Naissance de la conscience politique d’Edgar Morin

par Sylvain Rakotoarison
lundi 8 juillet 2024

« L'improbable s'est très souvent produit dans l'Histoire. Athènes, petite bourgade minable, a deux fois résisté à l'énorme empire perse et, grâce à cette résistance, la philosophie et la démocratie sont nées. » (Edgar Morin, 2014).

L'improbable dans l'Histoire, c'est par exemple d'éviter un gouvernement RN alors que tous les médias et les sondages le donnait inéluctable. Mais c'est aussi d'atteindre son 103e anniversaire comme c'est le cas du philosophe Edgar Morin ce lundi 8 juillet 2024. 103 ans ! Happy birthday ! Militant antifranquiste, ancien résistant, ancien communiste, Edgar Morin a accueilli son éveil politique avec la même complexité que celle de l'époque troublée qu'il vivait.

En relisant un de ses livres de mémoires ou plutôt, de souvenirs, "Les souvenirs viennent à ma rencontre" publié le 20 janvier 2021 chez Fayard, je m'aperçois que l'analogie de notre époque politique avec celle d'il y a quatre-vingt-dix ans n'est peut-être pas si erronée que cela. Après les émeutes du 6 février 1934 à Paris, la France s'est hystérisée entre, d'un côté, des ligues d'extrême droite et, de l'autre côté, un parti communiste français qui a accepté d'intégrer le front populaire. Au milieu, le nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par un ancien Président de la République Gaston Doumergue, regroupant plusieurs anciens Présidents du Conseil et impliquant à la fois des radicaux (qui étaient de gauche) et des républicains modérés (de centre droit).

Edgar Morin raconte que c'était son premier souvenir de la politique, il avait 12 ans : « C'est alors que la politique est entrée en coup de vent dans ma classe du lycée Rollin et continua à l'agiter. Insultes et empoignades se multiplièrent entre fils de parents de gauche et de droite. J'avais 13 ans, et ce fut le premier événement politique qui me marqua. Comme j'avais dévoré les romans d'Anatole France dont j'avais fait mien le "scepticisme souriant", je contemplais de haut l'agitation de mes camarades de droite et de gauche. Par contre, plus tard, je fus transporté, ému, par la formidable grève de juin 1936. ».

Il relève d'ailleurs que parallèlement à ces événements intérieurs, Hitler avait pris le pouvoir en Allemagne : « Je ne me souviens nullement de l'accession de Hitler au pouvoir en Allemagne, le 30 janvier 1933, alors que j'avais 12 ans [en fait, 11 ans], mais j'avais dû être frappé dès cette époque par ses apparitions hurlantes, quasi possédées, aux actualités cinématographiques. ». Il écrit plus loin, en insistant : « Je ne peux qu'avoir horreur du nazisme, avec cette fascination terrifiée d'assister, par écran interposé des actualités cinématographiques, aux discours hallucinés, hallucinants, ivres de frénésie, de fureur ou d'exaltation d'Adolf Hitler. ».

Il ajoute très rapidement à la suite : « Je ne peux qu'avoir horreur du communisme stalinien. Mes lectures des textes d'anciens communistes désabusés, notamment du "Staline" de Boris Souvarine, publié en 1935, les comptes rendus dantesques des procès de Moscou qui, de 1936 à 1938, condamnent presque tous les dirigeants bolcheviks, compagnons de Lénine, lesquels, ignoblement insultés par le procureur Vychinski, avouent avoir été des traîtres et des espions, m'avaient éclairé, croyais-je à jamais, sur l'URSS. ».

Et de conclure : « Les deux menaces terrifiantes sont là : nazisme et stalinisme, le capitalisme porte en lui la guerre, comme la nuée porte l'orage selon l'expression de Jaurès et, effectivement, c'est la montée vers la guerre, avec le réarmement allemand, l'exigence d'espace vital par Hitler. Il faut une nouvelle voie qui sauve et transforme. J'oscille entre révolution et réforme : la transformation radicale nécessaire me fait pencher du côté de la révolution, mais je crains l'aventure violente, la guerre civile. La prudence me fait pencher du côté d'un processus progressif des réformes, mais l'exemple de la SFIO montre que le réformisme s'essouffle très vite et capitule devant le "mur de l'argent". Que faire ? ».

