TÚlÚthon, Sidaction…le charivari de la TÚlÚ-charitÚ

par Guillaume Boucard
lundi 30 novembre 2009

Si l’on croit toutes les organisations d’action solidaire de notre pays ne bénéficiant pas de l’inflation de « com » marquant chaque année le Téléthon, notre pays riche atteint un seuil de pauvreté inégalé jusqu’ici. Des Restos du Cœur au Secours Catholique, en passant par Emmaüs ou le Secours Populaire, l’inflation serait plutôt alors celle des besoins alimentaires et vitaux de première nécessité. Il y aurait donc au minimum une dizaine de millions de pauvres en France. Chacun s’accorde aussi sur le chiffre de deux millions d’enfants qui ne mangent pas à leur faim au grand pays de l’art culinaire qui ne manquera pas lors des Fêtes commerciales de Noël de vérifier sa renommée internationale en la matière.

On apprenait il y a peu qu’il y aurait dans notre beau pays des Droits de l’Homme (et donc pas encore de la Femme ?) pas loin de deux millions de femmes battues chaque année, pour celles qui osent l’avouer.
 
L’illettrisme, les cas d’incestes et agressions sexuelles « battent » pareillement des records. La misère est multiforme et gigantesque, ici comme ailleurs.
 
Bien sûr qu’il est hors de question et abject de mesurer comparativement les souffrances entre elles. Il reste que les occasions d’ajouter un « thon » au mot Télé sont nombreuses. Il reste aussi que nos cœurs sont tous bouleversés lors des longues soirées d’hiver humain du Téléthon, et le dévouement du brave peuple ne peut pas nous laisser insensible. Bien sûr, au niveau du professionnalisme médiatique, les moyens coulent à flot en plateaux « live » en tous genres, l’animatrice vedette blonde est méritante et toujours aussi charmante, bref, un grand moment de Télévision, sur ce plan-là. Depuis plusieurs années la petite maison dans la prairie était idéale, et les oiseaux tous blancs de la générosité citoyenne volaient haut… et voilà que le Président de Sidaction, Pierre Bergé, rappelle précisément toutes les brebis concernées à un peu plus de « hauteur ». Chaque fois que l’on s’attaque à un rituel national ou à une de ces grand-messes statufiées de la fille aînée de l’église désormais reine de la laïcité agnostique, l’écho est surdimensionné. Pierre Bergé s’étonne en premier du « tsunami » suscité par ses propos.
 
Le parallèle, volontaire ou pas, avec la surabondance de dons constatée lors du « tsunami » est saisissant, des Organismes de Charité eurent alors le courage audacieux d’inviter à ne plus donner pour cette cause, renvoyant à toutes les autres nécessitant autant d’aides. Personne ne doute qu’avec leurs 104 millions d’euros annuels reçus en moyenne, les Patrons fraternels du Téléthon n’aient pas songé à un même appel solidaire, pareillement pour le Président du Sidaction (20 millions d’euros annuels). Evidemment, toutes ses causes missionnaires du salut de l’Homme exigent des dons par définition jamais suffisants, surtout lorsqu’il s’agit d’aider « la recherche », laquelle peut aussi n’avoir aucune fin. Il reste précisément que l’aide à la recherche sur l’Embryon Humain peut heurter les valeurs de certains donateurs au Téléthon, consacrant une partie significative des sommes récoltées à ces travaux scientifiques. La Science ayant la place première dans une société sans Dieu, à égalité avec l’Homme lui-même, nous touchons là encore à un tabou. Et la Souffrance en tant que telle permet en soi de dissuader bien des curiosités, sous peine d’être accusé d’égoïsme ou d’insensibilité les plus amoraux. Mais bon, gardons la noble invitation Biblique à ne pas afficher ou exhiber des actions charitables, perdant de fait toute réelle noblesse d’âme. Tel est d’ailleurs le cas pour tous ces Français anonymes qui consacrent 5 % de l’aide charitable annuelle totale, au Téléthon. Ce n’est pas rien. Il semble pourtant que ce soit offense de lèse Majesté que d’exiger de savoir en détails où va toute cette somme récoltée. Faisons confiance au noble sentiment de Fraternité qui anime l’entreprise du Téléthon.
 
Enfin, il y a le Spectacle médiatique de ce que l’on nomme avec dédain « le charity bizness », quand cela se passe chez le grand frère d’Amérique. Assurément, le concours des 24 heures passées en piscine, les courses de vélos en talons aiguilles et records sportifs divers et variés, les montagnes humaines sur les ponts de France…outre le manque de délicatesse absolue (voire, immonde) que cela peut représenter pour des êtres condamnés parfois à l’immobilité la plus totale, tout cela relèverait d’un état d’esprit bon enfant censé atténuer la gravité de la myopathie. Sur la chaîne « concurrente » (la Télévision reste dans le Marché avant tout !), il y aura donc l’exhibition des Miss privées de paroles, le contraste sera signifiant avec le brouhaha de paroles (parfois arrachées en gros plan disent les vilaines langues…) sur le « Service » Public. Mais chacun sait et devine toute la bonne bonté bienfaisante et désintéressée qui fondera essentiellement ce nouveau chapitre du Téléthon. Comme nous vivons dans une vraie Démocratie, les éventuelles critiques permettront une soirée, plus belle encore ! D’autant plus que Monsieur Pierre Bergé nous invitait à continuer de donner généreusement pour le Téléthon.
 
Chacun de nous a sa part d’ombre, il est difficile qu’il n’en soit pas de même pour ce genre de show. Continuons d’aider notre prochain, chacun selon nos moyens et talents, tous les jours de l’année. Loin des caméras de la Télé-charité. Et cet hiver de pauvreté sans pareille, en mémoire de l’appel de l’Abbé Pierre, lançons vite le PauvreThon !
 
Guillaume Boucard
 

Lire l'article complet, et les commentaires