Jean-Luc Godard offre 1000 euros un pirate

par Leonard K
jeudi 16 septembre 2010

Le « pirate » s'appelle James Climent et il a été condamné à verser 20 000 euros de dommages et intérêts à la SACEM et à la SDRM, pour avoir téléchargé et mis à disposition illégalement plus de 13 000 fichiers musicaux (13 788 fichiers au format mp3). 
 
Une fois tous les recours épuisés en France (depuis sa condamnation en 2007), James Climent a saisi la Cour Européenne des Droits de l'Homme pour plaider sa cause. Une procédure longue et coûteuse, notamment en frais d'avocat, qui l'a contraint à faire un appel aux dons sur son blog Etpaflapuce
 
Quelques donateurs lui avaient jusque-là permis de récolter un peu plus de 1000 euros. Et il a eu la bonne surprise de recevoir un don de 1000 euros, de la part de Jean-Luc Godard (*), qui lui a été remis par son producteur : « J’ai reçu il y a quelques jours un mail du producteur de Godard, qui m’écrivait au nom du réalisateur. Il avait décidé de me soutenir pour payer mes frais de défense », explique James Climent (qui a tout d'abord pensé être la victime d'un canular), dans cet article paru dans écrans. Le cinéaste ayant eu connaissance des déboires du pirate condamné, suite à la lecture du portrait qui lui était consacré dans le Libération daté du 10 août dernier.
 
Pour mémoire, Jean-Luc Godard avait déjà exprimé tout le mal qu'il pensait d'Hadopi, n'hésitant pas, également, à fustiger radicalement le droit d'auteur et ses dérives favorisant plus que de raison les ayants droit : 
« Le droit d’auteur, vraiment c’est pas possible. Un auteur n’a aucun droit. Je n’ai aucun droit. Je n’ai que des devoirs ». 
« Je suis contre Hadopi, bien sûr. Il n’y a pas de propriété intellectuelle. Je suis contre l’héritage, par exemple. Que les enfants d’un artiste puissent bénéficier des droits de l’oeuvre de leurs parents, pourquoi pas jusqu’à leur majorité… Mais après, je ne trouve pas ça évident que les enfants de Ravel touchent des droits sur le Boléro… » (interview donnée aux Inrocks)
 
A coup sûr, la générosité de Jean-Luc Godard risque d'être fortement mise à l'épreuve, quand l'Hadopi frappera les internautes "à l'aveugle" dans les mois qui viennent...
 
 
(*) Cinéaste franco-suisse, né en 1930 à Paris. Chef de file de La Nouvelle Vague à la fin des années 50, avec François Truffaut et Jacques Rivette. Réalisateur de : A bout de souffle (1960), Le mépris (1963), Pierrot le fou (1965),...

Articles à consulter sur ce même sujet :
 
Le procès Emule Paradise reporté à janvier 2011
Le procès de Vincent Valade, créateur du site Emule Paradise, a été renvoyé aux 31 janvier, 1er et 2 février. Selon l'AFP, l'affaire a été renvoyée « pour cause d'empêchement personnel »... (Voir la suite sur 01net, le 13 septembre 2010)
 
« Le piratage est un vol net et total  »
C’est une demi-surprise. Hier, le Secrétaire d’État au Commerce américain Gary Locke a assimilé vol et piratage à l’occasion d’un discours sur la propriété intellectuelle et sa mise en application. « Comme le vice-Président Biden l’a dit à plus d’une occasion, “le piratage est un vol net et total", et en conséquence, il devrait être traité comme tel” »... (Voir la suite sur écrans, le 1er septembre 2010) 
 
HADOPI : les recours des internautes
La Hadopi est l’autorité administrative chargée de lutter contre le téléchargement illégal par le biais du peer to peer en menaçant les internautes de couper leur accès internet. Cette autorité vient de lancer sa première campagne d’information et s’apprête à lancer les premiers courriels d’avertissement... (Voir la suite sur AgoraVox, le 15 septembre 2010)
 
 
 
 Conférence de presse de Jean-Luc Godard -qui ne mâche pas ses mots- (Cannes, 1988) :
 
Socialisme, (Film Annonce-Trailer 3), présenté au Festival de Cannes en 2010 : 
 
Le mépris, de Jean-Luc Godard (1963), avec Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance... :
 
 A bout de souffle, de Jean-Luc Godard (1960), avec Jean Seberg, Jean-Paul Belmondo... :
 
 
Crédit photo : Reuters/Vincent Kessler
 

Lire l'article complet, et les commentaires