La haine visage humain

par
vendredi 30 mars 2018

Dans l'ordre sociopolitique, apparemment, tout le monde aime se faire des ennemis imaginaires. Ainsi de la manifestation philosémite en hommage à Mireille Knoll, où le CRIF appelle à honnir, au nom de l'amour. Et c'est évident : honnir permettra à chacun·e de se reconnaître dans leur amour, fédérant ainsi la France. Il faut vraiment être un·e sot·te pour ne pas le voir ...

 

Racisme ou ostracisme, c'est toujours exclusion

Bref, quand une occasion se présentait d'accueillir Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen dans leur manifestation - ce qui, précisément, aurait été une avenance digne d'apaiser les coeurs et d'unir - le CRIF et affidés ont préféré semer la zizanie : c'était un hommage pour tou·te·s, disait-on, mais moins certain·es que d'autres, c'est-à-dire que tou·te·s ne signifie plus tou·te·s, il faut se rendre à l'évidence. Tou·te·s signifie : ceux que nous reconnaissons pour nôtres, à l'exclusion des autres. Admirable.

La haine à visage humain : d'avoir annoncé que cette manifestation était pour tou·te·s, cela devait-il permettre qu'on exclue deux personnes emblématiques ? ... Personnes prises justement comme emblèmes, de ce qu'on allègue, dans les rangs de ce qu'elles emblématisent ... Si l'on voulait entériner les frontières idéologiques et confirmer les éventuelles franges antisémites dans ces rangs, on n'aurait pas pu rêver mieux que d'ostraciser ainsi leurs emblèmes, au nom de l'antiracisme. Félicitations à tou·te·s ces schizos.

 

Hainamoration utile

A partir de quoi, il est permis de rebondir sur la hainamoration à l'oeuvre : Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen fascinent littéralement ceux·lles qui les honnissent, au point qu'i·elles en oublient leur propre mot d'ordre, censément rassembleur, et qu'i·elles cultivent les détestations qu'i·elles prétendent combattre. Chapeau.

Et, dans cette course, plus les intéressé·es ostracisé·es voudront s'expliquer, plus on les anathémisera sans raison réelle, puisque précisément il était important de se préserver d'ennemis imaginaires clairs, par lesquels on peut facilement s'expliquer de tels actes que le meurtre de Mireille Knoll. Hainamoration utile. On se demande encore à quoi sert de vouloir la vérité, et la justice véritable fondée en vérité - non sur un esprit de vengeance aveugle et stupide prétendant se faire justice soi-même ! (Vive la République ! c'est l'évidence ... )

Enfin, notez qu'il en va ainsi de toutes nos trop bonnes causes pour être vraies, désormais. Des haines à visage humain, moyenâgeuses au nom du progrès ! Si vous manquez de sang-froid, tou·te·s ces jokers dans la démarche vous rendront jokers vous-mêmes ...

Mal' - LibertéPhilo

 


Lire l'article complet, et les commentaires