The day before you came

par Abou Antoun
lundi 14 mars 2016

Je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ….

Nous souhaitons rendre hommage ici à une chanson, qui a pour titre original « The day before you came » (Le jour avant que tu ne viennes), dont voici les paroles originales avec traduction, mais également à son interprète la chanteuse Agnetha Fältskog, et à travers elle à tout le groupe ABBA qui l'a créée.

Cette chanson peut être vue en vidéo en de nombreux endroits sur le web. Nous nous intéressons particulièrement à l’exécution sur la chaîne de TV allemande ZDF le 11 novembre 1982 pendant l'émission Kultnacht.

Voici quelques liens :

Télé allemande ZDF 82 Kultnacht (HD)

Même chose avec son HQ

Même choses avec paroles sous-titrées

Par ailleurs il y a eu un clip officiel ainsi qu'une parodie torride (made in Russia).

La chanson a sa propre page wikipédia en anglais, très complète. Une traduction française de cette page existe qui est presque vide.

Je crois que la plupart des lecteurs connaissent ce titre. Il est difficile de ne pas l'avoir entendu au moins une fois. Cela a été, en son temps, un véritable tube et c'est devenu ce qu'il convient d'appeler une 'chanson culte'.

En fait c'est un texte très simple qui contient quelques ambiguïtés. On y décrit la routine d'une jeune femme, son 'métro-boulot-dodo' version suédoise. L'impression générale est celle d'automatismes, de vide, d'ennui, de solitude.

Mais le refrain apporte une note d'espoir, tout cela c'était « the day before you came » (le jour d'avant que tu ne viennes). Cela suppose que tout est changé depuis dans la vie de cette jeune personne, le prince charmant, le messie est arrivé et s'en est fini de cette vie triste de ce rituel répétitif. C'est donc l'espoir de la rencontre, de l'arrivée de l'amour qui transforme la vie.

En réalité tous les jeunes urbains se reconnaissent dans cette Agnetha qui prend son train de banlieue tous les matins, c'est sûr. Mais il y a ceux pour qui le jour tant attendu n'est jamais arrivé et ceux pour qui, après quelques semaines ou quelques mois d'euphorie, le rituel continue et la solitude à deux a remplacé la solitude tout court. Mais bon, les chansons c'est fait pour donner de l'espoir aux gens, pas pour leur saper le moral. La suite on peut l'inventer en fonction de sa propre histoire, de ses succès ou de ses espoirs déçus.

Le thème musical est simple, répétitif, mais pas lassant. La mélodie est moins ronflante que certains autres titres du groupe ABBA mais on ne s'en fatigue pas.

Ce titre, datant de 1982, passe pour le dernier titre enregistré en studio du groupe. Le groupe ABBA est à l'apogée de son succès, mais la fin est proche, très proche. Agnetha a divorcé de Björn trois ans plus tôt et Frida et Benny ont divorcé un an plus tôt. L'amour n'est plus au rendez-vous chez ces Fabulous Four. Mais alors que Cupidon n'a plus une flèche à tirer le groupe est au sommet de son art. On peut regretter la dissolution de ABBA ou au contraire s'en réjouir. Le groupe à choisi de disparaître en pleine gloire, nous évitant les pénibles 'come-back' des Johnny, Eddy et autres Yéyés qui se traînent devant un public de vieux soixante-huitards.

Indiscutablement, Agnetha est un beau brin de fille. Les deux chanteuses du groupe sont aussi des sex-symbols des seventies. Au moment de l'enregistrement elle vient de passer la trentaine et elle est resplendissante. Agnetha a une très jolie voix, qu'elle a exploitée par la suite en solo. Sa gestuelle est sobre mais efficace, son visage expressif. Bref si c'est un plaisir que d'écouter Agnetha c'est un plaisir aussi que de la regarder. Tout cela pourrait aussi bien s'appliquer à Frida qui a aussi une forte présence sur scène, y compris dans cette vidéo, où assise sur un piano elle joue les seconds rôles, mais avec quelle classe. A côté les deux garçons paraissent falots, presque indiscernables avec leurs barbes, leurs moustaches, leurs cheveux, leurs visages rondouillards, on dirait des nounours. Enfin il faut quand même rendre hommage au génie musical des deux compères sans qui cette chanson n'aurait sans doute pas vu le jour. Mais il faut dire que sur scène les filles crèvent l'écran, affichent des personnalités affirmées, alors que les garçons semblent beaucoup plus ordinaires.

Le cadreur a fait de nombreux gros plans sur le visage d'Agnetha. Cette chanson est difficile à mimer mais Agnetha traduit aussi bien cet ennui profond avec ses petits gestes de la main des hochements de tête, elle laisse parfois échapper un léger sourire et balaie soigneusement son auditoire du regard.

Frida est superbe aussi, et très souriante, apparemment amusée par la ferveur du public. La bande son rend bien l'enthousiasme du public.

Agnetha arbore une tenue vestimentaire inhabituelle et magnifique ; un pantalon et par-dessus une robe incroyable avec des broderies, le bandeau donne une petite touche hippie, on est loin des tenues (extrêmement) sexy des deux belles pendant les années 70, elles sont devenues sages.

Le clip nous paraît moins réussi, tout entier consacré au thème de la rencontre (dans le train évidemment). Le clip a été tourné dans la banlieue de Stockholm à la gare de Tumba et ceux qui connaissent prétendent que le train (supposé aller au centre ville) roule en fait dans la direction opposée. La parodie de ce clip due au Russe 'MrKalashnikov' est hilarante.

Je pense que la chanson, bien que transposable, est spécialement écrite pour une femme, quelques vers concernant plus particulièrement des attitudes féminines.

Je renvoie tous les lecteurs intéressés et partageant mon enthousiasme à se plonger dans la lecture du wiki anglais donnant beaucoup plus de détails techniques sur la réalisation et les conditions de l'interprétation. Malheureusement l'article n'est pas traduit.

Page perso d'Agnetha Fältskog :http://www.agnetha.com/


Lire l'article complet, et les commentaires