Le bénévole et le professionnel…

par CHALOT
lundi 14 novembre 2016

Les associations familiales laïques interviennent depuis plusieurs années sur le terrain social.

Elles le font sur l’agglomération de Melun depuis presque 10 ans.

Au début, il s’est agi avec l’UDAF et plusieurs autres associations familiales comme la CSF et l’AFP (association familiale protestante) d’assurer des permanences d’aides aux personnes surendettées.

Les bénévoles étudient avec les demandeurs les dossiers en vérifiant qu’in s’agit bien d’un surendettement. 

Si c’est le cas, le dossier est rempli et adressé par la famille à la commission de la Banque de France.

Le dossier est fait par le demandeur, le bénévole étant là pour assurer un accompagnement et une aide méthodologique.

Des assistantes sociales nous adressent des personnes.

Elles savent que notre intervention ne se substitue pas à la leur, elle est complémentaire.

Aujourd’hui ce sont plus de 30 bénévoles, formés qui interviennent sur une dizaine de localités bien au-delà du périmètre de l’agglomération.

Fin 2014, nos actions étant connues du public, des familles menacées d’expulsion locative nous ont contactés et des associations comme le Secours populaire et le Secours catholique nous ont sollicités.

C’est ainsi qu’est venue l’idée de tenir des permanences « accueil-consommation »

Le CNAFAL (Conseil National des Associations Familiales Laïques) ayant l’agrément « association de consommateurs), nous pouvons être assurés du soutien de juristes pour l’instruction de dossiers complexes.

Le mardi après-midi à Melun, au 6 square Blaise Pascal à Melun, dans le quartier Montaigu, une permanence, commune avec le DAL est ouverte.

Il s’agit tout d’abord d’écouter et de prendre les informations nécessaires pour une intervention sur des objets différents relatifs à la consommation… Le champ est large mais 95% des demandes concernent le logement : sur-occupation, mutation demandée, menace d’expulsion, délabrement de logement.

L’accès à l’informatique et à l’information auprès de la CAF via un ordinateur des droits des locataires permet à ceux qui ne sont pas connectés à leur domicile d’avoir une réponse à leur questionnement.

Les bénévoles ne se substituent à aucun moment aux professionnels ;

Ils assurent une fonction de médiation en orientant les familles, en fonction des cas, vers la CAF ou vers la MDS (Maison départementale des Solidarités).

La revendication posée serait de permettre, dans les cas d'urgence, de donner aux familles la possibilité d'un rendez-vous rapide, sur le modèle de ce que la CAF appelle "le rendez-vous des droits"

C’est par une reconnaissance réciproque des fonctions différentes mais aussi de leurs complémentarités que bénévoles et professionnels peuvent agir de concert.

Cette question du mieux faire ensemble sera au cœur de nos réflexions au cours du colloque du 18 novembre à Vaux-le Pénil.

Jean-François Chalot

 

 


Lire l'article complet, et les commentaires