La grande indifférence .....

par CHALOT
lundi 2 septembre 2013

 LA GRANDE INDIFFERENCE ET LE CHACUN POUR SOI

C'est une vision pessimiste de la société qu'ont certains commentateurs.

Pessimiste ou réaliste. Hier on parlait avec son voisin, on faisait même des rencontres dans les transports en commun....Aujourd'hui chacun ou presque, reste collé à son téléphone portable pour « communiquer »...

Mais oui, ce sont eux, pas nous !? Quoi que !?

Dimitri Verlhulst, romancier belge de langue flamande nous invite à une visite insolite de notre moi et de l'état de notre société

« L'entrée du Christ à Bruxelles »

de Dimitri Verhulst

éditions Denoel et D'ailleurs

147 pages

janvier 2013

 

De l'humour et de la gravité

 

Non ce n'est pas un livre loufoque même si cette « visite » annoncée du Christ peut paraître saugrenue.

Tout le monde en parle, l'information qui est passée sur les ondes et sur les réseaux sociaux n'a pas été démentie.

Personne n'échappe à cette attente, à cette fièvre, tout le monde s'y prépare, les religieux et même les incroyants.

Ce livre est un régal, l'humour n'y est pas instillée par ici ou par là, il est partout, dans les quatorze stations.

Le talent de l'auteur réside dans sa capacité à nous faire sourire ou rire tout en faisant le procès implacable de la société belge et aussi occidentale.

Personne n'est oubliée, ni l'Eglise qui est inquiète de devoir montrer son vrai visage, diamétralement opposé aux préceptes du Christ, ni le bobo qui va rechercher le naturel et le pittoresque en Amérique latine alors qu'il ne connaît même pas le nom de son voisin de palier.

Le lecteur rencontre entre autres le roi des belges qui « laisse de plus en plus souvent à son fils la tâche de couper des rubans, afin que celui-ci connaisse à temps les ficelles du métier de chef d'Etat. Afin de modeler sa tête à la taille de la couronne et ses fesses à la forme des coussins du trône. »

Si l'individu n'est pas parfait, loin de là, vivant pour lui et ignorant l'autre, le collectif qui irréfléchi se transforme en masses peut être dangereux .

Hier les masses galvanisées et manipulées ont pu suivre n'importe quel guide suprême, aujourd'hui elles sont prêtes à être tweetées, skypées, bippées..... et à se mettre en mouvement sans la moindre vérification.

Elles sont capables du pire.

L'humour irrésistible et puissant accompagne notre réflexion devant une évolution inquiétante du monde contemporain.

 

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires