Le socialisme est l’avenir de l’homme !

par Prometheus
lundi 28 janvier 2013

Toujours en voyage dans le continent capitaliste d'Amérique, je continue d'apprendre sur les us et coutumes de ceux qui font battre l'économie actuelle.

Récemment j'ai parlé avec une de mes collègues de travail. On parlait de ses enfants, deux petits bouts de 12 ans et 9 ans. Elle était très fière de me les montrer en photographie et de m'expliquer ce qu'ils faisaient de leur temps libre. Ces deux petits font comme beaucoup d'enfants du sport, de la natation précisément. Ils sont doués elle m'a parlé de leurs exploits, de leurs médailles, des tournois provinciaux, et internationaux qu'ils font. Bref que du bonheur.

Enfin excepté pour ce que ça lui coute. En effet elle doit débourser des milliers de dollars chaque année pour leur entrainement. Il faut savoir qu'au Canada le sport ne se fait pas à l'école ou dans des associations sportives subventionnées. Tout se fait dans des clubs privés. Vous payez donc cher, très cher pour l'entrainement de vos enfants. Et ce qui m'a étonné c'est que plus ils réussissent plus vous payez. Car en effet il faudra leur payer le trajet jusqu'aux tournois puis le logement et, tenez-vous bien, leur passage dans la piscine. Chaque fois que ses enfants mettent le pied dans la piscine pour concourir c'est dix dollars. Plus ses enfants réussissent et se qualifient pour le tour suivant plus elle paye. Quand vous savez qu'il peut y avoir 7 à 8 passages par tournoi, faites le calcul.

Étonnant..

J'ai trouvé ça très étonnant. Le sport est par nature une méritocratie. Dans mon esprit cela doit permettre aux enfants de s'élever par leurs performances et non leur position sociale. J'ai donc été très surpris de constater qu'au Canada seuls ceux qui en ont les moyens peuvent pratiquer le sport de haut niveau.

Cette anecdote m'a fait poser des questions. Dans une société où l'argent permet aux enfants de progresser, combien de potentiels sont gâchés ? 

Nous avons entendu beaucoup de politiciens français dire qu'il y a trop de noirs et d'arabes dans l'équipe de football français. Et généralement les entraineurs de leur répondre que ce n'est pas une question de races mais de résultat. Contrairement au canadien, le système sportif français est en effet très égalitaire à tel point que ça doit être l'une des seules institutions de notre pays qui permet de gommer efficacement la classe sociale, la race et la religion pour ne se baser que sur les compétences. Comment fonctionne-t-il ? Et bien à travers un réseau associatif et scolaire, les jeunes sont repérés puis vont dans des centres de football professionnel pris en charge soit par les clubs ou par l'état. Ce modèle fonctionne aussi bien en France qu'en Espagne où l'exemple emblématique est celui de Messi qui a vu toute sa vie basculée à partir du moment où son club le Barca a pris son avenir en main.

Nous pouvons donc dire qu'une institution qui gomme les inégalités sociales va voir l'émergence d'une élite compétente quoi qu'on pense de l'équipe de France. Le socialisme sportif permet l'émergence de Zidane et de Messi.

Ca peut prêter à sourire, cela est néanmoins vrai. Nous pouvons appliquer ce principe à l'ensemble d'une société. Combien de talents ou potentiels ont été gâchés par manque d'argent ? Combien d'étudiants ont abandonné leurs études ? Combien d'entrepreneurs ont dû arrêter eurs projets ? Combien de programmes sociaux n'ont jamais vu le jour ?

Le capitalisme nous dit que si ce projet n'a pas marché c'est que son idée était mauvaise. Ainsi si un enfant n'est pas médecin ou footballeur professionnel c'est qu'il n'en a pas les capacités. Pourtant on peut constater que seules les compétences ne suffisent pas à expliquer l'échec dans le système capitaliste. Et également dans une société dominée par l'argent, ce sont ceux qui ont les moyens de s'offrir les bons postes qui vont dominer. Qu'ils soient compétents ou non.

La logique arrive donc à cette évidence. Seul le socialisme permet le plein potentiel d'un groupe. C'est en gommant les inégalités que nous pouvons savoir lequel de ces individus est le plus capable de réussir la tâche que l'ensemble du groupe va lui demander. L'argent, la religion, la race, ainsi que tous ces critères discriminatoires n'aboutissent qu'à une chose. Fausser l'analyse du groupe et précipiter son déclin. 

Nous n'avons pas besoin d'une société où l'argent domine car c'est une société où il est suceptible d'émerger une élite d'idiots. De plus les libéraux disent que ce qui est rare est cher, cela implique que plus on veut une chose plus on doit payer cher pour l'avoir. Cette philosophie voit l'émergence d'une économie de besoins. Aussi bien dans le domaine du sport, de l'éducation, de la santé, de l'énergie, ... Non ce dont nous avons besoin c'est d'une société socialiste où l'argent n'est pas un moteur de l'action à entreprendre et où les idées et les personnes peuvent pleinement s'épanouir. La logique et la raison poussent à dire que cette société est inévitable car elle est l'étape suivante vers la modernité.

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires