« Perdant perdant » la chanson Narbonne

par norbert gabriel
samedi 24 août 2013

Le mercredi 21 Août, un concert hommage à Trenet, dans sa bonne ville de Narbonne s'est terminé dans une bronca générale du public qui s'est estimé floué, à juste titre. Un concert de Charles Aznavour, comme disaient les affiches, et Aznavour chante 5 chansons de Trenet. Remboursez, hurle le public, on rembourse dit l'organisateur. Le lendemain.

Cette déplorable affaire est assez symbolique de l'attitude empreinte de mépris inconscient de nos élus quand ils se piquent d'offrir au peuple quelque distraction populaire, tiens de la chanson, par exemple. Rappel des faits :

1- La mairie de Narbonne, dans le cadre du centenaire Trenet, achète un spectacle « clés en mains » trois artistes de la scène chanson, choisis par Aznavour, feront un spectacle, avec quelques chansons de Trenet, Charles Aznavour parraine et viendra à la fin faire 4 ou 5 chansons de Trenet. (sans cachet pour lui) Ce sont les termes du contrat accepté par la mairie.

2 - Le service com' de la mairie fait son plan de com' en annonçant « Un concert de Charles Aznavour » (avec des invités éventuels). Prix 45 €.

3 - Le public achète ses places pour un concert Aznavour. Sold out.

4 - Les artistes prévus sur le contrat découvrent en arrivant que personne ne les attend, le personnel de la salle n'est pas au courant, et ce ne sont pas les affiches qui éclairent leur lanterne, ils n'y figurent pas. Ça commence mal.

5 – Au début du spectacle, un personnage officiel évoque un léger malentendu, sans expliquer vraiment de quoi il retourne.

6 – Le public qui attend Aznavour voit se succéder en scène pendant une heure et demie des artistes dont il ne sait rien, et qu'il n'attendait pas.

7 – Finalement Aznavour fait ses 4 ou 5 chansons de Trenet , et deux duos, puis sort sous les huées.

8 – Le lendemain la mairie annonce que les spectateurs seront remboursés.

Voici le récit in extenso de la soirée par deux spectateurs qui ont vécu ça de la salle.

Complétons par le témoignage d'un des artistes prévus qui a vécu ça de la scène.

(Yves Jamait ici avec la casquette, sur la photo, avec Anne Sylvestre et Agnès Bihl à Saulieu)

Ici Alexis HK, qui avait ouvert la soirée, dans son clip d'anthologie avec le parrain Charles :

et ici un aperçu d'un duo Agnès Bihl et Jamait :

 

Bilan global ; un fiasco perdant perdant pour tout le monde !

Questions :

Qui à la mairie supervise ce genre d'opération « de prestige » ?

Qui a signé et approuvé le contrat qui définissait le spectacle ?

Qui a oublié d'informer les services techniques du déroulement de ce spectacle ?

Qui a oublié les bases essentielles de la com' qui établit un plan presse sans savoir de quoi il s'agit exactement ? En trompant les spectateurs.

Quels sont ces élus « responsables » à qui on va imputer ce gâchis moral et financier ?

La gestion des affaires publiques est-elle aussi exercée sur ce modèle ?

 

Il y a pas mal de municipalités qui organisent, ou improvisent, avec des talents divers des évènements autour de la chanson ; certaines de dimensions modestes, comme Le Quesnoy vont avoir 20 ans d'organisation exemplaire, à tous points de vue, autant pour l'accueil et le plaisir du public que dans l'accueil des artistes

D'autres, plus importantes comme Narbonne semblent persister dans des opérations comme celle de ce faux concert Aznavour. Des opérations qui vont ravir l'opposition à la veille des municipales. Combien ça coûte ce fiasco ?

Avec la scène chanson en victime principale. Cette chanson, art mineur ou pour mineures, qui se fait traiter de tous les noms entre art et affaires, le showbiz, comme on dit. Et quand la politique y vient avec des arrière-pensées, le pire est probable. Narbonne 2013 en sera un exemple déplorable. Les seuls pros dans cette affaire, ont été Alexis HK, Yves Jamait et Agnès Bihl qui ont assuré envers et contre tout leur métier de saltimbanques. Les autres, les instances officielles , les élus et leurs délégués se sont comportés en amateurs malhonnêtes, et tout le monde est perdant. Dommage. Toutefois une observation, sur le site de la ville : la culture est dans un fourre tout Loisirs&Animation, c'est pas faux, mais on a un peu l'impression que le théâtre, la musique, la chanson, c'est un peu comme l'animation des bacs à sable, une sorte de sujet mineur. Sur le plan électoral aussi ?


Lire l'article complet, et les commentaires