Son premier engagement politique, Edgar Morin l'a eu à l'âge de 15 ans pour soutenir les républicains espagnols dans la guerre civile en Espagne. Il a fait des colis d'aide aux républicains. Il a vite compris que les républicains espagnols n'étaient pas si unis que cela, car l'un des responsables a été tué en novembre 1936 « d'une balle non franquiste » : « Tout en étant désabusé de la mythologie de l'unanimisme républicain, la guerre d'Espagne me travaille au cœur. Le roman de Malraux "L'Espoir" me relance dans la participation psychique aux batailles de Teruel et de l'Ebre, et l'angoisse de la défaite républicaine demeure présente en moi. ». La chute de Barcelone, le 26 janvier 1939 : « Je suis secoué de sanglots. Les réfugiés par milliers se dirigent vers la France où ils vont être parqués et enfermés dans des camps. Le 10 février, toute la Catalogne est occupée. L'Espagne devient totalement franquiste le 1er avril. ».

D'où son interrogation : « Très ému par les sévices et meurtres qui frappèrent trotskistes, poumistes, libertaires, je ne pouvais cependant croire en leurs espoirs révolutionnaires. Même si l'idée ou plutôt le mythe de la révolution suscitait en moi une sentiment mystique, je ne pouvais y adhérer après tant d'échecs, de défaites, de déviations et détournements. Mais je participais sentimentalement à l'aspiration révolutionnaire. (…) Toute révolution me semblant impossible ou vouée à l'échec, je me mis à suivre les chercheurs d'une troisième voie. (…) Elle cherchait ce que la révolution tchèque de 1968 appellerait le "socialisme à visage humain" : sauver les libertés, développer les solidarités et communautés, échapper à l'hégémonie du profit. Confluaient vers la troisième voie le courant personnaliste d'Emmanuel Mounier et sa revue "Esprit", Robert Aron et Arnaud Dandieu (l'Ordre nouveau), Alexandre Marc, Simone Weil. ».

La première esquisse d'engagement : « Je crus trouver cette troisième voie et ma propre voie dans le frontisme, mouvement créé par Gaston Bergery en 1936, et qui s'exprimait dans l'hebdomadaire "Le Flèche". (…) Le frontisme s'annonçait comme une lutte contre le fascisme et contre le communisme stalinien. On prétendait régénérer la République en inscrivant un socialisme réformateur dans la nation. (…) Je dis (…) dans "Autocritique" [écrit en 1959] : "Le frontisme m'était apparu comme l'adaptation la plus humaine aux nécessités du siècle". ».


Mais la guerre s'annonçait en 1939. Edgar Morin rappelle : « En 1939, apparaissait une grande nation expansionniste, guidée non seulement par une exigence d'espace vital, mais par un mythe légitimant la domination de la race aryenne des seigneurs sur les peuples inférieurs, notamment les Slaves et les Français, ceux-ci dégénérés par "les Juifs" et "les Nègres". En 1939, le danger n'était pas tant la revanche de l'Allemagne que la domination du totalitarisme nazi sur l'Europe. ».

Et pourtant, il était à l'époque pacifiste, pour deux raisons : « La première : l'annexion de l'Autriche, peuple germanique applaudissant cette action, était conforme au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. La revendication des Sudètes, partie de la Tchécoslovaquie habitée par une population allemande, était conforme au droit des peuples. La revendication de Dantzig, ville allemande donnée à la Pologne après la Première Guerre mondiale, était conforme au droit des peuples. La seconde : la France n'était pas prête et n'était plus de taille à lutter contre l'Allemagne surarmée de 1938. Aussi Bergery approuva-t-il les Accords de Munich le 29 septembre 1938 (…). ».

Toujours dans son livre de souvenirs, Edgar Morin propose un extrait d'une lettre qu'il a retrouvée de Simone Weil adressée à Georges Bergery après les Accords de Munich : « On peut contester, pour des raisons d'honneur, les Accords de Munich, mais la vérité oblige à dire que le principe des nationalités, cher à Napoléon III et aux démocrates-libéraux du XIXe siècle (…), penchait largement en faveur de l'Allemagne, nazie ou pas. L'Anschluss était justifié, de même que la rétrocession des Sud-tes au Reich. » (Cela fait penser amèrement à la Crimée et au Donbass). Simone Weil poursuivait : « Dois-je dire toute ma pensée ? Une guerre en Europe serait un malheur certain, dans tous les cas, pour tous, à tous les points de vue. Une hégémonie de l'Allemagne, si amère qu'en soit la perspective, peut en fin de compte n'être pas un malheur pour l'Europe. Si l'on tient compte que le national-socialisme, sous la forme actuelle d'extrême tension, n'est peut-être pas durable, on peut concevoir à une semblable hégémonie, dans le cours prochain de l'histoire, plusieurs conséquences possibles qui ne sont pas toutes funestes. ».

