La jeune centenaire Micheline Presle et sa grāce impertinente

par Sylvain Rakotoarison
dimanche 21 août 2022

« Tant qu'on a la curiosité, on est vivant. Le temps passe, les gens qu'on aime disparaissent, mais si on est curieux, on a la possibilité de provoquer des rencontres, et des complicités. » (Micheline Presle, 2011).

Et voici que Micheline Presle entame son second centenaire ! En effet, la perle du cinéma français est désormais centenaire, elle a 100 ans ce lundi 22 août 2022 et il y a une sorte d'irrésistible vertige à penser que cette éternelle jeune femme fait partie d'un autre temps.

On pourra toujours dire que vivre longtemps n'est pas un exploit, qu'il y a une grosse part de chance, chance de ne pas avoir succombé plus tôt d'une maladie ou d'un accident ou de guerre ou de violences, etc. Mais il peut y avoir des prédispositions. L'amour ? Pas vraiment, si l'on en croit Micheline Presle, l'amour n'était finalement pas son fort dans sa vie de femme et pas d'actrice, elle s'est beaucoup préoccupée des choses de l'amour et convient que cela l'a rendue aveugle aux belles relations, aux amitiés, mais elle s'est rattrapée.

Il n'y a pas de secret, il y a en revanche une véritable envie de vivre, et cela malgré son engagement chez les partisans de l'euthanasie. Cette envie de vivre, c'est aussi son acceptation des rides au cinéma. Elle n'a pas hésité à tourner à un âge très avancé, justement pour rester toujours vivante, et contrairement à ce qu'on pourrait croire, elle a gardé ses yeux de jeune première qui en font encore une jeune et belle femme.

Ces dernières années furent cependant très difficiles avec le départ bien avant l'heure de sa fille (et de sa réalisatrice en 2014) Tonie Marshall, connue pour son film "Vénus beauté (institut)" (sorti le 3 février 1999), qui a tiré sa révérence quelques jours avant le premier confinement, le 12 mars 2020, vaincue par le crabe.

Si Micheline Presle a connu une très forte notoriété entre 1965 et 1971 en jouant le rôle principal d'une série télévisée à une époque où les programmes de télévision étaient uniques et monopolistiques, à savoir "Les Saintes chéries" créée par Nicole Buron et réalisée par Jean Becker, assisté pour la dernière saison de Jean-Jacques Beineix (chronique sociale et humoristique d'un couple bien de son temps, elle et Daniel Gélin dans le rôle du mari), le cinéma l'a élevée au rang de star historique en 1947 avec le film de Claude Autan-Lara "Le diable au corps" (sorti le 12 septembre 1947) dans un duo avec Gérard Philippe.

Le vertige, c'est aussi de remarquer que Gérard Philippe était né trois mois après Micheline Presle, et certes, elle lui a survécu, mais de plus de soixante-deux ans !
 



Film "culte" tiré d'un roman de Radinguet, il a provoqué un scandale dans la société française par les thèmes choisis, celui de l'adultère et celui du pacifisme, car le film s'est montré profondément contre la guerre dont le monde (et la France) venaient de sortir, mais pas tout à fait complètement (il y avait l'Indochine). La jeune femme de Poilu parti en guerre, au lieu d'accepter sa solitude, se prend à aimer un jeune lycéen trop jeune pour partir à la guerre. Quand le mari revient, tout va mal pour l'épouse honteuse.

Ce film a bientôt soixante-quinze ans, et beaucoup d'eau a coulé sous les ponts maintenant : la guerre est toujours dans l'ordre du possible (Vladimir Poutine et sa tentative d'invasion de l'Ukraine en est une triste illustration), mais les mœurs ont considérablement évolué, on pourra dire dans le bon ou dans le mauvais sens, mais là n'est pas le sujet, ils ont surtout évolué vers le plus tolérant, le plus respectueux des choix individuels et de la liberté individuelle.



En ce sens, récompensée des Victoires du cinéma français pour ce film (elle reçut deux fois cette récompense, et fut aussi récompensée par un César d'honneur en 2004), Micheline Presle a été l'une des porte-parole de la modernité des femmes, prêtes à s'affranchir socialement de leur mari pour vivre leur véritable amour.

Hommage à Micheline Presle, légende vivante d'un cinéma si lointain, et bon centenaire !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (20 août 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L'étoile de la voûte céleste du cinéma.
Micheline Presle.
Anne Heche.
Olivia Newton-John.
Marilyn Monroe.
Arnold Schwarzenegger.
Michel Serrault.
Patrick Dewaere.
Richard Bohringer.
Jean-Louis Trintignant.
Charlotte Valandrey.
Margaret Keane.
Jean Dujardin.
Alain Resnais.
Julie Gayet.
Johnny Depp.
Amber Heard.
Jacques Morel.
Sandrine Bonnaire.
Shailene Woodley.
Gérard Jugnot.
Alain Delon.
Alfred Hitchcock.
Brigitte Bardot.
Charlie Chaplin.
 


 


Lire l'article complet, et les commentaires