Pour une France accessible

par CHALOT
jeudi 4 juin 2015

Pour des raisons budgétaires, le gouvernement et sa majorité ont décidé d’organiser un recul généralisé en faveur de l’accessibilité.

Les associations de solidarité et le collectif pour une France accessible se sont mobilisés le 27 mai dans une vingtaine pour exprimer leur déception et leur colère.

A quand l’accessibilité des établissements recevant du public et des transports collectifs.

Le collectif pour une France accessible n’a pas été reçu par les présidents des différents groupes au Sénat et ceci malgré des demandes réitérées.

Dans un communiqué de presse, il rappelle la nécessité d’amender l’ordonnance relative à l’accessibilité :

« Le Collectif pour une France accessible rappelle que cette Ordonnance déconstruit littéralement bon nombre des objectifs initiaux de la loi de 2005, puisqu’elle exonère la majorité des établissements recevant du public et des transports publics ordinaires d’une mise en accessibilité. En introduisant 3 nouveaux motifs de dérogations, sans justifications technique ou économique, ce texte est un retour en arrière de plus de 40 ans ! L’ensemble des dispositions de cette Ordonnance et de ses textes d’application prouve l’absence de volonté réelle et sérieuse de respecter les principes d’accessibilité universelle. Par ailleurs, le Collectif tient à dénoncer le refus gouvernemental d’abaisser le seuil obligatoire appelant l’installation d’un ascenseur dans les immeubles d’habitation collectifs à construire alors même qu’il prétend vouloir « l’adaptation de la société au vieillissement » ! C’est pourquoi, le Collectif, qui sera présent dans l’hémicycle du Sénat demain, demande aux Sénateurs de se mobiliser pour l’accessibilité universelle en ne ratifiant pas l’Ordonnance en l’état mais en y intégrant les modifications fondamentales permettant de construire une France accessible à tous. »

La Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées n’a-t-elle pas annoncé la couleur !? :

« Il ne faut pas compliquer la vie des entreprises" et "les collectivités territoriales doivent contribuer au désendettement de la France"

La messe est dite….

Aucun des amendements proposés par le collectif n’a été repris.

Par contre un amendement proposé par deux sénateurs, l’un UDI, l’autre UMP a supprimé l’accessibilité directe des logements sociaux aux personnes handicapées.

Autrement dit, si une personne handicapée demande un logement, le bailleur fera les travaux -s’il l’accepte- la personne handicapée n’ayant qu’à attendre avant de rentrer que les modifications soient apportées.

Les associations comme l’APF sont en colère, elles ont raison….

Faudra-t-il organiser une manifestation devant l’Assemblée Nationale ?

 

Jean-François Chalot

 

NB -L’ordonnance en question est celle du 26 septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des établissements recevant du public, des transports publics, des bâtiments d’habitation et de la voirie pour les personnes handicapées


Lire l'article complet, et les commentaires