La nouvelle question la´que

par CHALOT
mercredi 29 mai 2019

« La nouvelle question laïque »

de Laurent Bouvet

Choisir la République

Editions Flammarion

273 pages (323 avec les annexes)

janvier 2019

 

Un argumentaire solide et appuyé

 

Non, l'auteur, professeur de science politique à l'université ne nous présente pas un de ces livres qui revisitent la laïcité pour la dénaturer et la mettre au goût du jour.

Il repose la question laïque dans le cadre de l'évolution de la situation, de l'apparition d'une nouvelle religion, la deuxième de France et de l'émergence de nouveaux positionnements.

La laïcité a toujours été une valeur et des principes portés par la gauche et plus ou moins rejeté ou cantonné à un espect strictement libéral par la droite.

Depuis 40 ans, les cartes sont brouillées ;

On l'a vu au moment de « l'affaire » des foulards de Créil en 1989, quand Lionel Jospin a convoqué le Conseil d'Etat au lieu de s'appuyer sur l'existant et notamment les circulaires de Jean Zay de 1937.

On l'a constaté quand des courants de la gauche et notamment les « islamo-gauchistes » ont combattu la loi du 15 mars 2004 d'interdiction du port de signes religieux ostentatoires dans les collèges et lycées....

On l'a vu aussi , de l'autre côté de l'échiquier politique, quand Marine Le Pen s'est déclaré laïque en 2011 …..

Comme tout le monde le sait et comme l'auteur l'explique : la « laïcité » de Madame Le Pen est à géométrie variable car elle met en avant les racines chrétiennes de la France défend l'école privée catholique et opte pour une vision xénophobe.

 

En défendant la laïcité sans adjectif, qui la dénature, l'auteur rappelle que le caractère original de la laïcité se fonde sur des valeurs humaines, universalistes et républicaines.

Il dénonce avec une argumentation bien construite les déviations qui ne sont de fait que la négation de la laïcité, que ce soit le communautarisme ou la xénophobie.

Pour lui et je le rejoins : il y a l'espace public, c'est à dire les services publics où la laïcité s'applique, l'espace privé et l'espace civil, c'est à dire la rue, la plage …. où chacun peut exprimer ses choix et son identité religieuse ou politique.

 

« Ainsi, la laïcité, au sens républicain, permet-elle à chacun d'exercer effectivement sa liberté de conscience en étant protégé, par exemple , de ses coréligionnaires, alors que la laïcité libérale se réduit à un régime de tolérance qui ne donne la possibilité à chacun que de vivre à l'abri de l'interférence des autres mais pas des « siens », la puissance publique s'interdisant d'intervenir au sein de la société et donc de pouvoir limiter les éventuels effets de domination qui peuvent exister entre individus à l'intérieur de telle ou telle communauté, religieuse par exemple. »

 

L'auteur ne vilipende pas les chantres de la laïcité dite ouverte comme Bauberot.

Il déconstruit leurs discours et montre que leur choix ne constitue pas seulement une révision mais conduit à soutenir au moins objectivement les intégristes qui veulent renforcer leur emprise sur les filles d'origine musulmane.

 

Voici là un livre d'analyse accessible qu'il faut lire et garder précieusement car il constitue une mine de renseignements et d'arguments.

 

Jean-François Chalot


Lire l'article complet, et les commentaires