Liberté, égalité, fraternité, mon c...

par haqqtiviste
samedi 29 septembre 2012

Toutes les libertés de notre pays, de n’importe quel pays ou de n’importe quelle philosophie de vie sont encadrées par des limites. Limiter la liberté n’est pas la remettre en question, c’est au contraire la préserver des excès qui pourraient la mettre en danger et la faire disparaître.

Toute limite est une protection

Pour ce qui est de Charlie Hebdo, il semble que ces personnes ainsi que leur “philosophie de vie” comportent des limites assez lointaines et floues qui leur permettent d’insulter gratuitement (avec gain économique à la clé) plusieurs milliards de croyants sur terre - dont plusieurs millions en France - pas uniquement les musulmans, mais bien toutes celles et ceux qui portent une foi, et par extension toute pensée et philosophie, sans se soucier tellement des limites, puisque leurs publications choquent souvent beaucoup de personnes. En se justifiant par le sophisme “j’ai le droit, donc je le fais”.

Effectivement, d’un point de vue strictement technique, la loi française permet apparemment cette chose qu’est la caricature. Mais l’on sait aussi que la caricature est le fait d'exagérer un trait particulier, et non pas une éructation nauséeuse visant à mettre à mal une personne ou un groupe pour le plaisir et l’autosatisfaction.

Ce que ne dit pas la loi, c’est cette fameuse - ou devrait-on dire fumeuse - morale républicaine, ou morale laïque. Cette morale donc qui n’est ni enseignée, ni explicite ; c’est à se demander si elle est existante, ou bien si elle est du ressort unique de la personne, de son éducation de son histoire ; et dans ce cas, comment cette morale laïque ou républicaine pourrait être partagée par tous les individus qui composent cette république si elle n’est qu’une morale personnelle ?

Donc, absence de morale collective, code de loi délétère, non respect des engagements internationaux et des fondements humanistes (1), voilà donc ce à quoi donne naissance cette belle illusion républicaine : liberté, égalité, fraternité.

République



De quelle fraternité parle-t-on quand on regarde les agissements des pseudos caricaturiste ? Qu’on nous explique de quelle fraternité il s’agit, on aimerait bien comprendre ?!? La fraternité humaine permettrait-elle, si elle est vraiment vécue intérieurement et sincèrement, à un être de se moquer et d’insulter les croyances profondes de son frère ? Est-ce ce que vous attendez d’un frère ? Est-ce qu’un frère se comporte comme cela ? Non, évidemment.

On pourrait aisément en conclure que ces personnes ne sont pas en accord avec la devise de la république, et que ce ne sont pas ceux qui manifestent qui sont anti-républicains, mais bien ceux qui insultent la devise républicaine et la bafouent par orgueil, bêtise et ignorance en insultant autrui dans ses conceptions de la vie.

Mais puisque la république le permet, comme elle a déjà permis la colonisation, le meurtre de civils, le vols des terres et des biens, la destruction des cultures indigènes, la théorisation du racisme et son application par l’état, qu’attendre encore de cette république ?
Puisque la république est incapable d’entendre la voix de celles et ceux qui la composent, comment tolérer qu’elle se prétende universelle ?
Puisque la république qui se veut pour toutes et tous n’accepte pas toutes et tous, comment s’étonner que certains choisissent un autre projet ?
Puisque la chose publique est devenue l’affaire du petit nombre, celle des élus et celle des élites, alors la majorité doit-elle encore croire dans cette chose privée ?
Puisque la république est devenue tétue et orgueilleuse, hypocrite et tricheuse à cause de ceux qui la dirigent, doit-on espérer et attendre du peuple qu’il la change, ou tout simplement espérer qu’elle s’anéantisse à cause de ses “péchés”.
Et enfin, si cette république va si mal en son sein, si ses réactions montrent ses craintes profondes et ses angoisses identitaires, si son comportement montre ses faiblesses et sa peur de l’avenir, l’islam va-t-il lui venir en aide ? et va-t-elle accepter son aide ?

Le prophète, l’islam

Quelqu’un a-t-il déjà rencontré dans sa vie un homme s’appelant Mahomet ?!? évidemment non. Alors pourquoi cette persistance ? (2)
Qu’attendre d’un pays dans lequel 99% des politiques, des journalistes et des penseurs sont incapables d’appeler le prophète Mouhammad par son prénom, celui que lui a donné sa maman. (paix et salutation de Dieu sur lui)
Quelle considération faut-il donner à ces gens ? l'espérance ? la condescendance ? la pitié ?

" (...) En fait, ce ne sont pas les yeux qui s'aveuglent, mais ce sont bien les cœurs dans les poitrines qui deviennent aveugles ". Coran S22-V46

----

(1) Pour les adeptes de la transformation sociale, on pourra ajouter un “volet social” : capitalisme destructeur, exploitation de l’homme par l’homme, spoliation des biens de l’état par des groupes politiques, absence de processus démocratiques qui donnent du “pouvoir” au peuple.

(2) pour rappel, le terme Mahomet dit le contraire de ce que dit le mot Mouhammad (le béni).


Lire l'article complet, et les commentaires