On veut nous faire vivre genoux ! 

par moderatus
vendredi 11 décembre 2020

 

Les minorités racialistes, décolonialistes, les indigénistes, et d'autres associations de défense de minorités, minorités au demeurant très agissantes, voudraient nous faire vivre à genoux dans la repentance perpétuelle.

Alors le moindre faux prétexte, la moindre confusion de compréhension déclenche les foudres de l'antiracisme.

Le spectacle auquel se sont livrés les tenants de ces minorités au cours d'un match de football est désolant, et tout le monde se couche, tout le monde applaudit. Surtout ne pas risquer de se faire traiter de raciste, même sans raison, même à tort, même par des racistes.

 

 

Les faits sont clairs. Match PSG – Istanbul Basaksehir,

21h13 

Le 4ème arbitre Roumain s'adresse à un autre arbitre Roumain pour lui signaler une agression perpétrée par un joueur turque et de la même façon qu'il aurait dit, ne connaissant pas le nom des joueurs, c'est le blond, ou c'est celui qui a une queue de cheval, ou c'est le chauve, il dit c'est le noir là bas pour identifier l’intéressé.

Mais seulement noir se dit negru dans les Carpates. Peu importe, sus au racisme et au raciste.

En espagnol NOIR aussi se dit NEGRO, faut-il pour autant interdire aux Espagnols de nommer cette couleur ?

Alors surgit le justicier Demba BA un joueur franco-sénégalais de l’équipe byzantine, il sort de son banc et de ses gonds en éructant

 Why you said negro ? Why you said negro ? Why you said negro ? 

en anglais aproximatif.

Un journaliste lui explique que negru ne veut pas dire négro, mais noir, mais peut importe, il tient le bon bout, il ne lâche pas l'affaire, ça ne change rien à son indignation et à son accusation de racisme

La bronca s'intensifie, et le match est arrêté.

Comment expliquer une pareille insistance frisant l’acharnement ?

En d’autres circonstances, en voulant identifier un joueur blanc sur un banc ne comportant par ailleurs que des joueurs de couleur, nul doute que le quatrième arbitre l’aurait qualifié d’homme blanc !

La seule appellation d’homme noir est elle une insulte quand elle n’est accompagnée d’aucun autre qualificatif ? Ne pourrait-on pas être fier d’être noir ?

En l’occurrence, les propos de l’arbitre concerné n’avaient aucune connotation raciste, il a simplement appelé un chat un chat de façon descriptive !

 

Il se trouve par ailleurs que ce monsieur Demba BA, antiraciste patenté, est militant d'un islam radical et anti blanc.

Alors même qu’il ose se proclamer antiraciste, il a écrit recemment

 

« bienvenue en occident, là où le BLANC se croit tellement supérieur que racisme et débilité deviennent banalité. Il est temps de se lever »

 

 

Pour lui il est temps de se lever et pour nous de se coucher ?

 

D'autres infos à son sujet, un résumé bien sûr car elles sont légion.

En 2014, il met en vente aux enchères son maillot de Chelsea pour financer le… CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France) récemment dissous.

Il relaie les tweets d’une autre association récemment dissoute (Barakacity) après la décapitation de Samuel Paty

Un peu marqué idéologiquement non ?

Voilà pour ce pourfendeur du racisme.

La suite est connue, la dictature des minorités fait son travail avec conscience et acharnement comme à l'habitude, la lâcheté généralisée fait le reste.

 

Le match est remis et apothéose, lors de sa reprise, tout le monde est à genoux pour expier la terrible faute. Le syndrome George Floyd mis en France en scène par la famille Traoré a fait des émules. On est à fond dans la caricature et la réaction disproportionnée !

 

Si dans l'affaire George Floyd, ce geste pour lui rendre hommage est justifié en Amérique compte tenu de l'histoire spécifique de ce pays et de son comportement vis à vis de la communauté noire, il ne faudrait pas en l'important le dénaturer en le mettant à toutes les sauces. La banalisation n'est pas un hommage à Floyd.

Importer la guerre raciale américaine en France aurait des conséquences délétères.

 

Par contre quand d'autres noirs(suis-je autorisé à utiliser ce mot ?) dans d'autres circonstances reçoivent des menaces autrement plus graves, ces défenseurs de l'anti racisme sont muets, ainsi que nos médias qui se délectent avec ce feuilleton footballistique, nouveau maronnier de nos chaînes de désinformation.

Sept prêtres africains sont visés par un « Allah Akbar » dans le Vaucluse : qui, pour en parler ?

Il s’agit de sept prêtres africains, dans le diocèse d’Avignon (Vaucluse), ayant chacun reçu un courrier avec deux mots, pas un de plus, inscrits en arabe et en français : « Allah Akbar ». Deux mots dont nul ne peut ignorer le caractère gravissime dans le contexte actuel et qui s’apparentent à une fatwa.

Je ne vous parle pas de Mila qui reçoit des milliers de menaces de mort, qui voit sa jeunesse détruite et sur laquelle ces antiracistes sont muets.

 

Mais l'indignation médiatico-politique est à géométrie variable, comme celle des antiracistes dont le but n'est que de déstabiliser une Europe chancelante, car au fond leur indignation 'coloriste' en noir et blanc n'est que prétexte.

Alors va-t-on encore longtemps, non seulement supporter, verbe à prendre dans tous les sens, ces minorités qui veulent déboulonner nos statues, nous clouer au pilori pour notre passé colonial ou esclavagiste qui n’a rien à envier au leur, non seulement sans protester, mais en se mettant à genoux à leur moindre injonction ?

Chacun choisira son camp, moi j'ai choisi le mien, celui de ceux qui veulent rester debout.

Nous subissons depuis trop longtemps, la dictature de la pensée unique et du politiquement correct la dictature sanitaire et maintenant celle de minorités séparatistes.

Le message du pouvoir est , « peuple de France, ne faites rien, on pense et décide pour vous, dormez tranquille à l'aide de tranquillisants si nécessaire »

Castex vient de nous annoncer de nouvelles mesures réjouissantes pour nous remonter le moral.

Bonnes fêtes à tous.

 


Lire l'article complet, et les commentaires