Une charte de la la´citÚ... un peu timide !

par CHALOT
mercredi 28 août 2013

Une charte de la laïcité affichée dans les écoles ?

Voici à priori une initiative intéressante et positive à condition que cette charte ne soit pas le texte en lettres d'or qu'on met en exergue et qui n'est pas appliqué.

Voici le texte complet :

OBJET : PROJET DE CHARTE DE LA LAÏCITE

1. La Nation fixe comme missions premières à l’École, non seulement de

transmettre des connaissances, mais aussi de faire partager aux élèves les

valeurs de la République

La République est laïque

2. La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Elle assure l’égalité devant la loi, sur l’ensemble de son territoire, de tous les

citoyens. Elle respecte toutes les croyances.

3. La République laïque organise la séparation des religions et de l’État.

L’Etat est neutre à l’égard des convictions religieuses ou spirituelles. Il n’y a

pas de religion d’État.

4. La laïcité garantit la liberté de conscience à tous. Chacun est libre de

croire ou de ne pas croire. Elle permet la libre expression de ses convictions,

dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public.

5. La laïcité permet l'exercice de la citoyenneté, en conciliant la liberté de

chacun avec l’égalité et la fraternité de tous dans le souci de l’intérêt général.

6. La République assure dans les établissements scolaires le respect de

chacun de ces principes.

L’Ecole est laïque

7. La laïcité de l’École offre aux élèves les conditions pour forger leur

personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l'apprentissage de la

citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les

empêcheraient de faire leurs propres choix.

8. Elle leur assure l’accès à une culture commune et partagée.

9. Elle permet l'exercice de la liberté d'expression des élèves dans la limite

du bon fonctionnement de l’école et du respect du pluralisme des

convictions.

10. Elle implique le rejet de toutes les violences et de toutes les

discriminations, garantit l’égalité entre les filles et les garçons et repose sur

une culture du respect et de la compréhension de l’autre.

11. Il appartient à tous les personnels de transmettre aux élèves le sens et la

valeur de la laïcité, ainsi que des autres principes fondamentaux de la

République. Ils veillent à leur application dans le cadre scolaire.

12. Il leur revient de porter la présente charte à la connaissance des parents

d’élèves.

13. Les personnels ont un devoir de stricte neutralité : ils ne doivent pas

manifester leurs convictions politiques ou religieuses dans l’exercice de

leurs fonctions.

14. Les enseignements sont laïques. Afin de garantir aux élèves l’ouverture

la plus objective possible à la diversité des visions du monde ainsi qu’à

l’étendue et à la précision des savoirs, aucun sujet n’est a priori exclu du

questionnement scientifique et pédagogique.

15. Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique

pour contester à un enseignant le droit de traiter une partie du programme.

16. Les règles de vie des différents espaces scolaires, précisées dans le

règlement intérieur, sont respectueuses de la laïcité. Il est interdit de se

prévaloir de son appartenance religieuse pour refuser de se conformer aux

règles applicables dans l'École de la République. Dans les établissements

scolaires publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves

manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.

17. Par leurs réflexions et leurs activités, les élèves ont la responsabilité de

faire vivre ces valeurs au sein de leur établissement. »

Il manque un article qui prenant en compte la question des intervenants dits extérieurs, préciserait que :

Toute personne intervenant dans les établissements scolaires durant le temps scolaire, ou péri scolaire, à l'école même ou au cours d'un voyage ou d'un échange scolaire assure une mission de service public qui lui donne les mêmes devoirs de neutralité que les personnels : en ce qui concerne leur attitude et l'absence du port de signes religieux visibles.

Ce n'est pas là une question secondaire ou subsidiaire....

Il faut définitivement régler le cas des accompagnateurs et celui de toutes ces personnes et ils sont nombreuses qui vont intervenir dans les établissements scolaires dans le cadre de l'aménagement des rythmes de l'enfant.

Ce texte qui sera définitif mi septembre devrait clairement répondre à cette question....

D'autres problèmes subsistent comme le maintien d'un système privé d'enseignement financé sur fonds publics et la timidité- le mot est faible- de ce gouvernement qui n'a rien dit ni fait sur cette question , ni encore abrogé la loi Carle et l'article 89

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires