Fabrice Luchini : la folie tragique réconcilée avec la sagesse populaire

par Blandine
mardi 3 mai 2011

Fabrice Luchini : un héros "hors-lieu"

Il marche dans le vide comme un fou au-dessus d'un précipice. Hors du temps et du lieu commun, il est un sujet d'extase pour les philosophes, les artistes en tous genres, les sociologues et les psychiatres. Il médite et traduit dans un langage poétiquement productif le reflet expulsé de l'ignorance et de la vacuité de nos "merveilleuses" chimères, nos idéologies stériles. Fabrice Luchini n'est pas le présage angoissant d'un nihilisme affirmé, il n'est pas "symptomatique" de la morbidité d'une société décadente et désespérée mais peut-être est-il la métaphore du Tirésias des temps modernes ?


Tirésias est un prophète mythologique aveugle. Sa cécité est due au châtiment divin d'Héra, épouse de Zeus, dieu des dieux. Alors qu'Héra affirmait à son mari que la jouissance était proprement masculine, Zeus, lui, soutenait qu'une femme éprouve indubitablement un plaisir supérieur à celui des hommes. Tirésias étaya la thèse de Zeus en soulignant que la femme ressentait neuf fois plus de plaisir que l'homme. Offusquée d'être remise en cause devant son mari, Héra frappa Tirésias de cécité et Zeus ne put que lui offrir le don de clairvoyance.

Tirésias est un être mi-homme mi-femme, un intermédiaire entre l'au-delà et l'ici-bas, un héros de la transgression. Certaines légendes mythologiques racontent qu'il aurait délivré aux hommes des secrets gardés précieusement par les dieux de l'Olympe et qu'il n'aurait pas d'âge. Un concept, un entremetteur, un "hors-lieu".

Luchini, héros décalé et déceptif : il a des qualités "extra-ordinaires", il est à lui-seul une pensée vivante, un apophtegme universel et heurtant. Il est déceptif parce qu'il dérange, il ne cherche pas à s'adapter, à faire "comme si". C'est un libre penseur, un humaniste au double miroir : d'une part, c'est un personnage de littérature (personnage mythologique) qu'il crée lui-même en déviant les normes clairement établies, dénonçant ainsi les idéologies vaines et inutiles et en privilégiant les antagonistes du héros classique à l'image attendue, d''autre part, c'est un sommité sincère, lucide et réel. Personnage romanesque, Fabrique Luchini est un visionnaire, un sage illuminé, entre littérature et philosophie, un Tirésias des temps modernes.

Concept né dans le lac secret de Carie (un lieu mythologique où l'on peut changer de sexe), cet androgyne des temps modernes est visionnaire au sens "révélateur", il provoque et dérange en dévoilant des mystères du fonctionnement humain, à la fois évidents et pourtant refoulés parce que non utopiques ou attendus. Il intègre la réalité tel un artiste, c'est-à-dire un créateur d'images, de pensées, un "faiseur"d'univers. Il révèle la cécité des clairvoyants, lui-même fermant les yeux pour éveiller sa libre pensée, refuser toute appartenance à une école de pensée et repousser les limites de la réflexion.

Aveugle, il se positionne "hors de lui-même" pour aider, porter secours à l'Homme. Fabrice Luchini n'attaque pas, il n'est ni cynique ni combattant provocateur, il est juste chercheur, c'est un homme qui veut comprendre, explorer et montrer les voies impénétrables du fonctionnement humain et social. Défenseur de l'humanisme, Rabelais des temps modernes, ce bourgeois élitiste est d'un autre temps si lointain, décalé et futuriste à la fois. Platon a fondé une école philosophique nommé l'Académie, un lieu de vie et de pensée régi par des mesures et une institution plutôt strictes. Rabelais a crée une utopie, une abbaye anti-monastique où chacun est libre de faire ce qui lui plait. Luchini, à défaut de bâtir un lieu matériel, enfante depuis trente ans l'âme d'une sagesse populaire : la littérature est la nourriture de l'âme humaine, une pièce de théâtre où chaque être humain joue le rôle de sa vie.

Blandine


Lire l'article complet, et les commentaires