La la´citÚ au quotidien

par CHALOT
mardi 12 janvier 2016

 « La laïcité au quotidien »

De Régis Debray et de Didier Leschi

Guide pratique

154 pages décembre 2015

Chez Gallimard

 Guide partial mais intéressant

 

L’un des auteurs est universitaire et écrivain, l’autre préfet…

Leur union épistolaire donne lieu à un document accessible, clair qui aborde 38 sujets d’actualité concernant le respect de la laïcité.

Je n’ai rien appris si ce n’est l’existence de 111 intervenants cultuels « Témoins de Jéhovah » en milieu carcéral, pensant que seuls les « grands » cultes étaient concernés.

La loi de séparation des églises et de l’Etat permet d’agréer pour les hôpitaux, les lycées et les prisons des intervenants ou aumôniers….. C’est stipulé dans le deuxième paragraphe de l’article 2

Rien n’est laissé en suspens ni les domaines où le débat est âpre : les crèches de Noël, le port du voile à l’Université, les funérailles, le droit au blasphème.

Je suis souvent d’accord avec leurs constats et leurs « préconisations », mais parfois ils abordent des questions sous un angle qui n’est pas conforme aux principes républicains quand ils expliquent qu’il ne faut pas toucher au statut scolaire particulariste de l’Alsace Moselle.

C’est d’ailleurs tout l’intérêt du livre, d’ouvrir un débat qui s’appuie sur l’existant, la loi, son interprétation et la nécessité de maintenir le cadre du « vivre ensemble ».

Les deux auteurs n’oublient pas de rappeler avec force que la loi de 1905 est et reste une loi de séparation et que la séparation entre les églises et de l’Etat n’a pas eu que des inconvénients pour l’église catholique par exemple :

Si l’Etat et surtout les communes sont propriétaires des lieux de cultes construits avant 1905,

« l’Etat n’en a gardé que les obligations du propriétaire. Il paye et n’est plus maître des événements. »

L’introduction fixe le cadre qui me convient totalement :

« Il faut aussi savoir trancher »…. « Il faut mettre cartes sur table » et permettre au décideur de pouvoir appliquer la laïcité, non en fonction de sa propre lecture, non en fonction de son environnement mais dans le cadre de réponses claires cohérentes.

Les deux auteurs de ce livre soumettent 38 cas pratiques à un examen critique….

C’est un premier pas, espérons que le législateur prenne ses responsabilités pour répondre à des questions où les réponses sont diverses et contradictoires : comme le port de signes religieux à l’Université, la circoncision, les cimetières, l’hôpital ou les cantines scolaires….

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires