fronde sociale qui se joue en France c'est le gouvernement.

Avez vous vu, ou ressentie la profondeur de la stratégie utilisée pour gagner cette bataille ?

Cette stratégie est le résultat de la compréhension de l’ingénierie sociale complexe (dans sa profondeur) par des ingénieurs capable et ayant les moyens d'utiliser des outils (sociaux) performants. Cependant il s'est passé quelques choses d’extrêmement important ce mardi 14 juin :

"La vandalisation des valeurs de la démocratie"

État des lieux de ce que nous avons eu :

1) L'exemple concret de ce que le pouvoir est capable d’initier pour empêcher une manifestation sans le décréter officiellement. C'est un détournement de la loi. (il n'y aurait pas eu un autre dispositif d'encadrement si il y avait eu interdiction de manifester, en tout cas pas sur le fond)

2) Une presse totalement orientée et militante dans un travail de sape du mouvement social.

3) De plus en plus de citoyens insurgés organisés autour de groupes violents qui (peu importe leur allégeance) permettent au pouvoir de monter des stratégies de conditionnement psychologique des foules.
J’entends par là, l'utilisation consciente de situation choquante par l’État pour manipuler les masses.

En dehors des répercussions gravissimes à cause de la manière dont ont été utilisé ces outils, c'est une très belle démonstration d'utilisation d'une ingénierie sociale. La mise en relation des corps de métiers dans les secteurs de l'armée, la presse, et le monde politique dans le but d'une action de manipulation des foules est impressionnante. A savoir que dans cette action le timing le hasard et les perturbations ne sont pas facile à réguler. A la vue des effets primaires, les résultats obtenus par le pouvoir sont tellement bons, qu'il semble difficile d’attribuer cette réussite au simple hasard ou à la mauvaise organisation des manifestants et des insurgés.
J'en veux pour bons résultats, les commentaires des sites Mainstreams sur le sujet, les articles et débats fermés dans la presse, ainsi que le dégoût des gens qui ont manifesté. (cf documents dernière partie)

Notre sciences dans ce cas nous dessert. En mémoire à Mr G. Lebon (1er scientifique à traiter les sciences sociales dans toutes leur ampleur) je garderai l'espoir que ce domaine nous apportera le progrès. Bien qu’elles trouvent aussi leur utilisation chez des fanatiques « régressistes ».

Documents et analyse des 3 points cités ci dessus :


1) http://www.dailymotion.com/video/x4gobzw_manifestation-du-14-juin-a-paris-contre-la-loi-travail_news
Le reportage montre comment par petite touches successives de déstabilisation, la gendarmerie (pas la police) est capable de faire monter la tension. (01:36 min ; 5:05min ; 7 :28min ; 9:08 min ; 14:00min ; 18:25min => 20:00min) etc...

La police elle, en charge du maintien de l'ordre a mis en place un dispositif de sécurité hors normes pour organiser un environnement oppressant dans un périmètre défini avec des directives strictes du fait d'une mobilisation importante. (Cf : 00:15 min ; 02:04min ; 03:07min ; 9:17min)

Seules quelques personnes sont au courant des actions des deux parties (gendarmerie / police).

Ce point permet de créer un environnement propice.

2) La mise en avant de la guérilla urbaine à COTE DE l’hôpital Necker est une valse à 3 temps d'une opération a) militaire, b) médiatique c) politique réalisée avec un timing parfait. 

Il en fallait du cran et de la capacité aux ingénieurs sociaux pour en arriver à la situation d’aujourd’hui : Alors que la presse crie au saccage des symboles de l’état par une horde de voyous. On constate que les acharnés qui attaquent la base de l'état (le peuple) c'est la gendarmerie pour les intérêts du pouvoir !


Mise en images : basée sur le reportage ci-dessus et la presse :

a) 24:00min nous sommes devant l’hôpital Necker bien avant que la première vitre ne soit cassée.
Un cordon de police a l'ordre de cloisonner dans une nasse la manifestation à 100 mètre de l’hôpital pendant que les unités arrières font monter la tension à coup de tirs soutenus de lacrymogènes.
En quelques minutes, une équipe d'insurgés (coté manifestant) prend la tête du cortège et pense faire reculer l'armée qui avait calculé sa position de repli à coté de l’hôpital où barrière anti-émeute, canon à eau et emplacement stratégique permettent de se replier en lieu "sûr". Quelques dernières provocations sur la foule enragée (sans compter l'aide d'un ou deux abrutis écervelés) permettra d'atteindre l'objectif de a).

Une interview d'un militaire devrait nous confirmer qu'il est dans les coutumes d'élaborer une stratégie de cette catégorie. (provocation => repli base arrière, me semble être une base)

 

b) Le Figaro, Le Monde, L'Express, Le Point ont tous relayé cet article : (plus ou moins reformulé )
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/06/15/degradations-a-l-hopital-necker-ce-qu-il-s-est-passe_4951016_4355770.html

L'article consiste à dire qu'il n'y a pas vraiment eu un assaut réel contre l’hôpital mais qu'une horde d'acharnés révolutionnaires armés sans valeurs ont attaqué les symboles de l'état.
C'est une "minimisation" de ce qui a été annoncé à chaud pendant la manifestation où la presse a abusivement titré que l’Hôpital était pris d'assaut. C'est une Utilisation de l'effet d'ancrage appuyé par une situation de choc.

c) Enfin on peut parler de la récupération politique c)

Je ne détaille pas plus sinon que mettre quelques titres de journaux :

"Après les dégradations de l'hôpital Necker, Éric-Emmanuel Schmitt interpelle vivement Hollande" le figaro le 16 juin

 "Hôpital Necker vandalisé : le coup de gueule de Natasha St-Pier" Le point, 16 juin

 "Michel Cymes pousse un coup de gueule contre les casseurs de l'hôpital Necker !" OuestFrance, Le 16 juin

"Hôpital Necker : Sarkozy "demande que la responsabilité civile de la CGT soit engagée"" Le JDD, 16 juin

 "L'hôpital, un haut lieu de démocratie mis à mal" Huffington Post 15 juin

"Casseurs à l'hôpital Necker : une nouvelle étape vers l'anomie" Le figaro 15 juin

Enfin dernier point :
3) La CGT police dénonce l'instrumentalisation des casseurs par le pouvoir depuis bientôt 3 mois .

cette semaine encore : http://www.marianne.net/les-casseurs-sont-instrumentalises-pouvoir-accuse-cgt-police-100243787.html

le 9 avril : http://www.police.cgt.fr/IMG/pdf_13-04-2016_le_gouvernement_complice_des_casseurs.pdf

Ils (les insurgés violents) permettent à "la presse" d'écrire des articles comme celui-la (ne lire que les titre en gras c'est suffisant) :
http://www.bfmtv.com/societe/comment-l-hopital-necker-vandalise-a-ete-instrumentalise-par-le-gouvernement-984804.html

Sans aucune glorification des actes ou actions de ces groupuscules, je pense néanmoins que "les casseurs" sont la pointe d'une épée qui permet à l'arme d’être efficace. Cette pointe est obligatoire et sera forcement présente. Reste à savoir qui sera la lame, la garde et la poignée.

Aujourd'hui "les casseurs" cassent les symboles d'un capitalisme ravageur (banques, immobilier, multinational, Telecom). Ils s'opposent aux interdictions de l'état, si demain nous laissons tomber cette pointe de l'épée d'autre sauront comment s'en servir et ils n'attendront pas notre autorisation pour le faire.


Lire l'article complet, et les commentaires