Un ordinateur portable par enfant

par Céphale
jeudi 4 février 2010

C’est en 2007 que Nicholas Negroponte, professeur au Massachusetts Institute of Technology, a fondé l’association OLPC « One Laptop Per Child » (un ordinateur portable par enfant). Son projet est d’offrir aux pays émergents la possibilité de donner à tous les enfants un moyen de s’instruire en accédant à Internet. Le but n’est pas seulement de distribuer des ordinateurs à bas prix, mais aussi de s’en servir pour ouvrir de nouveaux horizons pédagogiques. Plus d’un million d’enfants dans 35 pays les utilisent déjà.

Le projet de Negroponte vise une diffusion massive d’ordinateurs, afin que chaque enfant puisse garder un ordinateur chez lui. Il fallait donc réduire autant que possible le prix de revient. Celui du modèle actuel, le XO-1, n’est que de 140 Euros. Les dimensions sont raisonnables : 24 x 23 x 3 cm avec un écran de 7,5 pouces (monochrome) pour un poids de 1,5 kg. L’absence de disque dur et de ventilateur compte beaucoup dans la réduction du prix de revient. L’appareil est résistant à l’humidité et supporte une température de 50° C. Les performances sont raisonnables : une fréquence d’horloge de 433 Mhz, un processeur de 64 KB, une mémoire dynamique de 256 MB.

Telles sont les caractéristiques de la version actuellement en service. La version suivante, disponible dans quelques mois, aura une fréquence d’horloge de 866 Mhz et une mémoire dynamique de 1.024 MB. Negroponte annonce pour 2011 un modèle équivalent pour moins de 100 Euros. Enfin, pour 2012, il annonce un nouveau modèle plat, plus léger et plus robuste, le XO-3, dont le prix de revient serait de 70 Euros.

Le logiciel système Fedora et l’interface graphique Sugar du XO-1 sont des open source développés par des partenaires de l’association OLPC. Ce sont également des associations sans but lucratif.

L’Inde est actuellement le plus gros consommateur du XO-1. En 2009, le gouvernement indien en a commandé 250 000 pour les distribuer dans 1 500 écoles, dans la campagne et les banlieues. Dans les zones où la connexion à Internet est impossible ou trop chère, les ordinateurs seront reliés à un serveur par des réseaux maillés. OLPC a prévu d’expédier en Inde cette année trois millions de XO-1.

Le mouvement prend de l’ampleur. Une ONG du Sierra Leone a prévu de distribuer 5 000 XO-1 d’ici à 2011, pour un coût d’un million de dollars. L’Ethiopie, le Rwanda, le Nigéria et le Ghana ont également commandé des ordinateurs à OLPC. Au Pérou, en janvier 2010, le Gouvernement a distribué 5 000 ordinateurs pour 5 000 enfants dans 168 écoles de la région de Puno, une région pauvre.

De nombreux pays, dont la France, ont maintenant des associations OLPC. En novembre 2009, Nicholas Negroponte a donné une conférence à OLPC-Europe. En plus de cette journée, il a accordé un entretien à OLPC-France. Il a déclaré que L’open source est un élément clé du projet. Même si le XO permet le double boot Windows et Linux, seuls quelques milliers (et encore) des 1,3 million de XO en service utilisent Windows. Les autres bénéficient du support d’un nombre de volontaires qui a parfois dépassé les 3 000. Les endroits éloignés comme l’Afghanistan ont un contingent très robuste de volontaires. Les déploiements de l’été 2009 ont impliqué environ 100 volontaires qui ont distribué des XOs dans 19 pays d’Afrique et deux pays d’Amérique du Sud. Ils sont resté en moyenne dix semaines dont une semaine de formation avec le groupe africain à Kigali, au Rwanda.

« Des professionnels - principalement des juristes, des communicants ou des publicitaires créatifs - contribuent pro bono à OLPC depuis sa création » a-t-il dit. « Ce que ces professionnels ont en commun, ce n’est pas de nous épargner des coûts gratuitement, mais d’être dans chaque cas les meilleurs de leur catégorie, bien meilleurs que ceux que l’on pourrait d’ordinaire se payer ». 

Dernière information : OLPC se mobilise pour Haïti et cherche actuellement des personnes pouvant aider à traduire des contenus pédagogiques de l’anglais et du français vers le créole haïtien.


Lire l'article complet, et les commentaires