Polémique Science-Po autour de la Danse : Homme/Femme ou Follow/Leader ?

par Benoit Adam
mercredi 14 décembre 2022

Une récente polémique a émergé concernant Science-po : il a été demandé à une professeure de danse qui officie depuis 20 ans de ne plus utiliser Homme/Femme pour désigner les danseurs, mais « Leader/Follow ». Branle-bas de combat chez les conservateurs, qui y voient un énième progressisme abusif ! Mais de quoi parle-t-on exactement ici ?

Photo by Preillumination SeTh on Unsplash

 

Explication de la danse de couple

Salsa, Bachata, Kizomba, Tango, Rock, Lindy Hop, autant de danse de couple, mais le principe reste souvent le même : l’homme dirige les mouvements de la femme, qui, elle, réagit et a la possibilité de s’octroyer quelques mouvements de libertés au milieu d’une « passe ».

 

Pour les non-initiés, une « passe » est simplement une figure exécutée par l’homme, qui va durer un nombre défini de temps. Une danseuse expérimentée reconnaîtra surement la passe et pourra donc la sublimer. Les passes ont parfois des noms, parfois non. Rien n’étant figé, il n’est d’ailleurs pas interdit d’inventer de nouvelles passes.

La différence entre les deux ne s’arrête pas seulement ici. Un autre point important est que les mouvements de pieds de la femme sont en miroir : dans un pas de base, quand l’homme bouge la jambe gauche, la femme bouge la droite. Également, les mouvements de la passe ne seront pas le même.

Le rôle de l’homme n’est pas si simple, et l’on parle de travailler 3 fois plus pour arriver à un niveau convenable (travailler = prendre des cours, réviser et les appliquer !). Pour la femme, quelques pas de bases suffiront pour être indépendante et se laisser aller. En réalité, si pour les femmes, un niveau simple pour se débrouiller en soirée peut être obtenu rapidement, un niveau plus avancé demandera aussi un certain entrainement : bien doser sa force, ajouter du « styling », arriver à compenser les erreurs de monsieur ou encore être une source fiable pour la tenue du tempo.

 

Débarrassons-nous de la sous-polémique : l’Anglicisme

 

Avant d’attaquer le cœur du sujet, intéressons-nous aux termes utilisés pour les danseurs. Nous avons donc :


- Homme/Femme


- Cavalier/Cavalière

- Leader/Follow

L’anglicisme de « Leader/Follow » a été un point de reproche à juste titre, d'autant qu'une équivalence française est facilement trouvable : « Meneur/Suiveur ». On peut effectivement interroger en effet sur la propagation du terme anglais et sa non-traduction. Pourtant, il y a une explication simple : la danse est internationale et universelle. On ne compte plus le nombre de festivals qui ont lieu partout sur la planète. Il n’est pas rare de croiser dans les soirées de nouveaux arrivants étrangers, qui utilisent justement la danse comme moyen de sociabiliser et de rencontrer des gens.

Il est donc pragmatique d’utiliser un terme anglais pour des gens organisant une soirée et voulant attirer le plus de monde. Cependant, il n’est effectivement pas nécessaire de l’utiliser si tous les participants parlent français ! Dans ce cas, « Meneur/Suiveur » pourra très bien convenir !

 

Photo by Preillumination SeTh on Unsplash

 

Concrètement, pourquoi parler de Leader / Follow ?

 

Traditionnellement en danse, c’est l’homme qui conduit la femme. Comme avec un tandem, le rôle n’est pas tout à fait le même ! Mais techniquement, rien n’empêche d’inverser… il n’y a pas besoin d’un pénis pour mener la danse !

Avant, on disait « on inverse les rôles » ou « tu fais le rôle de la femme (ou de l’homme) ». Un peu long à énoncer, du coup, avoir des termes de 2 syllabes, c'est plus rapide à dire !! Nous parlons aussi de couple homme/femme depuis le début, mais rien n’empêche à 2 hommes ou 2 femmes de danser ensemble ! C’est souvent ce qui arrive en cours quand l’un des 2 sexes est en surnombre par rapport à l’autre.

