La Bętise est revenue !

par Voris : compte fermé
mardi 3 février 2009

C’est la lecture régulière Télérama qui attira mon attention sur cette information : Pierre Perret est accusé d’imposture par une journaliste du Nouvel Obs. Perplexe, j’ai lu l’article du Nouvel Obs.. Non seulement, je n’ai pas été convaincu de la culpabilité du chanteur mais j’ai été choqué par les méthodes employées par la journaliste qui semble nourrir une animosité toute particulière à l’endroit de Pierre Perret.

Le journal en ligne, Le Post, venant en soutien de la journaliste du Nouvel Obs, pousse les limites de l’acceptable en établissant une comparaison avec le nazisme et Hitler. C’en est trop et j’ai décidé de réagir par un papier sur Agoravox.

Quels sont les faits ? et bien justement, c’est là-dessus que l’on en sait le moins. Ce qui n’empêche pas Sophie Delassein, "spécialiste de la chanson au sein de l’hebdomadaire et connue dans la profession pour sa pugnacité d’enquêtrice", dixit Télérama, d’accuser Pierre Perret.

L’auteur compositeur interprète Pierre Perret aurait menti sur sa relation amicale avec l’écrivain Paul Léautaud. Ce n’est pas la première fois que cette accusation émerge mais cette fois le Nouvel Obs frappe fort, dans un article intitulé "Perret et le pot aux roses" d’ailleurs frappé de plainte en diffamation.



Perret serait un mythomane et aurait inventé cette relation pour se rapprocher de Brassens et entrer dans le club restreint des moustachus (Brassens et l’écrivain René Fallet). A cette époque, il est vrai que Pierre Perret se mit à jouer de la guitare et laissa pousser le poil sous le nez. Première preuve !!! Par ailleurs, un bouquiniste anonyme a déclaré que selon lui il ne fait aucun doute que Perret a plagié des auteurs de littérature érotique : deuxième preuve !!! Enfin, façon de parler, puisque aucun extrait littéraire n’est apporté à l’appui de ces propos de concierge (sauf mon respect pour cette profession)...Enfin, Marie Dormoy, exécutrice testamentaire et légataire universelle de Léautaud, a toujours contesté cette relation entre Perret et Léautaud au motif qu’elle n’en fut pas témoin occulaire : troisième preuve ! "Depuis l’année 1933, écrit-elle, jusqu’à celle de sa mort -1956 - j’ai été en relations presque continuelles avec Paul Léautaud. Jamais je n’ai rencontré chez lui Pierre Perret." La version du chanteur, elle, reste inchangée. En 1953, alors qu’il effectuait son service militaire, il aurait visité régulièrement l’écrivain Paul Léautaud. Il racontera cette fréquentation en 1972 dans "Adieu Monsieur Léautaud".

On m’avouera que la récolte des preuves du Nouvel Obs est bien maigre. L’hebdomadaire croit pouvoir conclure de façon définitive en expliquant que le chanteur a répondu à son attaque dans un autre journal, Le Journal du dimanche. Le fait de n’avoir pas fait valoir son droit de réponse dans le Nouvel Obs qui le met gravement en cause est jugé suspect. Par Télérama aussi qui trouve la réaction curieuse. Il n’empêche que ce simple fait, non plus ne peut être interprété comme un aveu de culpabilité. Le chanteur a pu préférer contacter un journaliste qu’il connaît plutôt que de venir dans l’arène où sévit une journaliste procureur peu scrupuleuse sur les preuves de ce qu’elle avance.

Mais on atteint l’apothéose avec un article publié sur Le Post, Le droit d’informer mis à mal par un chanteur populaire" ! Ce papier ce torchon plus exactement, vient, au nom du sacro saint droit d’informer, ternir la réputation d’un homme public sans rien apporter de plus à charge. Seulement par solidarité corporatiste (Le journaliste commence en effet son propos par cette phrase : "Je me suis décidé à prendre le clavier ce dimanche par solidarité avec une consoeur injustement attaquée)

Et, surtout, il y a ce passage, qui m’a fait bondir : "Sous prétexte que cette personne s’est forgée un joli succès au fil des ans, serait-elle irréprochable pour autant sur tous les points ? Dans ce cas-là, vu le l’engouement populaire des allemands pour Hitler dans les années 30, il n’y aurait pas lieu de critiquer la Solution finale aujourd’hui…."

Je suppose que c’est pour défendre le droit d’informer que ce journaliste s’exprime de la sorte !

Mes amis, je crois que la Bêtise est revenue.


Lire l'article complet, et les commentaires