Tous racistes ?

par JACKTURF
samedi 7 avril 2012

En préambule aux élections présidentielles, ou le drame que la France est en train de vivre, ne doit pas occulter les problèmes de société, ou je trouve qu'il est un peu facile pour certains politiques, genre J.L. Mélenchon, de critiquer le comportement des français qui ont choisi d'autres voies que la leur, car tous, nous ne souhaitons qu'une chose, mieux vivre ensemble. Mais pour cela, l'homme doit-il restreindre son espace vital si chèrement acquis au fil des siècles, doit-il partager un peu plus sa pauvreté ? pendant que nos élites donneuses de leçons, se pavaneront dans leurs prestigieuses résidences, sinon sur leurs Yachts. Car il s'agit bien de cela : faire partager la misère au plus grand nombre ! La question est posée !!!

Un émule du Bon Père du Peuple J.L. Mélenchon

Suite au drame que vit la France actuellement et à une période cruciale de notre histoire qui va décider de notre sort commun pour les années à venir, il m'a semblé bon de mettre le doigt là où ça fait mal, en parlant du racisme ordinaire que nous pratiquons tous les jours sans le savoir...

Historiens et ethnologues ne sont pas d'accord sur la question de l’origine du racisme ; deux conceptions principales s'opposent à ce propos.

La première considère que différentes formes de racisme se sont succédés au cours de l’histoire, et ce depuis l'Antiquité.

La seconde considère que le racisme est un produit de l'Europe occidentale moderne, exporté dans le sillage de l'impérialisme européen.

Bref, nul n'est capable de nos jours de dire de quand date exactement le racisme, ni même ou il a pris sa source et cela est bien normale, car en fait le racisme est dans la nature même de l'homme, en sachant qu'il y a autant de racismes que d'humains sur terre.

La liste est infinie, mais nous pouvons citer les formes de racisme les plus connues, comme :

Le racisme de couleur, qui est sans aucun doute la première forme de racisme sur cette planète,

Le racisme du handicap, l'un des plus cachés, presque tabou dans les médias,

Le racisme de la maladie, le Sida en étant l'un de ses fers de lance,

Le racisme ethnique, qui continue de causer des millions de morts à travers le monde, sans que cela n'émeuve grand monde,

Le racisme politique, qui oppose irréversiblement et parfois violemment plusieurs visons du monde,

Le racisme idéologique, qui interdit à l'autre de penser autrement que lui,

Le racisme religieux, qui interdit dans certains Pays de s'unir avec des personnes d'autres confessions, allant même jusqu'à interdire des lieux de cultes autres que celui du Pays,

Le racisme de castes, bien connu en Inde avec les Intouchables,

Le racisme de hiérarchie, pratiqué tous les jours dans nos sociétés dites modernes, ou il ne saurait être question de mélanger les torchons et les serviettes,

Le racisme mondain, qui interdit le mélange des genres, un racisme qui se réparti en plusieurs sectes ou on ne rentre que par coaptation (Noblesse, arts et lettres, 7ème art etc...)

Le racisme financier, qui considère que qui n'est pas inscrit au Cac 40, est indigne de dîner à leur table,

Le racisme du monde scientifique, qui voudrait bien mettre le reste de l'humanité en éprouvette...

Etc, etc...

En fait, il existe même une forme de racisme "le plus pratiqué sur terre" qui est le racisme de possession, mais dont personne ne parle jamais en ces termes, allez savoir pourquoi ? Pourtant il touche à notre vie de tous les jours.

Ce racisme là est peut-être le pire de tous, car il touche à la notion même de l'individu, rejetant tout contact avec autrui.

Je m'explique : Plus vous avancerez dans l'échelle sociale, plus vous vous séparerez du monde, par l'acquisition de biens, dont l'élément séparateur essentiel, sera au départ, la petite villa avec son jardin que certains appelleront pudiquement leur refuge, puis par extension on passera à la petite propriété que l'on prendra bien soin d'entourer de grillages, ou alors en intégrant comme aux États-Unis des îlots protégés par des gardes chiourmes, qui veilleront jours et nuits à votre sécurité. Enfin, nec plus ultra, la belle et grande propriété qui vous permettra de vous isoler totalement du monde en s'appropriant avec elle, des hectares de terrain ou il sera interdit alors à quiconque de pénétrer sans invitation.

Tout cela peut prêter à sourire, mais il s'agît bel et bien d'un racisme qui ne dit pas son nom, celui qui amène inconsciemment un certains nombres d'individus à s'isoler du monde, à refuser le contact, voyant dans tous visiteurs, un intrus qu'il jaugera de la tête au pied, pire qu'une bête de somme, avant de le faire rentrer, s'il le juge bon, dans son espace vital.

Idem, pour les personnes obligées de vivre dans les cités pour raison professionnelle, mais à la place d'un terrain pour se séparer du monde, ils s'arrangeront pour occuper de luxueux immeubles précieusement gardés, ou les seules personnes qu'ils côtoieront, une fois le travail fini, seront ceux de leurs milieux sociaux-professionnels.

Tandis que par ailleurs, tous ces braves gens de gauche ou de droite, seront les premiers à donner des leçons sur le bien vivre ensemble, demandant au reste du troupeau de s'enfermer dans des cages de quelques mètres carrés en acceptant toutes les contraintes de voisinage qu'on leur imposera au travers de lois dites de cités. Et quand on sait que l'O.N.U prévoit une accélération des flux migratoires en Europe de 14 millions d'âmes d'ici 2050, axées principalement sur trois pays, à savoir, l'Allemagne, la France et l'Angleterre, on se dit que le bien vivre ensemble chez les couches populaires qui seront bien évidemment les premières touchées, va prendre sérieusement du plomb dans l'aile... Qu'allons nous partager avec eux ? sinon plus de misère !!

Au final, je dirai que l'homme est un loup pour l'homme, s'organisant en meutes, pour le meilleur et pour le pire, car le loup a besoin de grands espaces pour vivre et si il y a une chose dont il a horreur, c'est qu'on lui restreigne son terrain de chasse...

Alors, si nous accordons à certains qui en ont les moyens, le privilège de préserver cet espace vital, faisons en sorte de ne pas stigmatiser le reste de la population, qui aspire elle aussi au bien vivre ensemble, car enfermez quelques loups dans une cage et vous allez voir comment cela se passera. Ne critiquons donc pas les gens des cités, sans se regarder soi-même dans le blanc des yeux, car je suis sur que nous y découvririons des choses sur nous même, que nous n'aimerions pas forcément...


Lire l'article complet, et les commentaires