« Ici et maintenant » Guy Carlier... temps suspend ton vol !

par Theothea.com
mardi 4 octobre 2011

Avec le désir de suspendre le temps, en tout cas celui des quatre-vingt dix minutes de son spectacle, Guy Carlier s’invente, ici et maintenant, une nouvelle relation à son public, étendue, fort opportunément, à tous les spectateurs qui auront la curiosité d’aller le voir au Studio des Champs-Elysées.

Partant du principe que sa vie est, par de nombreuses perspectives, semblable à la nôtre, le chroniqueur médiatique nous invite à pénétrer la planète « people » mais désormais…. à reculons !

En effet de désillusions en désenchantements, la soixantaine amaigrie lui aurait fait percevoir l’ambition dérisoire à fustiger l’envers du miroir lorsqu’en définitive, il n’ y a rien de vraiment exaltant à découvrir dans les coulisses du show-biz.

Ainsi descendu en marche de cette « bétaillère » aux vanités, voici notre homme jetant un regard amoindri dans le rétroviseur du temps perdu à ces chimères mondaines !

Affectif, sentimental, nostalgique et surtout paradoxal, l’acteur se lance, alors, sur l’arène scénique, tel un gladiateur qui se serait délesté du poids de son armure physiologique avant que de pouvoir ultérieurement se débarrasser de son emprise psychologique.

Car, si la sincérité du parler vrai est au rendez-vous, le fond de commerce du flingueur attitré des animateurs cathodiques reste, néanmoins et toujours, la vanne ciblée « ad nominem » et bien balancée là où çà fait rire les radios et autres télévisions.

La reconversion en un autre « Guy », celui qui ferait du « Bedos » en place du « Carlier » d’antan, est en gestation à la fin du show et pourrait être un signe avant- coureur et donc prometteur que les temps ont, bel et bien, changé.

Mais auparavant, l’artiste veut pouvoir savourer encore une fois, le plaisir qu’il y a à dégommer le quidam qui aurait eu l’outrecuidance de s’aventurer en promotion médiatique d’un petit talent profitable à l’audimat mais jugé imbécile et prétentieux par l’humoriste en charge par ces mêmes médias de trier le bon grain de l’ivresse égocentrique.

Aussi, maintenant en terre théâtrale sur l’avenue Montaigne, l’auteur du one man show souhaite terrasser le maudit serpent venimeux qui se mord la queue, mais comme le chroniqueur veille toujours sur la verve qui lui a fait rencontrer le tout Paris, le dilemme artistique devra patienter pour se résoudre au mieux, n’en doutons pas, dans un prochain spectacle cathartique.

photo © Theothea.com

ICI ET MAINTENANT - **.. Theothea.com - de Guy Carlier & François Rollin - mise en scène : François Rollin - avec Guy Carlier - Studio des Champs-Elysées

 


Lire l'article complet, et les commentaires