Mariage pour tous… l’UMP dérape

par Pelletier Jean
mardi 5 février 2013

S’attaquer à la structure même du mariage en ouvrant un droit égal pour les couples homosexuels, le gouvernement savait qu’il rencontrerait de fermes résistances. Même à l’intérieur du Parti Socialiste il y avait débat autour de l’adoption et de la Procréation assistée. On ne bouleverse pas le code civil et sa valeur symbolique impunément. Pour autant, on aurait pu s’attendre à un débat de fond que le sujet mérite amplement.

L’accumulation de plus de 5 000 amendements est sans doute de bonne guerre, la gauche elle-même dans l’opposition s’y est adonnée à cœur joie. Mais ce n’est pas un signal captivant qui est envoyé à l’opinion publique. Les amendements du Front national et de l’UMP invitant le mariage à trois, voir quatre, avec des animaux ou entre parents posent véritablement question sur les fondements idéologiques de la droite parlementaire.

Il est bien triste de constater que l’assemblée nationale donne ainsi une image glauque d’elle-même et vient « casser » le travail et l’organisation de la grande manifestation des opposants au projet de loi à Paris. Ainsi, si la rue a su contenir les excès d’ardeur, il faut bien admettre que la représentation parlementaire s’est laissée aller à de bien sombres penchants. On attendait l’inverse !

Hier soir, au cours d’un marathon de 22 heures j’ai relevé pour l’exemple quelques interventions de parlementaires UMP qui illustrent cette sinistre inclinaison de l’institution à déraper dangereusement ….

Dans le registre du mépris et d’une droite bien pensante :

Pour Philippe Meunier (député du Rhône) ce projet de loi est la main « des bobos et de leurs caprices » et Guillaume Larrivé (député de l’Yonne) y retrouve les « thèses de Saint-Germain-des-Prés ».

Du côté Corse, l’UMP fait donner de la voix à Camille de Rocca Serra qui pronostique « le testament de la famille française », rien que cela

Dans le registre de la dramatisation outrée :

Jean Pierre Door (Député du Loiret) vibrant et dramatisant proclame un « C’est papa et maman qu’on assassine. ».

Nicolas Dhuicq (Député de l’Aube) se drape dans « Vous voulez détruire l’histoire et acculturer nos enfants, C’est une régression monstrueuse de la civilisation ». Rien que cela, bigre !

Pour en rajouter c’est Marc Le Fur(Député des Côtes d’Armor) qui brandit le Code Civil pour « défendre une organisation sociale millénaire ».

Et enfin dans l’assimilation de la gauche au totalitarisme, voir au nazisme :

On voit Patrick Hetzl (Député du Bas-Rhin) évoquer le fait que le projet de loi évoque « une immaturité qui fait penser au totalitarisme Orwéllien ».

Pour parfaire ce « dénis » de parlementarisme orchestré par la droite Elie Aboud (député de l’Hérault) en faisant référence aux enfants de couples homosexuels évoque « l’avertissement d’un pédopsychiatre reconnu : ce n’est pas du triangle rose dont il parle, mais d’un triangle noir, avec inscription SOS Danger » On est au comble de l’abject !

Pour autant l’UMP voit son périmètre d’action se réduire. Alors que seul Franck Riester (député de Seine et Marne) et Benoist apparu (Député de la Marne) avaient annoncé qu’ils voteront le texte, ce sont deux poids lourds de la majorité qui quittent le navire en annonçant qu’ils s’abstiendront : Nathalie Koscuisko-Morizet (Député de l’Essonne) et Bruno Le Maire (député de l’Eure). Enfin aux dernières nouvelles s’ajoutent les doutes exprimés d’Axel Poniatowski (Député du val d’Oise) et Gilles Carrez (Député du Val-de-Marne). Ce ne sont pas les outrances de hier soir qui vont arranger les choses à l’UMP.


Lire l'article complet, et les commentaires