La lešon de vie des Intouchables

par Jean Lannes
mardi 22 novembre 2011

La plupart des films français qui cartonnent au box-office sont bien souvent des navets (Bienvenue chez les ch’tis, Camping…). Avec Intouchables d’Eric Toledano et Olivier Nakache, on est bien loin de tout cela.

Ce long métrage de plus d’1h45 met en scène l’histoire vraie de Philippe Pozzo di Borgo (interprété par François Cluzet), aristocrate devenu tétraplégique à la suite d’un accident de parapente, et d’Abdel (Driss dans le film, interprété par Omar Sy), jeune banlieusard sans réel avenir.

A la recherche d’un assistant pour accompagner ses jours de grand paralysé, Philippe assiste à l’audition d’une pléiade de candidats tous plus ennuyeux et hypocrites les uns que les autres. Soudain surgit Driss, jeune des quartiers venu uniquement pour faire tamponner son papier dans le but de continuer à toucher le chômage. Blagueur et sans aucune pitié apparente pour Philippe, ce dernier va immédiatement flasher sur ce garçon énergique et si différent.

D’abord surpris par son acceptation, Driss va, au fur et à mesure, prendre cœur à sa nouvelle tâche et se lier d’amitié avec celui qu’il doit assister au quotidien. Ainsi, progressivement, Vivaldi va côtoyer Earth, Wind and Fire et chacun va faire un pas vers l’autre dans une tentative de compréhension mutuelle loin d’être ni forcée ni exagérée.

Loin du mélodrame moraliste sur le gentil blanc civilisant le vilain sauvage, le grand aristocrate éduquant le petit gars de banlieue, le film est avant tout le récit quotidien d’une aventure humaine intense. Dans Intouchables, deux angles sont à observer :

Tout d’abord, évidemment, nous est montré implicitement le comportement à adopter à l’égard des personnes handicapées. A l’image des vannes balancées sans gêne par Driss, et qui font beaucoup rire Philippe, on comprend alors que l’humour vaut souvent bien mieux la pitié. Être considéré comme quelqu’un d’ordinaire (et donc d’attaquable), et pas comme un assisté devant qui tout le monde baisse les yeux, redonne à Philippe une sensation jouissive de normalité et d’indifférence.

Aussi, il est également question d’une sorte de compromis culturel entre le jeune de banlieue et le vieil aristocrate. Tout au long du film, Philippe apprend à se détendre et à rire du ridicule de certaines pièces d’opéra (scène qui aura fait hurler de rire tous les spectateurs) et à jouer avec l’escroquerie que représente certaines œuvres d’art contemporain (ainsi que l’intérêt aveugle des « amateurs »). En bref, Philippe apprend à porter un regard nouveau sur son mode de vie de grand bourgeois au cul pincé. Driss de son côté, va petit à petit s’ouvrir lui aussi à la peinture et aux grands classiques de la musique, et va, au final, en ressortir plus respectueux (dans l’approche de la culture comme au quotidien).

La situation amoureuse difficile des personnes handicapées y est également évoquée, à l’image de la timidité de Philippe, complexé au point d’en rester uniquement aux échanges de lettres avec sa dulcinée épistolaire. Heureusement, Driss le détendu sera là pour y remédier.

Au final, on ne regrette en rien d’avoir payé pour un si bon moment où se mélange rire et émotion, et la méfiance naturelle à l’égard de ce genre de comédie dramatique, souvent lourdes ou beaufs, disparaît bien rapidement. Le film se contente de nous compter cette histoire vraie, bien que quelque peu romancée, sans aucune tentative moralisatrice (ou presque).

La musique s’accorde parfaitement avec les images, et que dire des deux acteurs qui sont époustouflants. François Cluzet n’avait pas le choix : tout reposait sur ses expressions et le moins que l’on puisse dire c’est que sa performance est remarquable. Ses pouffements de rire, déjà cultes, permettent au public de s’autoriser à se relâcher lors des blagues décomplexées de Driss et servent bien souvent de caution morale à cet humour noir très efficace.

Omar Sy, quant à lui, est bien loin des niaiseries du SAV des émissions (sur Canal +) et il est bien dommage qu’après un tel rôle, ce dernier retourne à ses pitreries télévisuelles sans intérêt.

Une leçon de vie émouvante et drôle où chacun se voit capable de faire un pas vers l’autre. Sans aucun doute, l’un des films de l’année. A ne pas manquer, d’autant qu’une partie des bénéfices sera reversée à l’association Simon de Cyrène qui vient en aide aux handicapés. Une bonne raison d’emmener vos enfants voir autre chose que Twilight.

8,5/10

Christopher Lings ( Enquête & Débat )


Lire l'article complet, et les commentaires