Nous ne sommes pas du bétail !

par CHALOT
samedi 4 juin 2022

De plus en plus de personnes viennent nous demander d'agir pour, qu'enfin, elles puissent avoir un logement plus grand.

En septembre dernier, Mr B locataire à Avon est venu nous dire qu'il n'en pouvait plus dans son F2 avec ses quatre enfants.

Nous sommes intervenus, en vain ; il n'a pas pu avoir de logement plus grand, le bailleur nous affirmant qu'il n'avait rien à proposer !?

De qui se moque-t-on ?

Toutes les semaines, ce sont des familles, parfois désespérées, qui nous implorent de faire quelque chose !

Le DAL 77 intervient mais l'attente est longue du côté des bailleurs.

Mardi dernier, un homme est venu, lui aussi, nous exposer la situation de sa famille et de ses quatre enfants, à Melun dans un F3.

« Comment voulez-vous que mes enfants fassent leurs devoirs » a-t-il dit !

« Il n'est pas question que je les laisse sortir dehors, il y a les dealers à notre porte » a-t-il rajouté. C'est une réalité dans ce quartier Montaigu à Melun.

« Nous ne sommes pas du bétail ! » a-t-il conclu son propos !

 

Un autre, le même jouir m'a affirmé qu'il y avait des dessous de table dans certaines villes !

Ce ne sont pas des ragots, malheureusement : une locataire qui avait une petite dette a demandé le remboursement d'un dessous de table qu'elle avait réglé il y a quelques années... Elle a été exhaussée par le bailleur troublé et en colère.

 

J'espère que le bailleur, qui n'est pas en cause, fera son enquête et que ces agissements n'auront plus lieu !

Des agissements comme ceux-là ou des sous locations sauvages vendues à la gare de Melun sont encore monnaie courante.

Il faut que cela cesse !

 

Revenons-en à la sur-occupation .

« Un logement auquel il manque une pièce est en situation de surpeuplement modéré. S'il manque deux pièces ou plus, il est en surpeuplement accentué. Par construction, les logements d'une pièce sont considérés comme sur-occupés. »

 

Il arrive que des logements prévus pour 5 ou 6 personnes soient occupés par dix personnes ou plus avec des arrivées inopinées.

Nous ne traitons pas ceux là, nous vérifions que les déclarations à la CAF et auprès du bailleur aient été effectives.

Pour Mr B, le bailleur m'a affirmé qu'il ne connaissait pas la situation de la famille. J'ai vérifié et la famille avait bien déclaré à la CAF les différentes naissances.

 

Les locataires sont obligés de régler leurs loyers et leurs charges mais dans le contrat il est prévu que le bailleur doit les loger correctement avec décence.

 

Les locataires ne sont pas du bétail !?

Que les défenseurs des animaux ne m'en veulent pas, je suis contre la maltraitance animale.

Là, il s'agit d'une image, d'un titre plein qui explique cette situation dramatique parfois dans laquelle vivent des familles confinées dans des logements trop petits.

Le droit au logement digne doit être appliqué !

Il y a aussi des personnes seules qui se retrouvent dans un F4 alors que leurs enfants devenus adultes sont partis.

Certains ont beaucoup de mal surtout quand ils sont au minimum vieillesse.

 

La situation des locataires devrait être revue avec eux-mêmes pour éviter ces situations de sur ou de sous occupation !

 

C'est ce que demandent beaucoup d'associations.

 

Jean-François Chalot

merci à Sapiens pour son dessin NON !

 


Lire l'article complet, et les commentaires