Personnes handicapées, toujours des bâtons dans les roues

par NewsofMarseille
lundi 21 mai 2012

Les personnes en situation de handicap représentent 10% de la population, mais les fauteuils roulants rencontrent encore de nombreux obstacles sur leur chemin : passages piétons non aménagés, scooters stationnés sur les trottoirs et même crottes de chiens…

Linda, handicapée moteur et représentante départementale de lʼAssociation des Paralysés de France, n’a pas de coup de gueule a passer. La jeune femme souligne les efforts faits par la Ville, et avoue volontiers que la grande bataille de l’accessibilité est gagnée, mais qu’il reste des petits combats de tous les jours à mener pour la sécurité et l’autonomie des personnes en situation de handicap.

Selon le baromètre de l’accessibilité publié chaque année par lʼAssociation des Paralysés de France et lʼExpress, Marseille est une mauvaise élève qui ne cesse de s’améliorer : en 95ème position en 2010 elle est passée en 70ème position en 2011, avec une note de 10,3 sur 20, tout juste la moyenne.

Concernant les transports en commun, seules deux lignes de bus sont accessibles, la faute revenant moins à la RTM qu’à la voirie qui n’a pas aménagé la hauteur des trottoirs. Les stations de métro sont globalement accessibles, quand les rames, elles, ne le sont pas ! Enfin pas de vacances pour les handicapés. Les compagnies aériennes déclarent que leurs avions sont « officiellement » adaptés, quand les personnes en situation de handicap ne peuvent pas manipuler seules leurs ceintures de sécurité.

En ce qui concerne le travail, la loi stipule que les entreprises de 20 salariés et plus sont dans l’obligation d’employer 6% de travailleurs handicapés. Cela représente en France quelque 140 000 entreprises, mais en 2011, seulement 54% dʼentre elles répondaient à cette obligation. Le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur au taux général. Certes la situation a évolué depuis les années 80, mais aujourd’hui encore, certains employeurs préfèrent s’acquitter d’une contribution financière à lʼAgefiph (Association de gestion du fond pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) qui correspond à une taxe pour non respect du quota, plutôt que d’adapter un poste pour un salarié handicapé.

Pour ce qui est de la culture, de nombreuses sorties sont organisées par les associations, notamment lʼAPF et les principaux lieux culturels de la ville (théâtres, cinémas, stades) restent accessibles. Reste à savoir comment les lieux phares et historiques de Marseille 2013 vont pouvoir accueillir les touristes handicapés.

Enfin, on constate toujours la construction de bâtiments neufs non accessibles à Marseille comme le Palais de la Glisse. Un long chemin reste donc à parcourir pour que l’accessibilité ne soit plus considérée comme un parcours du combattant…

 

Melissa Reverso

Retrouvez également notre vidéo sur News of Marseille


Lire l'article complet, et les commentaires