Le PC 100 $

par buckshot
mercredi 30 août 2006

Initiative lancée lors du Forum de Davos (Suisse) en janvier 2005 par Nicholas Negroponte, président de l’association américaine à but non lucratif OLPC (One Laptop Per Child), l’objectif est de produire un ordinateur portable à 100$ pièce, concept qui pourrait révolutionner l’éducation des enfants à travers le monde.

Un des points importants de ce concept est que ces ordinateurs ne seront pas destinés à la vente mais distribués à l’occasion de grandes initiatives gouvernementales. Le projet est aujourd’hui sponsorisé par de nombreux piliers des nouvelles technologies : Google, Red Hat, AMD, Nortel Networks, pour ne citer qu’eux. Les recherches et le développement du produit sont dirigés par une division de la célèbre université de technologie du Massachusetts, le MIT Media Laboratory. L’approche du développement d’un tel produit relève de la prouesse technologique car l’objectif est d’obtenir un ordinateur au tarif très bas avec toutes les composantes des technologies d’aujourd’hui : par exemple le démonstrateur de Quanta Computer Inc. (modèle ci-dessus) est composé d’un router Wi-Fi, d’un écran plat avec une résolution de 1200 x 900 maximum, processeur AMD Geode de 400 MHz, 128 Mo de RAM, 512 Mo de mémoire flash, d’un lecteur DVD et 3 ports USB 2.0, le tout piloté par un système d’exploitation à base de Linux spécialement développé pour ce produit. Ce petit « Laptop » pourrait à partir d’un portable classique se transformer en Tablet PC. Certes, ce petit PC ne possèdera pas de disque dur, mais sa consommation semble irréelle, jugez plutôt : 2W, soit 10 fois moins qu’un portable classique, rien que l’écran ne consommerait qu’entre 0,2 W et 1 W suivant la résolution. Avec le débat actuel sur l’énergie, nous pouvons regretter que ce concept ne soit pas étendu au grand public.

 

Le coût de revient de ce petit ordinateur, qui a tout d’un grand, serait de 140 $, les concepteurs s’écartant légèrement de leur objectif.

L’association OLPC estime que le « marché » pourrait avoisiner une centaine de millions d’unités. Certains pays ont déjà émis leurs commandes (pays en vert), avec le Nigeria qui a déjà payé pour 1 million de ces ordinateurs. D’autres pays étudient actuellement leur adhésion éventuelle au programme (pays en orangé) au niveau gouvernemental, et enfin il subsiste quelques grandes puissances où le lobby de cette initiative ne semble pas trouver d’écho auprès des gouvernements. Il est évident que les multinationales de l’informatique et du multimédia n’apprécient pas du tout cette plaisanterie ; on constate par exemple de fortes pressions sur l’association de la part de Microsoft et de Intel.

En France, personne ne parle de l’OLPC, et nous pouvons nous étonner de l’incroyable rapidité de notre gouvernement pour le lancement du PC à 1 euro par jour en septembre 2004, quatre mois avant l’annonce de l’OLPC. Dommage pour nos étudiants, notre gouvernement a choisi la voie des industriels plutôt que celle de l’intérêt de ses citoyens : Acer, Apple, Asus, Dell, Elonex, Fujitsu-Siemens, HP, IBM, Medion, Nec, Packard-Bell, Sony, Toshiba et Xbook, tous pilotés par MacOS ou Windows. N’oublions pas dans l’opération la participation des organismes financiers qui « prêtent » les fonds aux étudiants pour financer leur acquisition.

Espérons simplement que cette initiative OLPC débouchera en France, pour le bien du portefeuille de nos étudiants et pour le nôtre, les contribuables, dans l’équipement des salles de cours de nos écoles.

Documents joints cet article


Lire l'article complet, et les commentaires