« Adieu peut-tre ! Merci c’est sr ! » Les bonnes Raisons de Patrick Timsit au Rond-Point

par Theothea.com
jeudi 30 décembre 2021

Après quelques dates de rodage pour son « ultime » seul-en-scène et à la veille d’une grande tournée hexagonale projetant de se clôturer les 29 et 30 décembre 22 à L’Olympia, Patrick Timsit est maintenant sur les planches du Théâtre du Rond-Point jusqu’en cette fin décembre 21.

 

ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C’EST SÛR 
©GCC

  

A 62 ans, l’Artiste y fait ses adieux définitifs au Public en tant qu’humoriste.

Au début du projet, l’idée était de composer un best-of mais cette perspective prit une tournure fastidieuse et pas suffisamment motivante.

Aussi quand émergea le concept de se recentrer pleinement sur la notion d’ « Adieux », tout devint lumineux.

Il suffirait de démontrer point par point durant le show, les dix bonnes raisons d’arrêter cette carrière triomphale mais également d’oser admettre qu’il n’était point possible d’en trouver une de plus car, au-delà, dès la onzième, n’apparaissaient que des raisons de la continuer…

 

ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C’EST SÛR 
©GCC

  

Donc d’emblée point de rappels intempestifs, il allait falloir savoir s’arrêter à l’issue du salut final.

D’ailleurs juste avant l’entrée en scène, un film montage est projeté durant quelques minutes où différentes personnalités du show-biz voire de la politique le confortent dans sa décision irrévocable venant ainsi confirmer qu’il serait temps de passer le flambeau et de savoir s’éclipser discrètement.

Mieux vaudrait, en effet, l’ère des regrets que le spectacle de trop !

Tamisée de lumière rasante, la grande scène du Rond-Point focalise, en avancée centrale, sur un ensemble table-tabouret-bar lui servant de relais, de refuge et de chaire pour haranguer ses « fidèles » puisque, bien entendu, l’objectif est toujours de mettre les rieurs de son côté.

 

ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C’EST SÛR 
©GCC

  

Alors comme à son habitude, Patrick adore endosser le mauvais rôle, celui précisément que le politiquement correct ambiant juge indéfendable et c’est toujours par une pirouette entendue ainsi qu’un sourire en coin qu’il zappe d’un argumentaire à l’autre, d’une provocation à l’autre, d’une bravade à l’autre.

Toutefois il le proclame toujours haut et fort : Lui se sent profondément gentil ; c’est seulement son humour qui est perfide.

D’ailleurs, qu’il s’en prenne aux individus nommément ou pas, à leurs comportements, aux faits de sociétés, à l’évolution des mœurs, à la liberté d’expression et autres thématiques contemporaines, c’est toujours en s’offusquant qu’il prend le public à témoin, charge à ce dernier de corriger le tir, de retourner le gant et d’en induire le message décodé à l’endroit.

De cette complicité entre l’artiste et son auditoire, naît la satisfaction de comprendre à demi-mots ce qu’un premier degré fallacieux pourrait donner l’impression de caricaturer à tort. 

  

ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C’EST SÛR 
©GCC

  

Oui bien affûté, Patrick Timsit est en très grande forme et il semble plus que jamais en phase avec son époque mais craindrait-il néanmoins que, selon des signes précurseurs subliminaux, cette magie ne vienne par la suite à disparaître par « désenchantement » ?

Le tort serait pourtant présentement de faire la fine bouche car, pour l’heure, le plébiscite artistique est effectivement au rendez-vous proposé.

Alors, c’est d’accord : Adieu peut-être ! Merci, c’est sûr ! Mais surtout Bravo l’Artiste !

  
photos 1 à 4 ©GCC
photo 5 © Theothea.com 
  
ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C'EST SÛR - ***. Theothea.com - de Jean-François Halin & Patrick Timsit - mise en scène Etienne de Balasy - avec Patrick Timsit - Théâtre du Rond-Point

  

     

ADIEU... PEUT-ÊTRE. MERCI... C’EST SÛR 
© Theothea.com

  


Lire l'article complet, et les commentaires