Hubert Reeves, l’ultime guerrier de la déraison ?

par Virginie Le Chêne Parlant
mardi 28 mars 2017

Nicolas Martin et Hubert Reeves 

La Méthode scientifique - Leçon de clôture. 

 25-02-17

 

L'homme, par son extrême intelligence, ne constitue-t-il pas le plus grand danger pour sa propre survie et la préservation de la planète ? 

Où en sommes-nous ? 

Qu'est-ce qui vaut la peine d'être sauvé ?

 

L'astrophysicien Hubert Reeves - droit dans ses arguments et solide dans ses convictions - affronte en compagnie de Nicolas Martin ces questions épineuses où les bataillons des intérêts particuliers et ceux des égoïsmes aveuglants, accompagnent implacablement l’économie guerrière actuelle… Ce qui frappe chez cet infatigable militant du cœur, c’est son indécrottable optimisme : son refus de s’abandonner aux affres d’un défaitisme légitime.

 

Certes, si l'on se place du point de vue de la planète, la situation est-elle catastrophique, reconnait-il bien volontiers. Mais faut-il pour autant abandonner le combat ? Pour nos enfants et petits-enfants, ne vaut-il pas mieux refuser – justement - cet inéluctable arrangeant ? Face à une situation glaçante, ne devons-nous pas combattre avec ferveur ? Demeurer opiniâtrement optimistes ? Nous interdire de baisser les bras ?

 

La science – contrairement à l’objectivité reçue – n’est pas le terrain de la vérité mais le champ du plausible. Sa force réside dans ses capacités de questionnement, ses raisonnements longs, ses remises en question incessantes. Ses réflexions. Ses refus des évidences. Ses arguments catégoriques. Sa logique de résistance prouvant ses affirmations, pouvant contrer l’arbitraire. Disant non.

Ne serait-il point dommage, interroge le regardeur du ciel et l’observateur lucide de la terre, de perdre ce qui nous fonde en humanité ? D’anéantir nos capacités de raisonnement, d’effacer notre propension à nous émouvoir, d’éradiquer notre inclination à aider les plus faibles ?

 

Puisque nous sommes les champions de la pensée abstraite, défendons les trois essentiels de l’humanité... 

 

Nicolas Martien et Hubert Reeves 

photo Virginie Le chêne parlant 25-02-17

 

Élément stupéfiant numéro un - évoque avec une passion contagieuse Hubert Reeves - notre capacité de création inédite : L'art et la Culture.

Deuxième élément stupéfiant : La science.

Troisième matière à stupéfaction : La compassion.

 

A-t-on déjà vu – en effet – d’autres animaux se préoccuper à ce point de l’autre ? Jusqu’à souffrir ? S’anéantir ? Se sacrifier pour lui ?

 

Ne serait-il point dommage - la question, au vrai, est là - de perdre cette mutation animale inédite ? 

      Cette déviance humaine, 

 

                  ce syndrome envahissant du cœur et de la déraison ?

 

 

 


Lire l'article complet, et les commentaires