Et Stalingrad reviendra (hommage Laurent Terzieff)

par Thomas Roussot
samedi 3 juillet 2010

Passé de l’étouffement à cette fine pluie salvatrice.

Vous avez accueilli la désintégration

Dignement comme d’habitude.

 

Le Désert des Tartares vous en saura gré

Fruits amers enfin disparus

À cœur joie le Révélateur approche.

La Voie lactée se mire maintenant en vos restes épars.

Je vous envoie un Rouge baiser

Depuis le Mont des Hautes Solitudes

Je me prépare à des Noces de sang en priant pour vous

 Songeant qu’aune maladie n’est jamais réellement mortelle

Quand on a pris l’habitude de fréquenter le jardin des morts

Le fantôme de D’Annunzio plane du côté des territoires de vos ombres

 

La Vénitienne de toujours accompagne votre sillage stellaire

 

 Temps contre temps nous reprendrons Le Bonnet de fou que vous aviez endossé élégamment

Babylone est en déroute et les Malouines sont argentines

 La Valse des chiens peut se poursuivre sans vous

Des Meurtres sans cathédrales peuvent toujours se perpétuer par ici

 

La Glace islandaise reprend ses droits

Et Stalingrad reviendra

 

« Tout humain n’est-il pas réduit à vivre d’illusions ? (...) L’illusion n’est-elle pas notre combustible pour continuer à vivre ? » Laurent Terzieff.
 
***
 
Laurent Terzieff récite Rilke chez Pivot dans Bouillon de Culture : "Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaitre les animaux, sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le matin....."
 
 
En 1974, Terzieff lit un extrait du livre de Jacques Lacarrière sur les Gnostiques.
 
 
Ici, enfin, dans ce grand entretien, le comédien évoque son art.
 

Lire l'article complet, et les commentaires