L’illusion de la bande d’amis pour exister

par Julie.Bey
lundi 16 janvier 2017

Impossible d'occulter cette représentation dans les séries françaises ou américaines. De Friends à How I Met your Mother jusqu'à Hélène et les Garçons ou Plus Belle la vie, (désolée pour mes références françaises).Tous les personnages à la télévision ont nécessairement un groupe d'amis pour exister. La banalisation de ce scénario et son mimétisme voudraient que tout à chacun reproduise le même schéma. Ce qui voudrait signifier que le spectateur lambda devrait avoir sa bande d'amis depuis l'enfance ou non pour pouvoir exister. Ce qui crée une culpabilisation chez ceux qui comme beaucoup n'entretiennent pas avec leur amis cette fable ou qui tout simplement ne font pas de l'amitié une priorité existentielle. Les personnages ont toujours leurs meilleurs amis à disposition, et toujours le même synopsis chez les scénaristes. C'est la routine dans les séries. L'auberge espagnol de Kaplisch vante même les bienfaits d'une bande d'amis cosmopolite au cinéma et que serait Harry Potter sans Hermione et Ron ?

L'évolution des modes de vie, les migrations et l'influence des réseaux sociaux peuvent expliquer en partie le contexte de non-reproduction de ce dessein. Si on regarde d'un point de vue virtuel, notamment sur le réseau social Facebook, il n'est pas rare d'observer un grand nombre d'amis, 150 en moyenne selon une étude du Point. Pourtant, selon une étude de l'Université d'Oxford, notre cerveau ne peut tolérer qu'un petit nombre d'élus. L'homme n'est capable d'entretenir qu'un nombre restreint d'amitiés,"entre trois et quatre amis intimes" selon les études psycho-sociologiques. Une enquête de l'Insee démontrait récemment que les Français voyaient assez peu leurs amis, faute de temps. Alors pourquoi ce matraquage visuel ?

Ce concept va plus loin car il redessine également nos modes de vie et de consommation. L'industrie du champagne a tout intérêt d'entretenir ce mythe mais ce n'est pas le seul exemple. C'est ce que l'on comprend en observant leur campagne publicitaire dans la presse écrite. Le business autour de l'apéritif, du barbecue entre amis ne cessent de se développer. Le bien-être, le bien chez soi, la déco que l'on aime partager avec nos amis c'est Ikéa qui le dit. Quant à la bande d'amis cosmopolite n'est-elle pas l'idéal de l'étudiant en grande école ou en école de de commerce ?
L’amitié est-elle devenue une marchandise ? 

C'est aussi une géographie affective qui redirige cette perception. En effet, la bande d'amis consomme en ville, a ses habitudes comme dans Friends dans un café ou un resto en particulier. Aujourd'hui l'amitié dure bien au-delà dans la vie professionnelle et aussi se retrouve dans les relations avec la famille. L'idée de réussir sa vie sans ses amis est impossible à en croire l'image véhiculée par la fiction, la télévision ou les marques. La solitude renvoie une image encore trop négative dans la société médiatique.

Autre point, dans les séries, on est passé d'une symbiose, d'un duo entre le personnage principal et son meilleur ami à une multiplicité de liens amicaux. C'est l'image que l'on en donne. L'amitié dans les séries des années 90 se résumait au lycée ou au collège comme Dawson ou Beverly Hills. Aujourd'hui les amis sont nombreux pour le héros si on reprend des séries comme Desperate Housewives, Grey's Anatomy ou How I Met your Mother.

La notion de "bande de potes" semble être dictée par le marketing, le synopsis d'une série et la pression sociale loin de toute émotion ou de tout choix individuel. En conclusion, cette citation d'Aristote :

Avoir beaucoup d'amis, c'est n'avoir point d'amis. 


Lire l'article complet, et les commentaires