Le concerto : Dialogue en trois mouvements avec un virtuose

par Voris : compte fermé
mardi 13 janvier 2009

Vivaldi et Bach sont considérés comme les maîtres du concerto. Les concertos les plus célèbres sont ceux du compositeur italien Antonio Vivaldi. C’est avec Vivaldi que la forme musicale du concerto a commencé à privilégier les parties solistes et que l’appellation moderne de concerto est née. Quant aux "Concertos brandebourgeois" de Bach, ils demeurent un modèle du genre.

Ce que l’on appelle aujourd’hui "concerto" est une composition de caractère symphonique dans laquelle un instrument soliste dialogue avec l’orchestre. Le but de l’oeuvre est de permettre au soliste de déployer toute sa virtuosité.

Mais l’histoire du concerto remonte au XVIème siècle et il n’avait pas alors pris cette forme définitive. Né à Venise, avec notamment Andrea et Giovanni Gabrielli, le concerto fait déjà "dialoguer" des voix ou des instruments : concerter, dialoguer est le sens de ces oeuvres de ce genre musical qui englobaient à cette époque les compositions vocales et instrumentales, profanes et religieuses.

Si le terme "concerto" apparut dès le XVIème siècle, ce n’est que vers le milieu du XVIIIème siècle qu’il prit sa signification actuelle. En effet, les oeuvres de Gabrielli étaient des oeuvres vocales religieuses.

Le concerto grosso fut créé à la fin du XVIIème siècle notamment par Alessandro Stradella. Il faisait alterner un petit groupe d’instruments (concertino) et l’ensemble de l’orchestre (ripieno ou tutti). Arcangelo Corelli, célèbre violoniste et compositeur, utilisa la nouvelle appellation de concerto grosso pour les douze pièces instrumentales de son opus 6.

Du concerto grosso naquit une sous-catégorie, le concerto soliste, dans lequel le concertino fut remplacé par un instrument en solo unique, ce qui accrut le contraste entre le soliste et l’orchestre.

Alors qu’au XVIIème siècle, seuls les instruments à cordes étaient utilisés (oeuvres de Corelli, Torelli, etc.), les concertos solistes seront écrits aussi pour la trompette ou le hautbois, par des compositeurs italiens tels que Torelli et Tomaso Albinoni, puis pour toute variété d’instruments solistes. 

Vivaldi développa le concerto pour le violon dont il jouait en virtuose. Les quatre concertos connus sous le titre "Les Quatre Saisons" comptent parmi les plus populaires du répertoire classique.



Bach composera les "concertos brandebourgeois", un ensemble de six concertos (BWV 1046 à 1051), qui comptent parmi les plus renommés qu’il a composés. Le qualificatif de brandebourgeois est dû à Philipp Spitta qui, suivant l’usage germanique, fait référence au dédicataire, l’oncle du roi de Prusse et margrave de Brandebourg Christian Ludwig de Brandebourg que Bach rencontra en 1719. Comme Vivaldi, Bach était un fin virtuose en plus d’être un compositeur génial. Ces deux qualités permirent au concerto de s’enrichir et de s’épanouir à l’époque baroque. Plus tard, il prendra des formes classiques ou romantiques (Beethoven inaugure le genre romantique).

Au milieu du XVIIIe siècle, le concerto grosso disparaît au profit de la symphonie, qui en avait adopté de nombreuses caractéristiques. Le concerto soliste demeura comme genre distinct et comme moyen d’expression de la virtuosité, indispensable au compositeur interprète. L’essor du piano permit à cet instrument de supplanter peu à peu le violon au premier rang des instruments solistes, avec Mozart et Beethoven. Durant la période classique, la durée du concerto s’allongea. 

A lire aussi sur Wikipedia : le concerto.

Voici quelques illustrations en vidéos du concerto :

Bach :

Le Concerto N° 1 BWV 1041 de Bach interprété par Isaac Stern en 1984.

Mozart :

Concerto pour clarinette, 1er mouvement.

Concerto pour clarinette, 2ème mouvement (adagio).

Concerto pour piano no 21. (vidéo pédagogique)


Chopin :

Concerto pour piano no1, opus 1

Un concerto pour clarinette de Korsakov

 
 


Lire l'article complet, et les commentaires