« Au Scalpel » Bruno Salomone & Davy Sardou RivalitÚs fraternelles

par Theothea.com
vendredi 16 décembre 2022

Deux comédiens à la fois populaires, sympathiques et performants jouent, sur la scène des Variétés, aux frères ennemis version Caïn & Abel à « couteaux tirés » mais stylisés façon scalpel.

 

AU SCALPEL
© Stephane Parphot

  

Il faut dire que l'un des deux est chirurgien face à l'autre photographe.

Ils ont eu toute l'enfance pour se détester ou plus exactement se jalouser réciproquement mais, moderato, de façon à respecter la bienséance familiale.

Cependant aujourd'hui ou plus exactement ce soir, le plus jeune venant chez son frangin à l'improviste, voici que pourrait être venu le temps de régler les contentieux accumulés... si toutefois le docteur n'était pas sur le point de se coucher car il doit opérer à l'aube.

 

AU SCALPEL
© Stephane Parphot

   

Ça tombe bien le cadet, lui, a tout son temps…

L'emprise mutuelle va pouvoir débuter son compte à rebours maléfique jusqu'au prochain renversement de tendance libérant à retardement la vindicte de l'aîné oubliant alors complètement son planning chirurgical programmé.

Si Bruno Salomone & Davy Sardou s'entendent si bien pour se défouler à tour de rôle dans une querelle à fleurets mouchetés, accompagnée d'un bon vin sorti de la cave pour la circonstance, c'est qu'en arrière-plan, ils auraient négligemment entrecroisé, à deux, des relations féminines devant être mises au clair voire même, engendré, une paternité à identifier d’urgence.

 

AU SCALPEL
© Stephane Parphot

  

Bref, les rivalités de jeunesse pourraient avoir bon dos au vu de leur réactualisation potentiellement lourde de conséquences conjugales et affectives en cet instant présent.

Thierry Harcourt, tout à la fois auteur et metteur en scène de ce dilemme à suspens, s'inquiète néanmoins du fait que les deux acteurs restent bien dans leurs postures conflictuelles dédiées pour que l'on ne puisse point déceler leur camaraderie professionnelle en coulisses.

 

AU SCALPEL
© Stephane Parphot

  

C'est donc bien de subtils dosages et des montées en puissance psychologiques qu'il va leur falloir maîtriser, en dualité complice, pour atteindre à l'intensité dramaturgique fusant de ce pugilat soi-disant fraternel qui, rassurons les spectateurs, n'ira point jusqu'au meurtre comme dans "La légende des siècles" de Victor Hugo où la mauvaise conscience poursuivait le frère survivant jusque sous-terre avec le sentiment de culpabilité qui le rongeait : "Et l'œil était dans la tombe et regardait Caïn".

Se contentant ici de dialectique enflammée, Bruno Salomone & Davy Sardou, eux, excellent à se fustiger par répliques interposées bien balancées... avec l'objectif de faire plaisir au public à tel point qu'au final, Bruno, s'adressant en clin d'œil au 4ème mur, le prendra à témoin afin de l'inciter à tenter de déceler le vrai du faux.

 

AU SCALPEL
© Stephane Parphot

 

Comme s'il s'agissait pour les spectateurs, à leur tour, de peaufiner à l'aide du scalpel d'enquêteur bien aiguisé, leur propre et intime conviction, forcément empathique.
   
photos 1 à 5 © Stephane Parphot
photo 6 © Theothea.com
  
AU SCALPEL - **.. Theothea.com - de & mise en scène Thierry Harcourt - 
avec Davy Sardou & Bruno Salomone - Théâtre des Variétés 

    

   

AU SCALPEL
© Theothea.com

Lire l'article complet, et les commentaires