L’UFAL changerait de cap !

par CHALOT
lundi 19 septembre 2011

L'UFAL qui a traversé quelques crises successives va t-elle rebondir ?

Cette petite association familiale laïque qui a perdu plus de 2000 adhérents en quatre ans va t-elle se débarrasser de sa propension à se comporter en mini parti politique ?

Aujourd'hui la direction historique de l'UFAL, minoritaire a laissé la place à une nouvelle direction qui s'engagerait sur une autre voie ....

En 2009, les 2/3 des plus grosses associations départementales ont quitté l'UFAL (Union des Familles Laïques) pour rejoindre le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques).

Il n'était pas possible pour des associations implantées de continuer à militer dans une association que le principal dirigeant, Bernard Teper, avait transformée en pseudo parti politique.

Une association familiale laïque se mobilise contre la vie chère, pour la défense des services publics mais se refuse à toute consigne électorale. L'appel de l'UFAL à voter pour Ségolène Royal a été la grosse goutte qui a fait déborder le vase.

Les associations ayant quitté l'UFAL ont poursuivi leur développement en liant le combat social et le combat laïque dans le cadre de la défense des intérêts de toutes les familles.

LUFAL devenue exsangue a poursuivi sa route solitaire.

Deux ans après cette scission, des militants ont repris à leur manière le flambeau de la contestation.

L'ancienne direction de l'UFAL privée d'un soutien suffisant se retrouve largement minoritaire.

Le communiqué issu du Conseil d'Administration est explicite, il donne le cadre d'une orientation plus ouverte, moins politicienne, qui rompt avec le passé.

Ceux et celles qui connaissent quelque peu l'UFAL souriront en lisant l'hommage obligé à l'ancienne présidente ...

« Samedi 10 septembre, à l’occasion du Conseil d’Administration, Michel Canet, secrétaire national en charge du développement, a été élu très largement à la présidence de l’Union des FAmilles Laïques (Ufal).

Il succède à Monique Vézine

Monique Vézinet , démissionnaire, qui a œuvré avec mérite à ce poste pendant trois ans.

Avec un nouveau Président et un Bureau National partiellement renouvelé, l’Ufal compte faire entendre la voix des citoyens et leurs familles dans les mois qui viennent, mois qui ne manqueront pas d’être riches en débats dans la perspective des échéances électorales de 2012 qui auront des conséquences sur les conditions de vie des familles pour les cinq années qui suivront.

L’Ufal est une association familiale laïque, donc s’adressant à tous, indépendante de tout parti politique, syndicat, église, association ou groupe de pression, elle est indépendante dans les idées qu’elle défend et les combats qu’elle mène.

En se battant pour les valeurs de la République laïque et sociale, l’Ufal combat aussi bien les politiques libérales qui marchandisent tout et creusent les inégalités, ou le capitalisme financier qui détruit les emplois et sème la misère, que les intégrismes religieux qui s’en prennent aux libertés ou les communautarismes qui segmentent le peuple.

Forte de son indépendance, de ses principes, de la cohérence du modèle qu’elle propose et de sa spécificité au sein du mouvement familial, l’Ufal se donnera les moyens de défendre les citoyens et leurs familles, en particulier les plus défavorisés de notre société. »

Aujourd'hui existe, semble-t-il une nouvelle donne.

Si effectivement l'UFAL d'aujourd'hui n'est plus le groupe politico-familial tourné vers lui-même ; si effectivement la direction de cette association respecte l'orientation qu'elle affiche dans ce communiqué, de nouvelles perspectives sont ouvertes.

Les nombreux militants et militantes de l'UFAL qui ont rejoint le CNAFAL en 2009 ne regrettent pas cette décision, ils ont trouvé une association familiale laïque unitaire et démocratique défendant toutes les familles.

Alors une question se pose : faut-il maintenir deux associations familiales laïques, l'une le CNAFAL de loin la plus importante et la plus active dans son champ de compétence avec 30 000 familles adhérentes, et l'autre, l'UFAL, réduite à 2900 adhérents ?

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires