Chronique disque : Monsternaut - S/T (2016)

par crew.koos
mercredi 12 octobre 2016

★★★★ / ★★★★★

Le vrombissement d’une grosse cylindrée, un rythme décidé puis un gros riff bien crados, bas du front, chargé en gasoil, le décor est planté immédiatement et n’est pas sans rappeler Orange Goblin (période Time Traveling Blues), puis le chant débarque, le riff se saccade et c’est Fu Manchu qui vient alors à l’esprit, aucun doute, on est en territoire connu, mais quel pied, les gus de Monsternaut savent composer et Dog Town n’aura aucun mal à se faire une place dans votre petit jukebox mental.

Vous en voulez encore ? Ca tombe bien, Back for More accélére sérieusement le tempo et c’est noyé sous un déluge de fuzz qu’Iggy Stooges lui-même, en la personne de Tuomas Heiskanen (également gratteux) , pointe le bout de son nez. Le bien nommé Mountain Doom fleure bon le Sabbath de la grande époque les 2 pieds ancrés sur un skate Fu.

Pour les petits chanceux qui auront mis la main sur la galette de vinyle, la face B plonge carrément dans le rock n’roll le plus cru mais le plus groovy qu’on ait entendu depuis longtemps. L’électricité primale est là et bien là, grattée à l’os mais chaleureuse. Si mexico se fait un peu plus psyche que le reste, ne serait-ce que par ses 6 minutes, ne nous trompons pas, le Dragon final clôt l’agression pied au plancher dans la grande tradition des trucs bien torché mais pas bavards.

Si les finlandais ne risquent pas de renouveler un genre qui meure de consanguinité un peu plus chaque jour, force est de reconnaitre que la touche Stooges qui agrémente leurs compos fait du bien à entendre et permet de s’échapper un peu du sempiternel Sabbath. Rien que pour çà, les petits gars méritent qu’on les suive de près et puis, franchement, toutes les compos sont bonnes, rien à jeter non plus de ce côté-là, alors pourquoi bouder son plaisir ?!

CREW.KOOS

 


Lire l'article complet, et les commentaires