Du reste, c’est un excellent exercice d’inverser les rôles. Tout danseur moderne de bon niveau l’a expérimenté au moins une fois, ne serais-ce pour se « rendre compte ». Par ailleurs, rappelons que les pas sont inversés ! Préciser « Leader/Follow » définit également sur quel pied commence chacun, ce qui n’est pas négligeable !

 

Dimorphisme Sexuel

 

Alors, pourquoi traditionnellement les hommes dansent en « Leader » et les femmes en « Follow » ? L’explication tiens en deux mots : le dimorphisme sexuel.

Rappelons la définition de dimorphisme sexuel : « Ensemble des différences entre le mâle et la femelle d'une même espèce, en dehors de celles des organes sexuels eux-mêmes. » On parle ici aussi bien de musculature, de taille, de poids, de pilosité, ou même de couleurs (on pense ici aux canards par exemple). Chez certaines espèces, il est absent, et il est très dur de reconnaître le mâle et la femelle. Chez certaines espèces, c’est la femelle qui est plus grande et plus imposante que le mâle. Chez l’humain, la taille de moyenne d’un homme est 10% supérieure à celle d’une femme. La musculature et le poids sont aussi plus grand chez l’homme.

Revenons donc à la danse. Vous l’avez peut-être compris, le rôle de « Leader » demande un minimum de force pour entrainer le « Follow », bien sûr dépendant aussi de son poids. Également pour le « Leader », faire tourner le « Follow » est plus agréable quand cette personne à une taille légèrement inférieure. En moyenne, un homme est donc le « Leader » idéal, et la femme le « Follow » idéal. J’ai bien dit « En moyenne » et je le répète, car bien entendu, il existe des exceptions selon les morphologies !

 

Ainsi, tout cela est avant tout une question de physique, et au fond l’essentiel est surtout de trouver le partenaire idéal, et qui vous corresponde.

 

Photo by Nihal Demirci Erenay on Unsplash

 

Alors, on fait quoi ?

 

Se borner à n’utiliser que « Homme/Femme » ou que « Leader/Follow » ne mène strictement à rien !

En réalité, les termes « Homme/Femme » sont plus adaptés aux débutants. La prof de science-po parle elle-même de son expérience : avec « Leader/Follow », certains élèves ont pensé que « Leader » était le niveau avancé et « Follow » le niveau débutant… ! Déroutant en effet ! J’ai pu expérimenter la même chose lors d’un cours débutant avec un prof qui pensait bien faire en n’utilisant exclusivement « Leader/Follow »… la tête incrédule de la moitié des participants parlait d’elle-même !

Les termes « Leader/Follow » doivent donc être utilisés avec parcimonie, et doivent donc être expliqué/précisé systématiquement dans un cadre éducatif. Ils ont cependant l’avantage de définir quelque-chose de différent de « Homme/Femme » et ont ainsi leur utilité pour bien clarifier notre pensée.

Il n’est pas rare de voir « Place Homme / Leader » et « Place Femme / Follow » sur les préventes pour les soirées (l’idée étant de mettre un nombre maximum pour éviter un trop grand déséquilibre entre les meneurs et les suiveurs), et c’est effectivement la bonne pratique. Il ne s’agit pas ici de compromis, mais de pragmatisme… et aussi un peu de marketing !!

Notre langue peut paraître riche, mais malheureusement le sens de la pensée auquel un mot faire référence peut parfois s'avérer incomplet. C'est exactement ce qui se passe ici. Nous avons au final un vocabulaire limité (beaucoup de mots ont 2 sens voir 3 et plus !), alors il ne faut pas non-plus se braquer systématiquement quand une proposition linguistique nouvelle vient s'inviter. Le tout est de savoir si cela est pertinent et pragmatique.

 


Lire l'article complet, et les commentaires