Et Edgar Morin de commenter : « Simone Weil estime qu'en cas de domination sans guerre de l'Allemagne sur l'Europe, le nazisme, idéologie de tension et de guerre, s'adoucirait puis se décomposerait au profit d'une Europe libéralisée et enfin unie. Les Munichois ont cru que l'Allemagne nazie pouvait s'assagir, ils n'ont pas vu la formidable force d'expansion de cette Allemagne hitlérisée, aussi puissante en ce siècle que dans le passé l'expansion coloniale anglaise, mais pour s'imposer dans et sur l'Europe. Ils n'ont pas vu que leur capitulation allait inciter Staline à renverser ses alliances et à se protéger de l'Allemagne nazie en pactisant avec elle. ». Ainsi le Pacte germano-soviétique signé à Moscou le 23 août 1939 : « Bien après la guerre, j'ai appris que, pendant que Ribbentrop et Molotov signaient le pacte, Staline, debout, s'était rapproché de l'ambassadeur d'Allemagne et lui avait dit : "Faites savoir à votre Führer que j'approuve pleinement sa politique à l'égard des Juifs". L'ambassadeur du Japon, tout proche, avait capté ces paroles et les rapporta longtemps après dans ses Mémoires. ».

Après l'invasion de la Pologne : « Bergery a voté seul avec Pierre Laval contre la déclaration de guerre à l'Allemagne. Rétrospectivement, cela ne m'apparaît pas tant comme un acte pacifiste de principe, mais comme un vote qui aurait évité la défaite. Toutefois, l'absence de déclaration de guerre aurait été une capitulation qui n'aurait pas évité qu'avec ou sans guerre, la France subisse l'hégémonie allemande et devienne un protectorat. Le seul espoir, transporté dans un futur incertain, avait été formulé par Simone Weil : le nazisme aurait dépéri tôt ou tard. ». Mais Edgar Morin explique ensuite que Georges Bergery a voté les pleins pouvoir à Pétain, et a même rédigé certains de ses premiers discours jusqu'à ce qu'il fût écarté par lui et Pierre Laval : « Il s'est converti de façon irréductible à la fatalité historique de la défaite, à la constitution d'un régime autoritaire et à la nécessité de la collaboration avec l'Allemagne. Il est toutefois écarté de Vichy, monopolisé par la droite, et ne reçoit que l'aumône de l'ambassade de France à Moscou, qu'il rejoint en avril 1941, soit deux mois avant l'attaque allemande contre l'URSS, ce qui l'oblige à rentrer presque aussitôt en France. ».

Edgar Morin a fait partie de ces gens qui ont cru en Georges Bergery : « Alors que Simone Weil entre en résistance en 1941 et remet en cause son diagnostic, Bergery, pour sa part, devient et reste vichyste et collaborationniste. Du reste, il participe après la guerre à la fondation de l'Association pour défendre la mémoire du maréchal Pétain. Aujourd'hui, Bergery est ignoré, voire tombé dans l'oubli. Yves Pourchet l'évoque dans un beau texte de 2013 : "Qui donc se souvient de lui ? Sa vie semble définitivement perdue. Il fait partie de ce petit groupe d'hommes brillants, auxquels certains ont tant cru et qui ont chu dans l'oubli de l'histoire". ».

Dans la résidence secondaire de Maurice Clavel, en été 1963 ou 1964, Edgar Morin s'est retrouvé, très ému, face à Georges Bergery : « Je lui ai dit que j'avais été membre des étudiants frontistes et que je me souvenais de ses réunions (…). "Et nous avions raison", m'affirma-t-il, je ne peux dire si c'était avec assurance ou autorité. J'aurais voulu parler avec lui, discuter, essayer de comprendre. Je n'ai pas osé. Il est mort en 1974. Les dérives ! Les dérives ! ».

C'est sans doute une obsession politique d'Edgar Morin de penser aux risques de dérives des idéaux à l'origine vertueux : « Les tournants et les tourments dans la vie des sociétés et des personnes, et surtout les tsunamis historiques, comme le désastre de 1940, provoquent des dérives : on s'éloigne insensiblement de sa croyance pour en arriver à une autre, parfois diamétralement opposée. (…) J'ai adhéré à ce que je condamnais : le communisme soviétique. Dans un premier temps, après la défaite, j'avais pensé, conformément à l'argument de Simone Weil, que l'empire allemand hitlérisé s'humaniserait dans la pax germana. Puis, après décembre 1941, j'avais reporté sur l'URSS l'argument de Simone Weil, avec une modification de départ. Certes, le communisme de l'URSS avait été implacablement cruel, mais je me suis alors convaincu que cette carence était due à une psychologie obsidionale due à l'encerclement de l'URSS par le monde capitaliste, conjointement à l'arriération de la Russie tsariste. Le culte du chef génial répondait à la nécessité d'unir par une idole concrète les peuples si divers de l'Union Soviétique. Une véritable civilisation socialiste s'épanouirait en URSS après la victoire et rayonnerait sur le monde. ». Et il ajoute juste après : « Mais j'ai très tôt compris que mes espoirs étaient vains, l'URSS redevenait stalinienne, et j'ai pu échapper à la dérive qui en a emporté tant d'autres. ».

Ainsi, Edgar Morin raconte un peu plus tard sa participation à la revue "Parallèle 50", fondée par Artur London et financée par l'ambassade de Tchécoslovaquie en France. Il n'avait alors pas pris conscience de ce que signifiait le coup de Prague du 25 février 1948 qui fit de la Tchécoslovaquie une "démocratie populaire". Son rédacteur en chef était Henri Thimonnier, gendre de Claude Morgan, directeur des "Lettres françaises", un hebdomadaire issu de la Résistance et contrôlé par le parti communiste français : « En fait, Thimonnier m'avait soutenu habilement au cours de ma fronde culturelle (…). [Il] me propose de collaborer [à la revue] et de m'occuper de théâtre. ».

Puis il explique son clash à cause de Louis Aragon et Maurice Barrès : « Tout se passe sans encombre jusqu'à la publication dans les "Lettres françaises" d'un retentissant article d'Aragon faisant l'éloge de Maurice Barrès et exaltant son nationalisme. Certes, le PC condamnait alors américanisme et "cosmopolitisme", mais l'éloge par un communiste d'un réactionnaire xénophobe, antidreyfusard, antisémite, grotesquement chauvin durant la guerre de 1914-1918 m'incitait à faire un article critique sur lui dans "Parallèle 50". C'était de ma part une ultime poussée de fronde. L'article suscite la fureur d'Aragon qui saisit la direction du parti communiste français, lequel intervient auprès de l'ambassade tchèque pour protester contre la publication de cet article. Or, me voici protégé par le dogmatisme du parti communiste tchèque contre celui du parti français. Réponse : "Nous, communistes tchèques, n'avons pas de leçons à recevoir des communistes français". Mon exclusion du PC m'a fait cesser ma collaboration à "Parallèle 50". (…) [Mon départ de "Parallèle 50"] se passa au cours d'une réunion administrative glaciale. ».

Cette genèse de la conscience politique d'Edgar Morin est très intéressante à suivre car elle indique, comme dans toute chose de la vie, l'extrême complexité des engagements. Et de leurs improbables dérives.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (07 juillet 2024)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Naissance de la conscience politique d'Edgar Morin.
Edgar Morin : "Nous allons vers de probables catastrophes" !
Edgar Morin, 102 ans et toute sa vie !
Edgar Morin sur France Inter (à télécharger).
Les 100 ans d’Edgar Morin.
Le dernier intellectuel ?
La complexité face au mystère de la réalité.
97 ans.
Introducteur de la pensée complexe.
"Droit de réponse" du 12 décembre 1981 (vidéo INA).
Université d’été d’Arc-et-Senans avec Edgar Morin le 9 septembre 1990 (vidéo INA).

 

 


Lire l'article complet, et les commentaires